Transmedia Storytelling & Social TV : Devenez un héros du petit écran !

« Téléspectateur » est devenu un mot tombé en désuétude… Alors qu’il y a de plus en plus de moyens de visionner nos série préférées, les manières de les vivre ont changé aussi. Retour sur une révolution qui se joue sur le petit écran en ce moment…

TRANSMEDIA, CROSSMEDIA ET LES AUTRES…

 S’il y a bien quelque chose qui mérite une mise au point tout de suite, c’est le terme de série télévisée. Depuis l’avènement des tablettes et plus généralement de la diffusion de contenu via Internet, on ne parle plus vraiment de série télévisée. Face à la multiplication des méthodes de diffusion, Henry Jenkins, un universitaire américain, propose en 2005 une notion tout à fait intéressante en parlant de série transmedia. Mais c’est quoi une série transmedia ?

C’est une œuvre, à la base diffusée à la télévision pouvant se décomposer via des ramifications présentes sur la toile. Exemple ? Lost. Lancée en 2004, la série mère diffusée sur ABC a le droit à une mini-série intitulée Missing Pieces pour faire la jonction entre les saisons 4 et 5. Les zones d’ombres laissées par la narration trouvent des réponses et l’univers de l’œuvre est étoffée. Puis la chaîne réitère l’expérience avec un mini vrai-faux documentaire Mysteries Of The Universe entre les saisons 5 et 6. Ces séries dérivées ne sont pas seulement des moyens de pallier à l’attente insoutenable entre chaque salve d’épisodes. C’est aussi un outil incroyable pour étoffer la mythologie d’une œuvre et multiplier les points d’entrée dans le récit pour ainsi capter un nouveau public. Alors qu’aujourd’hui, certains auteurs et chercheurs se mettent à nuancer ce propos en faisant apparaître des notions de crossmedia ou autre, l’interactivité du spectateur devient ainsi le maître mot. Les séries ne se contentent plus d’être des histoires à regarder chaque semaine. Désormais, il faut vivre la série et prolonger l’expérience en dehors de la diffusion hebdomadaire. Pour cela, les scénaristes usent de techniques toujours plus inventives…

ABC
ABC

CES SÉRIES DONT VOUS ÊTES LE HÉROS

 Lost, et bien plus tard True Blood, The Walking Dead, Game Of Thrones, ou côté français Les petits meurtres d’Agatha Christie, Engrenages, Braquo, et même en Suède avec Real Humans… toutes ces séries aussi différentes les une des autres ont un point commun : le spectateur peut à un moment donné devenir le héros !

Comment ? La plupart des séries mise sur un principe appelé « jeu de réalité alterné ». Fer de lance d’une série transmedia, le jeu de réalité alterné se caractérise par une sortie de jeu de piste permettant l’implication totale du spectateur, voire du fan. Comment ? Si Lost avait été la première a instauré le concept avec des jeux tel que The Lost Experience ou Find815 (un jeu de piste était proposé pour avoir accès à des vidéos et des informations exclusives sur l’histoire de la série), plus récemment, Game Of Thrones avait repris l’idée. Le principe ? Un jeu basé sur les cinq sens faisant déplacer les fans partout sur la Toile et même à la poursuite d’un food-truck quelques part aux Etats-Unis. Le but ? Se sentir impliqué dans la série, évoluer dans un univers familier et être chouchouté par les scénaristes ! En France, Les petits meurtres d’Agatha Christie modifie un peu un peu le concept du jeu de réalité alterné. C’est la technique du second écran qui propose au public de jouer les enquêteurs grâce à une application distribuée sur tablettes qui met en avant les indices de l’épisode visionné. Que faire aussi des expériences offertes par Braquo ou Engrenages où nous pouvons devenir un personnage à part entière aidant les protagonistes dans leur traque contre les méchants ? Ou encore le récent What Ze Teuf qui place le spectateur à la place même du scénariste en proposant au public d’écrire la suite de la série via Twitter…

QUAND LA FICTION REJOINT LA RÉALITÉ

 Le nouveau genre qu’est la série transmedia n’est pas sans poser quelques problèmes. Le spectateur est-il plus ou moins attentif qu’avant ? La frontière entre fiction et réalité est-elle maintenue ? Pour la première question, même si les modes de visionnage se multiplient à grande échelle, l’attention du public n’en est pas bouleversée. Au contraire, le spectateur devient plus actif qu’auparavant. Désormais, le spectateur remarque les moindres détails dans son show préféré, échafaude des théories sur la suite de la série ou consacre une grande partie de son temps libre à des activités de fan (spoilers, fans-fictions, forum…) Pour la seconde question qui concerne le problème de la confusion entre réalité et fiction, la réponse est plus compliquée.

C’est le principe même des jeux de réalité alterné qui est de rendre un peu plus réelle la fiction… Real Humans, la série suédoise diffusée sur Arte proposait au moment de sa diffusion le vrai faux site Internet de la compagnie fictive construisant les robots domestiques. On pouvait alors passer commande pour obtenir un robot ou même appeler la firme via un numéro de téléphone et parler à un interlocuteur bien réel ! True Blood aussi s’est mis à jouer avec la réalité et la fiction en proposant à la vente la boisson Tru Blood. Mais ici pas question de boire du sang synthétique, il s’agit juste d’un jus d’orange sanguine. Même Les Simpsons s’y sont mis avec la commercialisation de la bière Duff, la bière de Homer. Avec ces séries, le spectateur ne sait plus vraiment sur quel pied danser. Réel ou pas ? Telle est la question ! Une chose est sûre, c’est que de plus en plus de séries misent sur cette technique de narration, le transmedia storytelling, qui devient donc un outil marketing à part entière. Les séries ne sont plus ce qu’elles étaient auparavant et nous sommes face à une révolution du petit écran où le spectateur est tantôt un personnage, tantôt un scénariste…

Ludovic Abraham

3 thoughts on “Transmedia Storytelling & Social TV : Devenez un héros du petit écran !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Partages
Partagez6
Tweetez