Série TV : Vinyl, la bonne pioche de HBO

Silence Moteur Action a pu voir en avant-première le premier épisode (d’une durée extraordinaire d’1h52) de Vinyl, la nouvelle bombe de HBO. Cette série sur l’industrie musicale dans les années 70 est produite par Martin Scorsese et Mick Jagger. Terrence Winter signe le scénario. Critique.

La petite histoire derrière la série

Dans les années 2000, Martin Scorcese et Mick Jagger ont dans l’idée de faire un film sur l’industrie musicale et le rock’n’roll. Un projet ambitieux qui ne verra pas le jour à cause du budget colossal qu’aurait nécessité le long-métrage. Mais les deux hommes ne laisseront pas tomber. Quelques années plus tard et sous  l’impulsion de Terrence Winter, HBO décide de leur donner leur chance. La chaine avait déjà travaillé avec le réalisateur oscarisé et le scénariste sur la série Boardwalk Empire. Terrence Winter, a aussi collaboré sur Les Sopranos et Le Loup de Wall Street. Ils ont l’ambition, la chaine a de l’argent : la série a tout pour être un chef d’oeuvre.

Et que serait une bonne série sans un casting remarquable ? C’est un ancien de Boardwalk Empire qui tient la tête d’affiche : le charismatique Bobby Cannavale joue un producteur de disque sur le déclin. L’acteur tient  probablement là le meilleur rôle de sa carrière. Ce personnage doit faire face au naufrage de son studio, à des problèmes avec sa femme et à un évènement inattendu qui risque de redistribuer les cartes…

Un maelstrom dynamique et jouissif

Pendant près d’1h50 à la réalisation parfaitement maitrisée, le pilote de Vinyl nous fait voyager et pose ses valises dans les années 70. A l’époque où les Les Zeppelin cartonne et que le punk et le disco n’en sont qu’à leurs prémices. L’immersion est complète : décors, habits, choix des musiques, reconstitutions fidèles…Mick Jagger a veillé au grain.

C’est Martin Scorsese himself qui tourne le pilote. La réalisation dynamique, entrecoupée par des interludes musicales à en danser sur sa chaise, rappelle les meilleurs films du cinéastes. Taxi Driver pour les plans de New York la nuit, Le Loup de Wall Street pour les scènes sous influence. Il ne déçoit pas. Impossible de s’ennuyer durant ce premier épisode sans temps mort où passé et présent se mélangent. Le tout est construit habilement autour du personnage de Richie Finestra, pour comprendre son ascension dans le monde de la musique, ses trahisons et ses coups bas. Le pilote de Vinyl nous offrira par ailleurs quelques scènes WTF à l’instar de cette fin, qui se déroule durant le concert des New York Dolls. Un véritable montée en puissance musicale et psychédélique qui donne envie de voir la suite. 

@hbo
@hbo

Le contrat est rempli

Sexe, drogues et rock’n’roll. Jamais une série musicale n’aura aussi bien respecté ces trois thèmes. Avec Vinyl, attendez-vous à du trash et du politiquement incorrect. Et à ce titre, le scénario ne fait pas dans la dentelle : le running gag autour des nazis et l’extermination des juifs pourrait bien faire grincer des dents mais passe à merveille dans l’univers borderline de Scorsese.

Avec Vinyl, on voulait une vraie série musicale et c’est gagné : Otis Redding, Ty Taylor, Chris Kenner… la soundtrack (disponible sur Deezer ou Spotify) est un hommage aux artistes de l’époque. A noter par ailleurs que le fils de Mick Jagger apparait dans le show et joue même le leader du groupe de rock détesté du public, les Nasty Bits.

La seule petite déception de ce premier épisode pourrait venir des rôles féminins, malheureusement en retrait dans ce pilote. Si on sent le potentiel d’Olivia Wilde – femme de Bobby, ancienne reine de la night et muse d’Andy Warhol – l’actrice ne fait pas forte impression. Mais les années 70 lui vont très bien. Son personnage contraste avec celui joué par Juno Temple. L’actrice se met une nouvelle fois à nu et se glisse dans la peau d’une dénicheuse de talent/dealeuse qui a bien des choses à prouver. Et on l’attend au tournant. 

Vinyl, tous les lundis soir en US+ 24 sur OCS City, disponible dans les offres CANAL. Avec Bobby Cannavale, Olivia Wilde, Ray Romano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Partages
Partagez8
Tweetez