Snatch, t’écoutes ou tu raques


Approchez mesdames et messieurs !

Bienvenue dans la chronique Soundtrack de la rédac’. Pour cette fois, pas de Star Wars ou de Pulp Fiction, que non ! Vu que c’est notre première, je vous parlerais du cultissime Snatch, de Guy Ritchie. Le deuxième long métrage du réalisateur anglais est réputé pour être l’un, sinon LE meilleur de ses films. Il est aussi connu pour ses personnages haut en couleurs à l’image de Mickey le gitan boxeur interprété par Brad Pitt.

En ce qui me concerne, Snatch, c’est tout simplement une soundtrack géniale. Si on passe sur les classiques extraits du film (encore que perdre quelque secondes à écouter le monologue de Vinnie « Tony Dents-de-plomb » Jones ça donne toujours le sourire) il reste 15 chansons, soit environ 55 minutes de pur bonheur.

 Globalement on peut classer les chansons de Snatch en trois catégories :

 – Les chansons qui sentent l’ancien, le gangster, le Mikhaïl Kalachnikov : Hernando’s Hideaway des Johnston Brothers ou Kosha Nostra Thème de John Murphy et Daniel Griffith, on a des chanson aux tonalités certes classiques, mais qu’on voit étrangement bien dans un film de gangster bien sale (ou dans les Poupées Russes).

 – Les morceaux à écouter pour se mettre de bonne humeur : Diamond de Klint ou Cross The Tracks par Maceo & The Macks, là, on a des rythmiques old school, entrainantes, parfaites pour le trajet déprimant dans le métro/bus/train le lundi matin.

 – Et enfin, les sons à écouter seul chez soi : Disco Science de Mirwais, Angel par Massive Attack ou l’énormissime Fuckin’ in The Bushes d’Oasis. Pourquoi écouter ces magnifiques morceaux seul chez soi ? Tout simplement parce que c’est le genre de musique qui donne envie de jouer de l’air guitar en pyjama debout sur son lit.

Malgré leur style bien différent, les chanson de la bande son de Snatch ont en commun d’être très prenantes. Pour les fans c’est un moyen comme un autre de se replonger dans l’ambiance du film, pour les autres ça reste une compilation de titres de qualité qui plaira à tous et à toutes.

Maxime Renaud

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *