Serie TV : Getting On, la série médicale de HBO

Ce n’est un secret pour personne, les chaînes US aiment bien piocher dans les programmes étrangers et les re-pimper à leur goût. Getting On ne fait pas exception, cette série anglaise bénéficie donc de sa version US en 2013 grâce à HBO. Le sujet est difficile, les audiences timides, mais la série a entamé sa seconde saison au début du mois alors on vous en parle sur Silence Moteur Action.

Geriatrie-land

Getting On, créée par Mark V. Olsen & Will Scheffer, le duo de Big Love, nous fait évoluer au cœur du service gériatrique du Mt Palms Hospital de Long Beach. Getting On va certes de gardes de jour en gardes de nuit mais ce sera là le seul point commun entre elle et les autres séries médicales car pour le reste, on n’aura pas de mal à dire que Getting On ne ressemble à aucune autre. Vous ne retrouverez pas le rythme d’Urgences, ni les histoires de cœur de Grey’s Anatomy, encore moins les mystères médicaux de Dr House, et pas même le teen drama de Red Band Society, non rien de tout cela. On a là un petit ovni déroutant qui a séduit la critique mais qui n’est pas à mettre entre toutes les mains. Entre nouveaux arrivants, patients de longues durée et principalement patients sur le départ (parce que tout voyage a une fin), le personnel médical se réparti les rôles et la gestion d’un service difficile dominé par la maladie, l’incompréhension, la dégénérescence et l’ennui. Oui, le programme peut sembler déprimant mais Getting On réserve quelques moments comiques, loufoques tant les situations et les petites lubies des uns et des autres semblent absurdes. Getting On joue sur un humour noir qui vous donnerez presque honte de rire.

Femmes au bord de la crise de nerfs

L’action gravite autour de trois personnages féminins, le Dr Jenna James (Laurie Metcalf alias la maman de Sheldon dans The Big Bang Theory) en pleine dépression nerveuse engluée dans un job qu’elle aime de moins en moins et qu’elle considère comme sans but, Dawn alias Alex Borstein (Shameless, Workaholics, Bunheads), la chef des infirmières qui se laisse souvent perturbée par ses problèmes personnels et Didi alias Niecy Nash (The Mindy Project) de retour dans le monde du travail avec un poste d’infirmière pour lequel elle semble montrer quelques aptitudes. La première est obsédée par ses recherches atypiques qui tentent de combler ses ambitions ratées, la seconde par sa non-relation avec un infirmier peut-être homosexuel et la dernière fait au mieux pour être un recours au près des patients tout en gardant le bon sens que les autres semblent avoir abandonné. Entre protocoles, tensions, patients perdus, violents et séminaires du bonheur, Getting On nous offre les portraits sans concessions de personnages semblant sombrer malgré eux et en silence dans la morosité ambiante. Une fois encore, cela semble déprimant, mais c’est hilarant.

Découvrez ce qui vous attend dans la saison 2 de Getting On, sur Silence Moteur Action.

 

On finira sur une petite réserve. Si on aime le thème pas franchement fédérateur qui sert de base à Getting On on ne peut que regretter sa critique trop timide des systèmes de santé, de l’épuisement des personnels et de la considération des malades et de nos aînés en général, pour le reste HBO frappe juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Partages
Partagez3
Tweetez