CinémaCritiques

[Critique] Spycies : espions sur pattes !

Lui aussi fait partie des victimes collatérales du coronavirus. Spycies a connu de nombreux reports, suite à l’incertitude sur la date de réouverture des cinémas français, avant de voir sa date de sortie fixée à la fin de l’été, au 26 août. À l’époque, Mulan et Tenet auraient déjà tous deux dû sortir au cinéma. Aujourd’hui, le premier part sur Disney+, le second débarque… le 26 août également. Et même si ici, on attend aussi le nouveau film de Christopher Nolan, il reste essentiel de vous montrer que d’autres films passeront par la case cinéma le même jour ! Pourquoi serait-ce à un seul film de sauver le septième art, après tout ?

On a pu le voir ces dernières semaines : les comédies familiales (T’as pêchoLes Blagues de Toto…) et les films d’animation (Scooby !Yakari, Bigfoot Family…) font partie des films les plus rassembleurs dans un marché pourtant moribond. Raison de plus donc pour évoquer Spycies, le nouveau film d’animation du frenchie Guillaume Ivernel, de retour après l’adaptation en long métrage de la série Chasseurs de dragons et Ballerina. Co-production franco-chinoise (notamment signée par le studio Lux Populi VFX), le film nous propulse dans une société peuplée d’animaux anthropomorphes et de deux agents secrets, Vladimir et Hector, qui doivent sauver le monde d’une menace climatique après le vol d’un matériau top secret…

Un film d’animation rigolo et écolo !

Difficile de le cacher : lorsque l’on découvre la première scène de Spycies, dans laquelle le chat Vladimir se livre à une course-poursuite à travers une grande ville peuplée d’animaux, on pense irrémédiablement au Zootopie des studios Disney, sorti il y a maintenant quatre ans. Aussi pour les quelques similitudes scénaristiques, où l’on voit un duo improbable que tout oppose s’unir pour enquêter sur la disparition ou des agressions d’animaux qui cachent un complot d’une plus grande ampleur. Mais quand on s’y penche de plus près, on se rend vite compte que c’est loin d’être la même chose. Le duo formé par le chat Vladimir et le rat Hector se tire encore plus dans les pattes et avec davantage d’humour, notamment grâce à l’interprétation donnée par Davy Mourier et Monsieur Poulpe pour la version française du film.

Pour Vladimir et Hector, une seule mission : récupérer la radiésite, un matériau qui pourrait mettre en péril la planète toute entière si elle se trouve entre de mauvaises mains : emprisonner des animaux dans la glace, c’est un début, mais quoi de pire pourrait encore arriver ? Là où Zootopie misait plutôt sur la société anthropomorphique pour servir de métaphore sur les discriminations et la haine qui nous oppose les uns par rapport aux autres à propos de nos différences, Spycies a un postulat totalement différent en rejoignant le sujet de l’écologie et la préservation des espèces. Une priorité qui colle à cet univers visuel gris, sombre et parfois peu reluisant, à l’image de notre société ultra-industrialisée, ultra-connectée, ultra-numérique, ultra-polluante…

C’est en mélangeant habilement les genres que Spycies parvient à se montrer très divertissant, entre l’enquête policière, des séquences d’action plutôt extravagantes teintées d’humour : toute une partie du film se déroule dans un hôpital et joue à merveille avec les spécificités des différents animaux, les gags que peuvent amener un monde hospitalier et deux ou trois répliques marquantes. Nul doute que la complicité entre le réalisateur Guillaume Ivernel et le doubleur Davy Mourier, également humoriste et contributeur au scénario du film, ait largement boosté les séquences humoristiques du film. Ivernel réussit aussi à imposer sa patte visuelle, tantôt sérieuse, tantôt cartoonesque qui permet à Spycies d’adopter un ton assez unique, que l’on a peu l’habitude de voir dans un film d’animation grand public. C’est drôle, c’est pertinent, c’est généreux et adapté à un jeune public (pour Ivernel, le film s’adresse aux enfants de plus de six ans) sans pour autant être trop naïf ou directif. Bref : une belle surprise !

Conclusion : avec Spycies, Guillaume Ivernel délivre un divertissement de qualité pour toute la famille, qui mélange habilement film d’enquête, humour et un vrai message afin de sensibiliser un jeune public à l’écologie.

Gabin Fontaine

Spycies
Un film de Guillaume Ivernel
Durée : 1h39
Sortie le 26 août 2020


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Vous pouvez aussi nous soutenir gratuitement en regardant une publicité : cliquez ici ! 

Comment here