The Last Ship sur M6, la série signée Michael Bay

Après avoir joué avec les robots géants qui se transforment en voiture, le maître des explosions Michael Bay et papa de Transformers a décidé de retourner chez les humains ! Cette fois-ci, c’est sous forme de série TV que le réalisateur de blockbusters doit revoir son budget « pétards et artifices » pour s’adapter au dur format du petit écran ! Diffusée dès le lundi 24 novembre sur M6, Silence Moteur Action vous en dit plus sur cette série de fin du monde qui rime aussi avec fin du bon goût à la télévision.

Bienvenue à bord !

Michael Bay, réalisateur de blockbusters assumés où les explosions pleuvent par milliers se met aux séries TV ! Le geste est noble tant le père des Transformers doit composer avec des épisodes 40 minutes pour un public restreint mais toujours aussi geek. Car The Last Ship ne va pas s’inscrire dans les registres de séries policières, psychologiques ou sentimentales. C’est une série d’action, point ! L’histoire est simple : un navire de guerre américain de la Navy découvre à la fin d’une mission en Antarctique qu’une épidémie mondiale, voire une pandémie, a décimé la planète toute entière et fait tomber tous les gouvernements. Le seul espoir se trouve désormais sur le bateau, dernier bastion de l’humanité, avec à son bord une scientifique qui pourrait bien mettre un terme à cet apocalypse… Côté casting, la série fait du recyclage avec Eric Dane, le docteur Glamour de Grey’s Anatomy qui déguisé en militaire, semble avoir perdu de son aura passée. Enfin, Rhona Mitra rejoint l’équipage après un Underworld 3 raté. Quant à Adam Baldwin, il fait du Adam Baldwin.

The Last Ship ne fait pas dans l’originalité côté scénario, certes. Mais ce n’est pas ce que nous demanderons à cette série. En effet, dans la catégorie fin du monde, les histoires de pandémies mortelles sont légion : Je suis une légende, 28 plus tard, Contagion ou plus récemment World War Z… A la télévision, même les séries ont exploité le filon avec The Walking Dead ou plus surprenant, Les Simpson, dont un épisode aurait fortement influencé la série TV de Michael Bay. L’épisode 19 de la saison 23 prend en effet place sur un paquebot de croisière, dernier endroit vivable d’une Terre décimée par une étrange maladie. The Last Ship reprend exactement la même idée mais sur un ton beaucoup plus dramatique que les petits êtres jaunes. Tant mieux, car l’histoire ne sera qu’une toile de fond…

THE LAST SHIP
THE LAST SHIP : le casting

10 ans de retard…

Si l’histoire ne sert que de décor, que reste t-il à The Last Ship, la série de fin du monde de Michael Bay ? Du divertissement à l’état pur. Si dans un premier temps, le programme accumule les clichés (les Russes sont les méchants, Al-Qaïda crie vengeance) le rythme des épisodes passe rapidement. En 40 minutes, Michael Bay délivre le principal ingrédient qui a fait le succès (au moins commercial) de Tranformers : de l’action ! La série ne perd pas vraiment de temps dans des détours scénaristiques inutiles et cherche de manière perpétuelle la confrontation. Les occasions sont nombreuses et permettent de diversifier les intrigues nous empêchant de se lasser à force de rester sur le bateau : on passe ainsi d’une base militaire en plein désert à une île paradisiaque abritant une dictature. The Last Ship, bien qu’ayant un sentiment de déjà-vu, passe rapidement grâce à des épisodes dynamiques qui ont pour fond de commerce la fin du monde. Un thème qui visiblement, ne cessera de fonctionner.

Seulement voilà, Michael Bay oblige, la série s’embourbe souvent dans des clichés patriotiques incessants et presque gênants à la longue. Les Américains vont sauver le monde, on va finir par le comprendre une bonne fois pour toute. Sauf que depuis, l’eau a coulé sous les ponts et la série semble être un vestige de l’âge d’or des séries télévisées, un reste de ce début des années 2000 où le genre était à la mode et où 24h heures chrono pouvait nous montrer, sans se lasser, les Américains casser du Russe, du Chinois ou du terroriste du Moyen-Orient. The Last Ship arrive donc un peu après la bataille, et c’est bien dommage. Tous les ingrédients étaient réunis pour que la série plaise… 10 ans plus tôt !

Conclusion :

M6 a fini par prendre une mauvaise habitude : collectionner les sous-succès d’outre-Atlantique comme ce fût le cas avec Star Crossed. Si The Last Ship a fini par avoir une deuxième saison, il n’en reste pas moins que la série de Michael Bay n’est rien d’autre qu’un pur divertissement sans prétention qui saura vous faire passer un bon moment sans rien d’autres en retour. Une banale série pop-corn que vous pourrez oublier sans état d’âme une fois le générique de fin terminé. A voir si jamais il n’y a rien d’autre à la télévision. La série sera diffusée chaque lundi sur M6 dès 20h50.

NDLR : Sur le même thème de fin du monde avec pour trame de fond une humanité réduite cherchant une solution, Silence Moteur Action préfère conseiller Battlestar Galactica.

One thought on “The Last Ship sur M6, la série signée Michael Bay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez1
Tweetez