The Walking Dead (saison 4 épisode 14) : Les enfants ont-ils leur place dans un monde apocalyptique ? 1


Si la série la plus vue du câble américain brille par ses scènes gores et ensanglantées, elle brille également par l’intelligence avec laquelle elle met en avant la psychologie des personnages secondaires. Cet épisode intitulé « The Grove » ne cesse de basculer entre noirceur et espoir et pose la question suivante : l’enfance est-elle toujours synonyme d’innocence  ?

L’épisode 14 se focalise uniquement sur le groupe formé par Tyreese, Carole, Judith, Lizzie et Mika. Alors qu’ils errent dans la forêt, ils trouvent par miracle une maison inhabitée et semblant être à l’écart des Rôdeurs. Cette maison devait les trouver et les survivants devaient la trouver, il ne pouvait en être autrement, comme si le destin l’avait mis sur leur chemin. La petite Mika  l’affirme d’ailleurs en disant « My mom used to say : everything works out the way it supposed to.”

Pendant la première partie de l’épisode, tout semble aller pour le mieux et l’idée de rejoindre le terminus se fait moins vivace. Le groupe voit en cette maison un nouveau refuge après la chute de la Prison. Néanmoins, quelque chose ne va pas : Lizzie n’a toujours pas pris conscience de la nature  dangereuse des Rôdeurs. La petite fille est convaincue qu’ils sont en réalité incompris et qu’ils ne demandent que de l’affection. D’ailleurs, elle refuse de les tuer et va même jusqu’à jouer avec un zombie qu’elle considère comme son ami. Sa petite sœur Mika est quant à elle beaucoup moins naïve et s’efforce de lui  faire ouvrir les yeux. Cependant, Lizzie veut prouver à tout le monde que les zombies ne sont pas mauvais, seulement différents. Pour ce faire, elle tente de se faire mordre mais Mika la sauve in extremis. D’autres zombies sortent de la forêt et les prennent en chasse. Durant l’attaque, Lizzie prend enfin son revolver et en tue plusieurs. Elle semble enfin avoir pris conscience de la dangerosité des Rôdeurs.

Si cette première moitié d’épisode semble laisser entrevoir un espoir pour les survivants, la seconde moitié met à bat ces espérances et fait basculer l’épisode dans une noirceur terrifiante. Carole et Tyreese, partis à la chasse au cerf, rejoignent la maison et voient Lizzie, la main ensanglantée empoignant un couteau. Derrière elle gît Mika, sans vie. Elle croit rassurer Carole et Tyreese en disant qu’elle n’a pas blessé le cerveau  de sa sœur et de ce fait, Mika pourra revenir à la vie et prouver ainsi que les zombies ne sont pas dangereux. Elle compte ensuite transformer Judith, le bébé de Rick. Constatant que Lizzie est un danger aussi bien pour elle que pour les autres, Carole prend alors une ultime décision : elle la mène loin de la maison, lui dit à quel point elle l’aime, se met derrière elle et lui tire une balle dans la tête. C’est à ce moment précis que la phrase prononcée par Mika au début de l’épisode prend tout son sens . Rien ne pouvait empêcher Lizzie de commettre cet acte abominable, c’était déjà en elle. En effet, on apprend que la personne qui nourrissait les zombies avec des souris à la Prison était Lizzie, la même petite fille qui a dépecé un lapin juste pour se divertir. Son état psychologique et ses conséquences étaient donc inévitables.

Cet épisode, traumatisant, dérangeant et horrifique nous rappelle quelque chose d’essentiel : si les zombies semblent être la plus grande menace qui plane sur les survivants, l’homme reste néanmoins le plus grand ennemi de l’humanité.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “The Walking Dead (saison 4 épisode 14) : Les enfants ont-ils leur place dans un monde apocalyptique ?