Série TV : Strange Empire, un western au féminin

Continuum, Orphan Black et maintenant Strange Empire… Non non non, ne négligez plus les séries canadiennes. On vous explique pourquoi sur Silence Moteur Action.

De quoi ça parle ? Quelque part le long de la frontière qui sépare le Montana du comté d’Alberta, trois femmes aux parcours très différents s’allient pour survivre.

Un western sombre, étrange et émouvant

Strange Empire fait une grosse impression dès son pilot. Sa photographie froide à tendance sepia crée une ambiance toute particulière qui attire notre attention immédiatement. Strange Empire nous emmène en 1869 alors qu’un couple chevauche à tout allure dans l’espoir de trouver un médecin pour leur enfant. Trop tard, l’enfant est mort et il y a pas de médecin. On reste scotché devant notre écran. La série de Laurie Finstad-Knishnik fait preuve d’une intensité rare dès sa première séquence. Ces premières minutes donnent le ton, ce Strange Empire sera un monde ouvert, froid et dangereux. Des contrées sauvages, des coups de feu, des chevaux, des morts, le western connaît un certain retour en grâce depuis quelques années. Dans le monde de la série on a pu apprécier les très bonnes Deadwood, Hell on Wheels ou encore Klondike avec Richard Madden (Game of Thrones) et au cinéma Django Unchained ou Lone Ranger (qui n’est pas aussi mauvais qu’on vous l’a dit). Ils nous ont occupé des heures entières mais les non initiés pourraient aussi trouver des qualités à ce western d’un nouveau genre. Car Strange Empire n’est pas un pot pourri de lieux communs même si on retrouve cette idée de conquête de l’ouest et de civilisation branlante qui naîtra dans la douleur et la violence, Strange Empire nous offre un western féminin sombre. Rassurez-vous Strange Empire est bien plus réussie que Bandidas. La série ne fait pas l’erreur de vouloir tout expliquer, installe une ambiance, un style, dévoile son western féminin par étape tout en présentant très vite ses personnages (les forces en présence), les lieux et les intrigues futures. On a pas peur de dire après avoir vu ce premier épisode qu’on à ici affaire à un period drama qui va dans la bonne direction et qui vaut largement les productions anglaises qui font écoles.

Reductio ad putam

L’histoire n’a pas toujours été tendre avec les femmes, Strange Empire va vite les confronter à un monde violent et injuste dans lequel trois figures féminines de caractère vont émerger et s’associer. Car dans un monde sauvage où la civilisation est à peine en construction, les femmes sont des proies faciles et vont forcément être réduites à l’état de prostituées qu’importe leur origine ou leur condition actuelle. Avant l’attaque, les jeunes filles n’en font pas mystère, « we’re to be whores » et tout le petit monde est conduit directement à la case bordel. Strange Empire met en scène la suprématie masculine, son paternalisme (le mari condescendant de Rebecca), sa violence (le conjoint proxénète de Isabelle) mais lui offre un jour plus favorable aussi (le mari de Kat), dans une sorte de passé, présent et futur des rapports hommes/femmes. D’abord centrée sur les hommes, l’intrigue glisse brutalement au cours de l’épisode dans une société de femmes qui pèse de tout son poids pour exister face au seul homme qui occupe véritablement la scène, le super vilain John Slotter (nom très intéressant pour les anglophones…) joué par Aaron Poole. Kat et lui partagent une même férocité, une même violence qui va être très intéressante à voir. Mises plus bas que terre, elles peuvent paraître sous les traits de femmes fragiles mais elles ne sont pas complètement sans défense, elles sont déterminées à faire valoir leurs droits. Les meurtres de leurs maris vont les forcer à prendre la main. Pourtant ce n’est pas gagné, Kat est une bâtarde indienne, un peu sauvageonne, tête brûlée, elle est l’image de la femme fatale, de la force vitale mais son entêtement pourrait transformer sa force en faiblesse. Rebecca sort d’un asile parce que ses capacités mettait les autres mal-à-l’aise. Et Isabelle a perdu depuis longtemps l’illusion d’une échappatoire possible et avait pris des mesures radicales.

Avec Strange Empire, CBC Television nous propose un western un peu particulier et on adore déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez