Transformers 4, l’âge de l’extinction : Du Michael Bay à toute allure (critique sans spoilers)

Transformers : L’âge de l’extinction, l’un des blockbusters les plus attendus de cet été débarque en France le 16 juillet prochain. Dans ce nouvel opus, les règles ont changé. Pour le meilleur… ou  pour le pire ?

Les règles ont changé

Trois ans après avoir réalisé Transformers 3 : La face caché de la lune, Michael Bay revient une nouvelle fois avec ses robots mais cette fois-ci, tout a changé. Au casting, on oublie Shia Labeouf qui jouait le déluré Sam Witwicky pour se concentrer sur un nouveau personnage, Cade Yeager incarné par Mark Wahlberg. Nichola Peltz et Jack Reynor, respectivement la fille de Yeager et le petit ami de la jeune fille complètent ce casting.Vous l’aurez compris, avec l’acteur de 43 ans en rôle principal, Transformers 4 se veut plus mature et c’est un plus. Dans ce nouvel opus, les relations entre les humains et les Autobots sont au plus mal. Après le désastre de Chicago, les humains ne veulent plus avoir de relation avec eux et la CIA les traque même pour les abattre. La petite vie de Cade Yeager, un inventeur passionné d’électronique, change le jour où il met la main sur un vieux camion. Il comprend rapidement qu’il s’agit d’un Autobot – Optimus Prime, et fait tout pour le réparer jusqu’au jour où la CIA arrive à les retrouver. Cade, sa fille et son petit-ami se retrouvent donc coincés au milieu de ce combat dans lequel ils décident de prendre parti pour les Autobots…

Des combats à tout va

A vouloir trop bien faire, Michael Bay en a peut-être fait un peu trop. Transformers 4 est une série de combats et ce durant 2h45 (!!!). Quand on pense que c’est fini, il y a en encore. La raison est que les scénaristes ont décidé de créer plusieurs ennemis. Le scénario aurait gagné en efficacité si on s’était concentré sur une seule bataille mais il reste réussi. Cependant, ne vous attendez pas à retrouver la même ambiance que les autres Tranformers. Cade n’entretient pas la même relation avec les Autobots que Sam qui était très proche de Bumblebee par exemple. D’ailleurs celui-ci est un peu en retrait dans cet opus… Visuellement le résultat est plutôt bon. Transformers 4 est peut-être l’une des meilleures réussites de Bay. On regrette malgré tout quelques scènes tirées par les cheveux et des ralentis dont on aurait pu se passer.

La mythologie des Transformers

Dans Transformers : l’âge de l’extinction, on aborde un sujet qui sera traité dans les prochains films : la création des Transformers. D’où viennent ils ? Comment ont-ils été créés ? Nous avons des éléments de réponses dans cet opus et ce dès les premières minutes. Même si nous restons sur notre faim vis à vis de ces questions, la fin du film nous augure une belle suite qui devrait arriver d’ici trois ans.

Note : 13/20 pour le coté divertissement réussi. On regrette cependant sa longueur et quelques extravagances inutiles du côté de la réalisation. Deux petits conseils tout de même : ne vous aventurez pas au cinéma au petit matin, c’est la migraine assurée pour le reste de la journée. Enfin, amusez-vous à trouver les placements de produits, il y a beaucoup (beaucoup).

One thought on “Transformers 4, l’âge de l’extinction : Du Michael Bay à toute allure (critique sans spoilers)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez