CinémaCritiques

[Critique] Mon grand-père et moi : Robert de Niro part en guerre !

Critique Mon grand père et moi

Voici un projet dont la sortie aurait pu tomber à l’eau pour des raisons bien différentes de l’épidémie de coronavirus… Mon grand-père et moi attendait une date de sortie depuis février 2018, période à laquelle il aurait dû être distribué aux États-Unis par Dimension Films, un distributeur possédé par… les frères Weinstein. Vous devinerez donc la suite : l’affaire Harvey lance le mouvement #MeToo, et les projets des deux producteurs sont quasiment tous mis à l’arrêt. Ce n’est que cette année que 101 Studios, autre distributeur américain, a acquis le film et permis une sortie à l’international ! De quoi étonner pour ce qui est avant tout une petite comédie familiale au gros casting : Robert de Niro, Uma Thurman, Christopher Walken…

Robert de Niro campe Ed, un grand-père recueilli par sa fille Sally (Uma Thurman) au moment de la vente de sa maison afin de lui éviter d’aller en maison de retraite. Le problème, c’est qu’on lui attribue la chambre de son petit-fils, Peter (Oakes Fegley), 10 ans, relégué au grenier. Bien décidé à récupérer son espace personnel, le jeune garçon se lance alors dans une véritable guerre avec son grand-père… qui n’hésitera pas à rendre les coups !

Les Nerfs à vif

À 77 ans et avec une telle carrière derrière lui, il est évident que Robert de Niro n’a plus grand chose à prouver à personne. D’où le fait qu’on puisse le voir aujourd’hui faire des pubs pour les voitures Skoda, tranquillement, comme si de rien n’était. S’il a récemment prouvé qu’il était toujours capable de se placer dans les bons coups, qu’il s’agisse de The Irishman de Martin Scorsese ou Joker de Todd Phillips, l’acteur s’accorde aussi de petits plaisirs coupables tels que Le Nouveau Stagiaire ou Dirty PapyMon grand-père et moi fait clairement partie des films de cette trempe, et l’équipe de distribution d’Alba Films l’a plutôt bien compris en jouant sur la popularité de son rôle dans la trilogie Mon beau-père et moi en adaptant le titre original War With Grandpa, aussi avec une affiche qui reprend les codes de la franchise, avec son titre rouge sur fond blanc.

Alors évidemment, le film repose sur ses épaules, ainsi que sur celles du petit Oakes Fegley, que vous avez peut-être déjà pu voir dans Le Musée des Merveilles. La rivalité entre ces deux générations lance un conflit où tout gag sera bon à prendre, même s’il occasionne des dégâts collatéraux sur le reste de la famille. Chacun a ses alliés et son QG : pour Ed, ce sera ses vieux amis Jerry (Christopher Walken) et Danny (Cheech Marin) en privé, et pour Peter, ses amis d’école. Et à la guerre comme à la guerre, on y va progressivement, avec une stratégie de plus en plus tordue. Meubles de chambres démontés, mousse à raser remplacée par de la mousse solidifiante, animaux dissimulés… Les pièges sont connus, l’idée de jouer la famille parfaite devant tous les autres aussi, mais certaines séquences font parfois mouche, ne serait-ce que pour voir De Niro tomber la serviette (beaucoup trop) souvent devant son gendre. Finalement, ça a bien un petit côté Mon beau-père et moi !

Pour le reste, il n’y a rien de très révolutionnaire : la réalisation de Tim Hill se rapproche un peu plus de ses films calibrés pour la télévision, comme son téléfilm de Noël sur et avec Grumpy Cat (oui, ça existe !), que de ses divers films d’animation (parmi lesquels figurent le premier Alvin et les Chipmunks ou bien le prochain Bob l’Éponge : Éponge en eaux troubles, repoussé à cause de la Covid). On reste aussi dans la même veine que certains films comme Bad Moms, celui-ci troquant les grands-mères du second épisode pour un papy, et avec une scène quasi-identique dans un parc de loisirs pour enfants… Bref : du déjà-vu, mais pour les enfants comme pour les adultes, Mon grand-père et moi reste un agréable divertissement.

Conclusion : Mon grand-père et moi compense son absence d’audace par son casting quatre étoiles et s’impose comme un divertissement de fin d’année plutôt convaincant pour petits et grands.

Gabin Fontaine

Mon grand-père et moi
Un film de Tim Hill
Durée : 1h38
Sortie le 7 octobre 2020


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Vous pouvez aussi nous soutenir gratuitement en regardant une publicité : cliquez ici ! 

Comment here