Sharknado 3 : Retour sur une soirée dantesque !

Vous les attendiez ? Les requins sont de retour pour la troisième année consécutive dans Sharknado 3: Oh Hell No! Toujours diffusées sur SyFy, et cette fois en diffusion US+24, les aventures de Fin et April nous entraînent à travers les États-Unis, de Washington à Orlando, et même au delà… Alors, Sharknado 3 est-il toujours aussi « navetique » ? Silence Moteur Action a assisté à la présentation du film à l’Aquarium de Paris et vous dit tout !

Comme des poissons dans l’eau

On vous l’accorde, elle était facile, celle-là. Mais nous étions bien heureux de festoyer pour la diffusion de Sharknado 3 dans un cadre exceptionnel, celui de l’Aquarium de Paris ! Au programme de cette soirée organisée par SyFy et CanalSat, une visite guidée des différents bassins, en allant des petits poissons mignons (Nemo, Dory, les méduses… tout ça !) jusqu’à un endroit qui l’est tout de suite moins : le bassin des requins ! Il n’y avait pas de plus bel endroit pour immortaliser notre soirée, et c’est ce qu’ont fait les guests présents, comme Bruno Salomone… Le frenchie s’est accordé un petit rôle atypique dans le film, dans la peau d’un certain René et avec un fort accent. Du bonheur, en somme. Il était accompagné par quelques membres du Studio Bagel, dont Kemar, Natoo et surtout Mectoob, qui double l’un des nombreux personnages à être croqué !

Comme aux États-Unis, la projection fut placée sous le signe de la connectivité avec les nombreux hashtags incrustés tout au long du film : de #FinCeHéros à #SharkWars, tout y passe ! Jusqu’à même laisser l’avenir d’un des personnages principaux de la saga entre les mains du public… C’est à vous de décider !

PicMonkey Collage
Natoo et Bruno Salomone se prêtent au jeu des Sharkaselfies !

De Sharknaggedon à Sharknavity !

Avons-nous vraiment besoin de donner un avis sérieux sur Sharknado ? Oui, la saga fait partie de ces films que l’on adore regarder avec nos amis et/ou un peu éméchés, parce qu’ils sont tellement nuls qu’on en rit. Un plaisir coupable pour son absurdité grandiose (augmentée d’un cran lorsque les sharknados deviennent des « sharkicanes » !), ses effets spéciaux dégueulasses (même si l’on progresse un peu cette année !) et ses caméos et invités farfelus. Du côté des caméos, d’ailleurs, nous sommes encore une fois bien servis cette année, avec la présence de David Hasselhoff ou Frankie Muniz, qui ont tous deux droits à de beaux moments de bravoure… Surtout notre ex-Malcolm, dont on résumera la présence à cette réplique bien connue : « Pas de bras, pas de chocolat ! » Et concernant le caméo le plus marquant du film, la surprise était de taille. Nous, on ne vous dit rien, sauf un petit indice : « Shark Wedding »…

Sharknado 3 accumule une nouvelle fois les situations capillotractées et bourrées de références, comme sa scène d’ouverture à Washington DC qui en fera pâlir Roland Emmerich, une autre partie aux Studios Universal (à défaut d’aller au parc des dinos), ou bien au delà… Dans l’espace. Oui, vous avez bien lu : les requins envahissent l’espace (peut-être pour retrouver Machete ?) et toute la dernière partie de Sharknado 3 se la joue à la Gravity ! On regrettera seulement que la majeure partie des morts ne repose que sur un seul même schéma : le personnage à mourir est bien mis en évidence, balance une phrase à la con, puis un requin apparaît comme par magie pour l’écraser. Il serait possible, pour le réalisateur Anthony C. Ferrante et son équipe, de pousser encore plus loin le ridicule et le côté nanar assumé : si Sharknado 4 se déroule intégralement dans l’espace, il y aurait moyen de proposer de sacrés surprises !

Conclusion : Si vous cherchez un instant anti-réflexion et fun complet avec vos amis, Sharknado 3 vous fera sans aucun doute rire. Peut-être un peu moins que les deux premiers, certes, mais ça remplit aisément son job !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 Partages
Partagez12
Tweetez