Web-Série : Play It Again, Dick, le Veronica Mars politiquement incorrect

C’est l’année de tous les dangers pour Rob Thomas qui semble vouloir tenir ses promesses… Après le film, voici Play It Again, Dick, le spin-off tant attendu de Veronica Mars. Alors, plaisir redoublé, ou pas ? On vous dit tout sur Silence Moteur Action.

Un lot de consolation ?

Il faut dire qu’entre nous et Veronica Mars, la séparation n’aura pas été simple. En effet, depuis son annulation en 2007, Rob Thomas nous a habitué aux effets d’annonce. Il y a d’abord eu cette saison 4 vue sur YouTube, des rumeurs de spin-offs en pagaille, puis des rumeurs de film, qui se sont concrétisées, enfin, en 2014 après une campagne de fundraising (crowdfunding) qui n’a fait que montrer l’attente réelle des fans pour ce projet sans que le film soit pour autant vraiment à la hauteur des enjeux. Mais oui, comme vous, on a nourri en secret l’espoir de voir ce spin-off un jour. Ryan Hansen exhume donc la tête-à-claque hédoniste qu’est Dick Casablancas pour ce Play It Again, Dick. Et franchement entre les films adaptés en séries (From Dusk Till Dawn, Scream), les séries procédurales qui n’en finissent plus (NCIS : New Orleans), le grand retour des super-héros (The Flash, Marvel Agents of Shield), les rom coms (A to Z, Selfie) … ce Play It Again, Dick est une bouffée d’oxygène. C’est clairement ce qu’on avait pas vu venir, dans le fond comme dans la forme.

Un vrai/faux spin-off

Répondons enfin à LA question qui vous obsède. Oui, ça parle de Veronica Mars mais non vous ne verrez pas Veronica Mars, enfin pas tout à fait. On s’explique… On ne peut pas dire que Play It Again, Dick soit le spin-off stricto-sensu de Veronica Mars. Soyons réalistes dix ans ont passé et une telle série n’aurait plus grande crédibilité. Aussi la réalisation de Play It Again, Dick s’inspire bien plus de la vidéo initiant la campagne de fundraising. Ce qui peut être surprenant de prime abord. Pourtant on se laisse vite gagner par l’ambiance particulière de la série dans laquelle Hansen se met en scène tentant de surfer sur le succès de Veronica Mars. Sur le papier Dick est devenu détective privé dans un cop show aux accents eighties et c’est avec cela que Hansen tente de convaincre ses anciens camarades dubitatifs ou un peu trop enjoués et les directeurs de la CW. Oubliée l’ambiance néo-noire dramatico-mystero-crapuleuse des débuts, on est dans tout autre chose.

« D » is for Dick

Personnage récurent et pourtant rarement mis en avant par Rob Thomas, Hansen doit justifier l’injustifiable et légitimer un spin-off autour de ce personnage loin de faire l’unanimité en sa faveur. Dick est basiquement une crevure et ce qu’on appelle une attention whore. Hansen se donne du mal pour lui donner une nouvelle direction et invente une histoire totalement farfelue de pilule d’intelligence et le fait de devenir détective privé pour tenter les fans de Veronica Mars. Hansen nous promet des torses musclés nus, de la baston, des flingues, des meufs, des enquêtes… En résumé, « Give the people what they want ». Ce spin-off, c’est une évidence, sera un Veronica Mars politiquement incorrect, une version plus crue, « it’s like Veronica Mars who’s not afraid of sex ». Rien à voir donc avec la série d’origine, ce qui ne veut pas dire que cet ensemble exagéré et pas très fin n’est pas divertissant. Sans pour autant être en capacité de s’installer, on aura bien ri devant ce petit ovni télévisuel.

Flagrant délit de fan service

Play It Again, Dick est une série qui se moque d’elle-même grâce à Hansen (2 Broke Girls, Bad Teacher, Bad Judge), surtout connu pour des séries comiques, capable d’illuminer même les plus mauvaises. C’est une série à ne surtout pas voir au premier degré, vous seriez alors totalement déçu de l’expérience. C’est une façon drôle d’étendre l’univers (façon transmedia) de Veronica Mars sans pour autant y être fidèle. On est plus dans le fan service et l’auto-promotion que dans la série. Vous y trouverez certes de nombreuses références à la série, des flashbacks, des dialogues qui vous en rappelleront d’autres mais la série s’amuse surtout du processus de production, place la promotion d’autres séries de la CW en décor comme The 100, ou iZombies et créé des histoires entre les membres du casting (Kristen Bell, Jason Dohring, Chris Lowell, Percy Daggs III, Francis Capra, Enrico Colantoni). C’est trois fois rien, mais c’est efficace et on voit qu’ils ont eu plaisir à le faire alors rien que pour cela, on applaudit.

Allez, comme on est sympa chez Silence Moteur on vous met la bande-annonce ci-dessous…

 

Le film a clairement ouvert une brèche pour ce spin-off. Ce n’est pas ce qu’on attendait mais c’est peut-être mieux comme cela. C’est drôle, c’est décalé… comme une web-série quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *