Série TV Intruders : Entre drame, thriller et paranormal

Diffusée le 23 août dernier sur BBC America, la petite dernière de Glen Morgan (X-Files) vaut-elle le coup d’œil ? Mini-série qui flirte entre le drame, le thriller et le paranormal, Intruders est un projet bien étrange voire un peu déroutant.

Synopsis : Jack Whelan, un ancien agent du LAPD, se retrouve confronté à la disparition de sa femme et à d’autres événements plutôt mystérieux. Apparemment sans liens, ceux-ci finissent toutefois par le mener sur une piste à peine croyable, celle d’une société secrète qui semble avoir trouver le moyen d’accéder à l’immortalité.

« In the beginning there was death »

L’existence d’une vie après la mort est incontestablement un sujet fascinant. Restant pour toujours une énigme insoluble, on peut à loisir imaginer ce qu’il y a après sans véritables limites. C’est pourquoi, cette thématique a été maintes fois explorée en littérature, au cinéma et évidemment en série. Jusqu’ici ces morts alternatives prenaient surtout l’image de vampires (Vampire Diaries, True Blood, From Dusk till Dawn, etc…) et autres zombies (The Walking Dead, Death Valley, etc). Ces séries prenant ainsi clairement le parti du fantastique. Or dans Intruders, comme dans Les Revenants, point de créatures d’épouvantes, mais bien des visages humains tout à fait communs (pour le moment). C’est assez malin et plutôt déstabilisant, probablement plus que si on avait eu affaire aux monstres mythiques ultra glamourisés et plus très effrayants des productions récentes. L’homme est le plus beau monstre ici-bas après tout.

Grâce à un procédé dont on ignore tout, les membres d’une société secrète semblent en mesure de prendre possession d’autres corps que les leurs. Désormais capable de se soustraire à la mort, ceux-ci se réveillent au sein de corps refuges, d’hôtes. Point départ d‘Intruders, l’attaque à l’encontre de Donna, aussi inattendue que violente, offre une entrée en matière intéressante mais plutôt floue. Elle pose en effet bien plus de questions qu’elle ne propose de réponses. Pourquoi Donna ? Qui s’est réincarné en elle ? Un humain ? Un extraterrestre ? Par quel moyen ? Quel est son parcours ? Quel est son projet ? Prendre la vie de son hôte ou tenter de poursuivre la sienne ? L’hôte peut-il résister à son intrus ? Avec quelles conséquences ? Le pilot nous apporte en définitive très peu d’éléments et préserve ses révélations pour la suite.

Une ambiance étrange

Au-delà de l’intrigue, la priorité d’Intruders est de créer une ambiance particulière où règne l’étrange, le bizarre. L’image est froide. Les couleurs peu mises en avant, le gris domine et donne à l’ensemble un aspect morbide comme si la mort était mise en scène dès les premières secondes du pilot et ne nous lâchait plus par la suite. C’est assez réussi. La série semble cultiver le mystère au maximum, ce qui donne malheureusement une impression de lenteur, une impression de juxtaposition de scènes stylisées, intrigantes, dont on aurait pas les codes de compréhension. Intruders propose, par exemple, un jeu évident sur les symboliques autour du feu, de l’eau, du chiffre 9. On constate bien la récurrence de ces motifs, mais on ne peut les rattacher à rien. On ne peut pas s’empêcher de balancer entre curiosité et désintérêt.

Les personnages ne sont pas inintéressants et pourtant leur développement pourrait bien rater la cible. Le personnage qu’on rencontre en premier est vite expédié. Mira Sorvino (Falling Skys) joue Amy Whelan qui agit de façon inhabituelle et finit par disparaître. John Simm (The Village, Prey), son mari, devenu écrivain pour une raison inconnue, mène une vie plutôt morne. James Frain (True Blood, The Tudors) est convainquant dans le rôle de Sheperd, le vilain qui a des remords. Et pourtant, ce n’est pas suffisant. À trop vouloir cultiver le mystère, miser sur l’ambiance et nous laisser délibérément dans le flou, Intruders empêche toute proximité entre nous et les personnages qui n’ont pris aucune épaisseur, à l’exception de Maddie/Marcus dont on entraperçoit le passé et les agitations. Il se passe beaucoup de choses mais il n’est pas évident d’en retenir quelque chose. La suite va devoir se montrer plus convaincante.

Conclusion

Il est très difficile de se faire une opinion avec ce seul épisode d’Intruders. Ce pilot n’est pas hasardeux, il sait où il va, il est construit avec soin. On sent bien que le thriller paranormal peut glisser dans le drame psychologique et offrir une réflexion intéressante sur la vie, sur sa fugacité et l’idée que si nous avions une seconde chance, ce que nous en ferions. Il y a incontestablement des pistes séduisantes, l’ensemble n’est pas rebutant mais peut peut-être se perdre dans trop de mise en scène. On a vraiment le sentiment d’en avoir encore rien vu. Intruders est une série bien curieuse, il serait dommage de s’arrêter là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez2
Tweetez