Retour réussi pour Grey’s Anatomy (saison 11)

Bon retour pour Grey’s Anatomy qui regagne des couleurs avec 10 millions de téléspectateurs pour sa onzième saison déjà. On vous dit si on se réjouit de cette énième saison ou pas, et on revient sur le season premiere sur Silence Moteur Action.

Shonda Rhimes : la Bonne Fée de ABC

Si ABC tâtonne parfois avec ses nouveautés, elle peut en revanche compter avec certitude sur sa scénariste et productrice phare, Shonda Rhimes. Preuve de cette confiance inébranlable, les programmes de Shonda Rhimes (Grey’s Anatomy, Scandal, How To Get Away With Murder) vont désormais occuper toute la soirée du jeudi. Il faut dire qu’après onze saisons de bons et loyaux services, après avoir fait partie du top ten des séries les plus regardées outre-atlantique pendant des années, après avoir reçu plusieurs récompenses dont un Golden Globe en 2007, Grey’s Anatomy fait figure de rendez-vous à ne pas manquer. Grey’s Anatomy apparaît en effet comme LA série qui a permis à Shonda Rhimes de marquer le microcosme de la série de sa touche. Elle règne sur le monde du drame médical, qu’elle décline pour nous en drame politique (Scandal) et désormais en drame procédural (HTGAWM) et on en redemande. L’univers de Shonda Rhimes, le Shondaland (nom de sa boîte de production) est en effet diablement efficace, visuellement c’est toujours très agréable, fluide et surtout elle sait bien s’entourer d’un casting efficace et une écriture qui insuffle quelque chose de très authentique à ses personnages. Ceux-ci font tellement partie de notre paysage audio-visuel qu’on a du mal à s’en détacher bien que les intrigues s’essoufflent à certains moment (dans Grey’s Anatomy en particulier). Le capital sympathie qu’ils acquièrent au fil des années ne faibli pas, rendant leurs départs difficiles à négocier, et pourtant la série survie et on se retrouve devant chaque épisode avec plaisir semaine après semaine. Contrat réussi donc pour Shonda Rhimes qui prouve qu’elle est une incontournable de la télévision américaine grâce à ces deux shows bien installés Grey’s Anatomy et Scandal qui connaissent une légère embellie pour leur retour et sa petite dernière How to Get Away With Murder qui culmine à 14 millions de téléspectateurs pour son premier épisode.

Survivre au départ de Cristina

Les morts successives de Lexie et Marc ont été un peu difficiles à avaler pour les fans de la série alors forcément quand on a appris que Sandra Oh l’interprète de Cristina Yang avait décidé de quitter le navire, c’est tout un mur de Grey’s Anatomy qui s’est effondré. Son départ a été géré en douceur au cours de la saison dernière. Toutefois son personnage était emblématique alors on ne peut pas s’empêcher de craindre pour la suite. Cet épisode essaye de gérer l’après Cristina Yang en tentant de combler les brèches. Aussi Karev et Bailey vont se disputer son siège à la tête de l’hôpital. Karev est réveillé en pleine nuit par Meredith qui débarque dans sa chambre pour parler avec lui des difficultés qu’elle rencontre avec Derek de concilier famille et carrière, il prend ainsi clairement la place de meilleure amie et confidente laissée vacante par Cristina. On va dire que ça lui va bien. Enfin Shonda Rhimes n’a peur de rien et essaie de faire coup double en remplaçant d’un coup Cristina et Lexie et nous refait le coup de la sœur qui débarque au Seattle Grace. Pirouette scénaristique qu’on ne s’attendait pas à revoir et qui risque de déplaire fortement. Bien conscience des risques, Shonda Rhimes tente d’évacuer au plus vite toutes réactions négatives face à cette arrivée surprise un peu facile en inscrivant cet enfant dans la mythologie de Grey’s Anatomy, en reprenant le passage du carrousel notamment. Elle se donne beaucoup de mal pour que cela fonctionne et jette son nouveau personnage, interprété par Kelly McCreary (Emily Owens MD), dans la bataille en la mettant en action en tant que médecin, en tant que sœur qui n’arrive pas à créer de liens avec Meredith et surtout en tant que fille supposée de Richard. Mais on doit reconnaître qu’on est pas très emballé par cette nouvelle sœur sortie de nulle part et on est loin d’être les seuls. On ne remplace pas Lexie et on remplace encore moins Cristina… Rien à faire, sans elles ce n’est plus pareil.

Accident de brancard

Grey’s Anatomy se débat pour redonner de la vigueur à son show qui s’essouffle alors ce premier épisode ressemble à un festival d’idées désespérées. D’abord on introduit une sœur bis pour les nostalgiques de Lexie, on promeut Karev meilleure amie bis pour ceux de Cristina, on rajoute un peu de compétition acharnée entre Stephanie et Jo pour nous rappeler les bonnes heures de Grey’s Anatomy et notamment la séquence du bipper à strass et autres concours farfelus, on place Richard et Amelia dans la même réunion des alcooliques anonymes, on organise une soirée des gentlemen bis pour le futur divorcé qu’est Owen, Geena Davis débarque de nulle part dans un couloir avec une proposition, on ajoute quelques scènes spectaculaires impliquant le toit de l’hôpital et un hélicoptère (malheureusement les effets sont assez vilains et donne plus envie de rire qu’autre chose) et enfin la palme d’or de cet épisode revient à l’accident de brancard qui tombe du toit pour se planter dans une voiture et déranger ses occupants…très…occupés… Honnêtement, à trop vouloir combler, Grey’s Anatomy va finir par rendre ses fans amers. Comble de l’ironie, le brancard qui tombe du ciel c’est exactement ce qui qualifierait le mieux cet épisode dans lequel toutes les storylines semblent littéralement tomber du ciel. Et pourtant, pourtant, oui pourtant on aime bien l’idée que Richard ait finalement un enfant, on aime voir grandir le personnage d’Ellis Grey même de façon posthume, on aime que Karev ait plus d’importance dans cette nouvelle saison, on aime le personnage d’Amelia (rescapée de Private Practice) qui n’est pas bien mise en avant pour le moment et c’est dommage, on aime les séquences plus humoristiques de-ci de-là qui essayent tant bien que mal de nous débarrasser de l’impression de regarder Deprime Anatomy depuis plusieurs saisons déjà. Si tout n’est pas réussi, on apprécie quand même les efforts de Shonda Rhimes pour bousculer un peu sa série mais à ce stade on craint qu’il ne faille un électrochoc.

Malgré ses onze saisons au compteur, on est content de retrouver Grey’s Anatomy en cette rentrée télévisée. Elle fait figure de vétéran sur ABC et on a tellement aimé les premières saisons qu’on lui pardonne les petites errances, les répétitions et on profite simplement de la suite des événements…en espérant que la série se renouvelle un peu quand même.

2 thoughts on “Retour réussi pour Grey’s Anatomy (saison 11)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *