Star Wars VII : Les + et les – du Réveil de la Force

Après trois ans d’attente depuis sa mise en chantier, Star Wars épisode VII : Le réveil de la Force est enfin là. Avec (seulement) le 2ème meilleur démarrage de l’année derrière Spectre en France, ou encore le fait qu’il soit rentré dans le top 10 de l’American Film Institute, le raz de marée commence tout juste. Reste qu’à travers les éloges, d’autres voix se dressent, d’autres sont plus dissonantes. Pour la peine, Silence Moteur Action vous propose un petit tour des plus et des moins de ce Réveil de la Force. On conseille fortement à ceux qui n’ont pas vu le film de passer leur chemin. Pour revenir plus tard.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″]Les plus[/highlight]

– L’esprit Star Wars

On le sentait dans plusieurs plans des différentes bandes-annonces. Ce Star Wars allait réserver bien des surprises. À commencer par des plans titanesques. Qui n’a pas frémit devant ce long travelling du speeder de Rey devant l’épave d’un star destroyer. Et le réalisateur J.J. Abrams n’a pas lésiné. Empruntant plus à Spielberg qu’à Lucas, il trousse un film à l’ancienne. Ça respire les décors en dur, les bestioles en tout genre faites en latex et en animatroniques. L’esprit de la première trilogie est là. Abrams ne donne pas dans le fond vert à tout va. Et c’est sans doute là le plus magique. De faire côtoyer les effets old school à la technologie d’aujourd’hui. Telle que l’excellente motion capture faite sur Maz Kanata. Sans compter la direction artistique, en tout point remarquable. Bref, l’ensemble est indéniablement et foutrement beau.

– Les petits nouveaux

« Oh mon dieu, un acteur noir en stormtrooper ? » Et oui, certains ont mal vécu la chose. Tant pis pour eux car John Boyega est impeccable. Héros dans l’âme qui se cherche un but, loin de la doctrine « nazie » du Premier Ordre qu’on lui susurre depuis le berceau. Son duo avec Han Solo fonctionne à merveille et il apporte une touche d’humour pour le rigolard de la saga. Place au grand méchant Kylo Ren. On avait promis un vilain inédit. Ce dernier se dévoile cruel, déjà fort de ses pouvoirs. Mais surtout très prometteur. Ne serait-ce que par la large palette d’émotions par laquelle il passe. D’une douceur presque infantile dans certaines séquences, il sombre dans une rage destructrice en un clin d’œil. Et Adam Driver lui apporte toutes ses nuances avec brio. Vient ensuite le Poe Dameron d’Oscar Isaac. Le plus en retrait. Mais le comédien se montre à l’aise, et laisse deviner un personnage un poil insolent sur les bords qui n’est pas sans rappeler un certain Han Solo. Mais le cœur du film et de cette nouvelle trilogie s’appelle Rey. Formidable Daisy Ridley. Tour à tour vulnérable, débrouillarde et combative. Un grand destin attend l’actrice et son personnage. Et puis, pas question d’oublier le petit BB-8. Un droïde qui va faire mal au porte monnaie des fans.

– Le retour des anciens

Ou plutôt d’un en particulier. De l’ancienne génération, le Réveil de la Force est le film d’Han Solo. Et à 73 ans, Harrison Ford n’a rien perdu de sa superbe. Alors oui, il cabotine comme jamais. Mais c’est si bon de le revoir que ça marche à tous les coups. Les répliques cingles, pour le bonheur des fans. Carrie Fischer montre qu’elle en a elle aussi encore sous le pied, malgré son âge et le vide abyssal de sa carrière après Le Retour du Jedi. Quant à Luke et bien… Que le mystère soit avec lui.

– Le culte du secret

C’est la patte J.J. Abrams. Le cinéaste est connu pour les mystères qui entourent tous ses projets. Et il continue sur cette voie malgré Star Wars. Dur de garder sous silence tout ce qui se passe autour de la saga. Mais l’homme y parvient. Principalement à travers l’histoire du film. Des 30 ans qui se sont écoulés, on ne saura guère ce qui s’est passé. Les questions sont plus nombreuses que les réponses. Celles-ci viennent par brides. On recolle les morceaux comme on peut. De quoi en frustrer plus d’un. Mais de quoi en vouloir encore plus. Tout le foin fait autour de cet épisode pourrait bien se changer en feu de paille comparé à l’attente qui va envelopper l’épisode VIII.

– La Force se réveille

C’était une des promesses de J.J. Abrams. La Force retrouve de sa superbe. Son aura mystique. Les pouvoirs des Jedi ne sont pas décuplés. Le potentiel ne se mesure pas en midi-chloriens. La Force renoue avec ses origines, son mystère. Et c’est tant mieux.

– Le duel de sabre laser

Comme tout bon Star Wars, le film se conclue par le duel tant attendu. Le faisceau rouge croise le bleu à travers une violence assez sèche. Fini les longues pirouettes de Yoda dans l’Attaque des Clones ou les bonds à ressort d’Obi-Wan dans La Menace Fantôme. L’affrontement du Réveil de la Force gagne en sauvagerie et en intensité. Kylo Ren combat comme si il magnait une épée et Finn un sabre. Les coups sont durs, laissent des traces. C’est aussi brutal qu’efficace. Et pour tous les détracteurs du sabre à double garde du méchant, il prouve ici toute son utilité. Le deuxième round prévu pour l’épisode VIII fait déjà fantasmer.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″]Les moins[/highlight]

– Un quasi remake ?

Et si le Réveil de la Force n’était ni plus ni moins qu’un hommage très appuyé à l’épisode IV : Un Nouvel Espoir ? Le comparatif est inévitable et trouve même une raison d’exister tant les similitudes sont nombreuses. Les spectateurs voulaient du Star Wars, ils sont servis. Quitte à leur resservir la même soupe qu’il y a 38 ans. Tout d’abord Rey prend la place de Luke. Une jeune personne, plus ou moins livrée à elle même. Coincée sur une planète désertique (Jakku remplace Tatooine) avec la tête tournée vers les étoiles. Un droïde qui renferme quelque chose de capital. BB-8 remplace R2D2. Et on passera sur l’inévitable bataille spatiale finale. La base Starkiller prend la place de l’Étoile Noire. Encore heureux que le scénario se démarque sur d’autres points.

– Une prise de risque minime

Comme dit ci-dessus, J.J. Abrams et son équipe sont restés dans l’hommage, faisant vibrer le sentiment de nostalgie qui habite chaque fan. Même si ça n’a rien de déplaisant, on reste donc dans les clous, en terrain connu. La prise de risque est minimale. Si certaines sont culottées, elles ne font qu’exaucer de vieux souhaits. C’est pourquoi on invite dès maintenant Rian Johnson et Colin Trevorrow à mouiller un peu plus le maillot. Cette galaxie très très lointaine est grande et encore inexplorée. Surprenez les fans au lieu de leur resservir une énième planète désertique ou de glace. On compte sur vous !

– Des seconds rôles sacrifiés

À moindre importance, chaque film Star Wars peut être vu comme un film choral. De quoi placer plusieurs personnages sur l’hôtel des sacrifiés. On pardonnera le peu de temps de présence du grand Max Von Sydow par son âge avancé. On tiquera aussi sur le Leader suprême Snoke. Si sa mise en retrait se veut volontaire, il apparaît déjà ni plus ni moins que comme un Empereur bis, au look bien plus discutable. Mais le plus gros coup de gueule vient du sort réservé au capitaine Phasma, joué par Gwendoline Christie. Derrière son impeccable armure chromée, le temps de présence de son personnage doit à peine atteindre les deux minutes à l’écran. Et dire que J.J. Abrams en fait l’un de ses personnages préférés…

– Et l’Univers Étendu alors ?

Disney l’a martelé aux fans, en long, en large et en travers, NON, l’épisode VII ne prendra pas en compte l’immense Univers Étendu instauré depuis Le Retour du Jedi. Et entre les livres, bandes dessinées ou jeux vidéos, il y avait de quoi faire. Pourtant, le tout est botté gentiment en touche lorsque l’on questionne l’équipe sur l’histoire. Point particulièrement épineux, la descendance de Dark Vador. Mais le discours chez Disney ne vacille pas. C’est ce qu’on pourrait appeler un beau démenti dans le vide. Car résultat des courses, quelle « surprise » de découvrir que Kylo Ren n’est autre que le fils d’Han Solo et Leia. D’ici à ce qu’on apprenne dans l’épisode VIII que Rey est la fille de Luke… Il n’y a qu’un pas !

One thought on “Star Wars VII : Les + et les – du Réveil de la Force

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez