[Critique] Black Widow : la mission impossible de Marvel

Enfin ! Après tant d’attente, la Veuve Noire, personnage pourtant emblématique des Avengers, obtient son film solo. Sans doute un peu trop tard. Outre la crise du covid, qui a retardé le film d’un an, Black Widow, de Cate Shortland, arrive après les quatre films Avengers. Après les péripéties immuables qui conduisent à la disparition de son personnage. Qu’importe, Marvel décide de lui dédier son film, et choisit de le situer entre Civil War et Infinity War… Un film qui arrive trop tard, qui se situe dans le passé, entre deux histoires du même personnage… Black Widow arrive-t-il, malgré tout, à nous proposer des enjeux qui nous tiennent en haleine ?

Après les évènements de Civil War, La Veuve Noire est une fugitive. Mais même cachée, son passé la rattrape. Avant d’être une Avengers, Natasha Romanoff était une assassine au service de la Chambre Rouge, une organisation secrète russe. Alors qu’elle pensait l’avoir anéantie, la Chambre Rouge refait surface, et entend bien conquérir le monde…

De l’action ! De l’action ! Encore de l’action !

Après tant de longs-métrages, et désormais l’arrivée des séries liées au Marvel Cinematic Universe sur Disney +, on peut diviser le MCU en plusieurs catégories. Il y a les histoires cosmiques (Les Gardiens, Thor, Captain Marvel), les justiciers (Spider-man, Ant-man), les histoires magiques (Doctor Strange, Wandavision, Loki) et les histoires axées sur l’action pure et dure (Captain America, Le Faucon et le Soldat de l’hiver). Black Widow plonge tête la première dans cette dernière catégorie. La Veuve Noire (Scarlett Johansson) étant déjà présente dans la trilogie Captain America, quoi de plus normal. Mais soyez avertis que si ce que vous préférez chez Marvel, ce sont les costumes bariolés et les pouvoirs magiques, vous risquez de ne pas trouver votre compte ici.

Dès la scène d’introduction (l’une des meilleures de tout le MCU, au passage !), le ton est donné : on est parti pour une course poursuite effrénée pendant deux heures, avec bagarre et coups de feu dans tous les sens… Pour notre plus grand plaisir ! Black Widow est un film d’action très efficace, sans temps mort, qui vise juste grâce à ses chorégraphies toujours lisibles, malgré un montage trop frénétique et trop de “shaky cam” (la caméra n’est pas fixe ; rajouter du tremblement permet de dynamiser une action).

Si le film évoque directement James Bond, on pense beaucoup plus en le voyant aux derniers Mission Impossible. La cascade ou un personnage s’accroche à un avion qui décolle, les chutes dans le vide, la trahison de son organisation, et bien sur, les gadgets ! Black Widow pousse le vice jusqu’à mettre dans le film le masque qui permet de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre ! La composition musicale de Lorne Balfe, auteur des bandes originales des derniers Mission Impossible, parachève de lier les films entre eux.

Mais quel intérêt ?

Mais si l’action est réussie et efficace, on se pose la question avant, pendant, et après le film : quels enjeux celui-ci va-t-il proposer pour continuer de nous captiver ? Le long-métrage, se situant avant les derniers Avengers, on ne craint pas pour la vie de la Veuve Noire avant même de voir le film. Pendant, on constate que les enjeux sont situés au-delà de la vie de l’héroïne : la domination mondiale de la Chambre Rouge à travers le contrôle de ses assassines. Certes oui, mais comme on sait que de toute façon cela n’arrivera pas vu qu’on connaît déjà la suite, on n’y croit jamais vraiment. Et après ? Le film introduit un mystérieux personnage à la toute fin. Problème : covid oblige, on l’a déjà vu dans Le Faucon et le Soldat de l’hiver avant que Black Widow ne puisse sortir. Ici, il ne sert qu’à introduire l’intrigue de la future série Hawkeye

Bref, malgré les nouveaux personnages attachants introduits (d’autre Veuves, interprétées par Rachel Weisz, Florence Pugh, et le Captain America russe, David Harbour), Black Widow peine à nous happer dans son histoire. L’une des seules surprises réside en l’identité du personnage derrière le masque du Maître de Corvée, le super-vilain du film. Mais même là, le nom de l’actrice qui l’incarne étant dévoilé au générique, la surprise est quelque peu gâchée…

Conclusion : Black Widow est un bon film d’action qui fait enfin honneur à ce personnage pourtant présent depuis Iron Man 2, en 2010 ! Mais tout le problème est là : le film aurait dû voir le jour bien avant. Et si le divertissement est au rendez-vous, les enjeux ne sont jamais à la hauteur et n’arrivent pas réellement à clouer le spectateur sur son siège. On profite quand même du spectacle, et on est content de retrouver Marvel au cinéma !

Bastien Rouland

Black Widow
Un film de Cate Shortland
Sortie au cinéma le 07 juillet 2021
Durée : 2h14

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *