Série TV Boardwalk Empire : Clap de fin

C’était la fin de Boardwalk Empire dimanche soir sur HBO. Et, euh… Nous on a sorti les mouchoirs…

Petite séance d’auto-congratulations entre amis

Alors que la situation était intenable dans « Friendless Child », Nucky Thompson était parvenu à faire libérer Will, son neveu. Avec une marge de manœuvre inexistante c’est un Nucky à genoux qui avait tout abandonné à ses rivaux. Humilié par le duo Luciano-Lansky et voulant s’épargner un affrontement qui tournerait forcément au bain de sang, il avait négocié sa survie en commanditant lui-même l’assassinat de Maranzano dans les vingt quatre heures qui suivraient. Le sale boulot étant fait, les comptes semblent définitivement soldés entre les deux clans. Même Narcisse, le Docteur, est abattu à la sortie de l’église, comme cela, sans annonce, sans gloire. Boardwalk Empire donne ici l’impression de se débarrasser de cette sous-intrigue au plus vite, ce n’est pas très satisfaisant. Bien que balayé par les aspirants truands d’hier qui font aujourd’hui la pluie et le beau temps, Nucky aura donc finalement vécu et survécu à la chute de son empire. Une fois Nucky écarté de la course au pouvoir, les vainqueurs ont tout le loisir de trinquer à leur victoire et s’adonnent essentiellement à des petites séances d’auto-satisfaction au cours de ce dernier épisode. Un long chemin aura été parcouru par le petit Charlie Luciano alias Vincent Plazza de la première saison qui déclame aujourd’hui « The futur is ours, boys ». C’est la voie royale pour Luciano et sa mafia italienne qui va régner en maître sur la pègre, lui donner toutes ses lettres de noblesses (si on peut le dire ainsi).

Boardwalk Empire vous présente le Al Capone Show

À Chicago, cela sent le roussi pour Al Capone qui fini par être rattrapé par des histoires de blanchissement d’argent. L’homme a de la ressource, il rabroue les collaborateurs (comprendre partenaires de crimes) qui ne partagent pas son optimisme et prend l’affaire en dilettante. Le costume du père succède vite à celui de mafieux influent. Il faut dire que l’homme est un Janus, il a plusieurs visages, et celui du père est peut-être le plus fascinant de tous. Jusqu’au dernier épisode, Boardwalk Empire n’aura pu dissocier le père du gangster. Ce n’est pas un choix anodin. Cette séquence semble clairement vouloir nous préparer à l’issue de l’épisode. Aussi, la scène qu’il partage avec son fils sourd est l’une des séquences les plus marquantes de l’épisode. Les pères modèles se comptant sur les doigts d’une main dans Boardwalk Empire, on ne peut que succomber pour ce tendre moment. On lui préférera cependant la séquence de la montée des marches du tribunal. Allure joviale, parade triomphale, tout de blanc vêtu, cigare navigant de la main à la bouche, Al Capone participe au cirque médiatique avec une grande aisance. Al Capone aka « Scarface » écrit sa légende. On connaît la suite. L’affaire est déjà pliée. Le FBI ne le lâchera pas aussi facilement. Al Capone tombe donc pour fraude fiscal et est emprisonné d’abord dans la prison d’état d’Atlanta, ensuite à Alcatraz. Rongé par la syphilis (petit souvenir de jeunesse), sa santé mentale dérape inexorablement. Stephen Graham aura était parfait jusqu’au bout.

« Je te promets », tu ne diras point

En 1897, Nucky a fait une promesse à une toute jeune fille rousse, une promesse qu’il ne devait malheureusement pas tenir. Arhg, n’ayons pas honte de le dire, Gillian Darmody est un personnage délicieusement tordu pour lequel on est tenté d’avoir de l’affection. Orpheline, voleuse, vendue par Nucky au Commodore, que reste-t-il des femmes de la vie de Nucky ? Une mère victime d’un mari alcoolique et irascible, une sœur partie trop jeune, une femme devenue folle par la naissance d’un enfant mort né, une droguée notoire, une petite chanteuse, une mafieuse trop sûre d’elle, que n’a-t-il fait pour les détruire soit par son inaction, ses calculs, ses erreurs ? Parmi elles, Gillian prend de la hauteur. Elle ne fait pas partie de ces victimes silencieuses, elle a longuement mûri sa vengeance. Idéalistes, désireux de faire le bien, de se faire du bien mais prêts à tout, Gillian a toujours été d’une certain façon le pendant féminin de Nucky. C’est donc tout naturellement que Gillian cause sa perte alors qu’il avait précipité la sienne sans jamais honorer sa promesse. La supplique de Gillian était en vérité une mise à mort, une ultime chance de repentance que Nucky n’aura pas su saisir, un ultime acte d’amour de Gillian qui ne pourra supporter d’être rejetée une fois de plus. Ces deux là ne seront donc jamais trouvé. Nucky n’aura su que décevoir. Tommy Darmody est contre attente le bras armé de Gillian. Après avoir symboliquement rompu le seul véritable lien qui les liaient à Nucky en déchirant son billet (la seule chose qui ait jamais eu de valeur pour lui et venant de lui puisque sa parole s’est montrée fautive plus d’une fois), Tommy exécute la vengeance d’une famille maudite depuis le début. Que ceux qui ne se sont jamais remis de la mort de Jimmy soient vengés.

It started on the boardwalk. It ended on the boardwalk.

Nucky presque abattu par ses ennemis, poursuivi par le FBI, succombera finalement à la vénéneuse Gillian sur la promenade, le lieu où ils se sont rencontrés, le lieu qui l’a fait rêver, le lieu qui l’a fait tout court. Si « Friendless Child » avait vu la mort de Nucky Thompson le gangster, « Eldorado » est celle de Nucky Thompson l’homme. Comme le ressac de la mer, la vague qui balaie la promenade donne et reprend. La première scène de ce dernier épisode montrait un vieux Nucky nageant seul au loin de la foule d’Atlantic City. Représenté dans le dénuement, lavé, cela sentait déjà la fin pour Nucky mais c’est surtout à la fin de l’épisode que cette scène prend tout son sens. Dans cette dernière séquence, un jeune Nucky nageant sous l’eau attrape une pièce. Contrairement au début de la saison, Nucky atteint cette fois la pièce. Signe d’espoir, d’élévation, symbole du parcours de Nucky, cette pièce c’est aussi le signe que Gillian et la promenade lui ont littéralement rendue la monnaie de sa pièce. Ne disait-il pas lui-même au cours de la seconde saison qu’à ce jeu là on finissait tous avec une balle dans la tête ? Dans le combat qui opposait le bien au mal, le bien a toujours eu du plomb dans l’aile. La cupidité se paie… très chère. Cette scène ouverte à l’interprétation, clôt formidablement bien cette série 100% HBO. Ces longues séquences de flashbacks auront reconstitué le puzzle de la vie de Nucky dans son entier et permis de redécouvrir Mark Pickering (Sleepy Hollow). Il est une chose de jouer un personnage, il en est une autre de jouer un personnage en y apportant tout ce que Steve Buscemi y a mis. Mark Pickering réussi là une petite prouesse.

PS : Margaret Schroeder

Du groupe d’origine, il ne subsiste pas foule. Gravitant autour des Nucky, Eli et les autres, Margaret Schroeder apparaît comme un membre à part. Si Margaret n’a pas toujours évité les bombes, elle aura atteint son but et c’est bien la seule qui en définitive tire son épingle du jeu d’avoir croisé Nucky sur sa route. À New York, elle fait fortune grâce à de bons investissements en bourse après des manipulations qui lui ont permis de révéler un nouveau talent, de celer une nouvelle alliance et de s’assurer un avenir sans nuages. Sa relation avec Nucky était sur le point de trouver un nouvel élan. Il meurt. Elle héritera. De Margaret Rohan, immigrée irlandaise enceinte fuyant son père et la menace des couvents de Madeleine à Margaret Thompson femme riche et indépendante, en passant par Margaret Schroeder, jeune mère battue victime collatérale de l’alcoolisme de son mari, et Margaret Thompson, femme adultère et amante en deuil, elle en aura parcouru du chemin elle aussi pour se sortir de la misère. On quitte une Margaret heureuse, ce qui n’est pas rien. Kelly McDonald ne pouvait rêver meilleur rôle, et Margaret, de meilleure interprète.

La fin d’une série est et sera toujours un moment délicat. La saison 5 ne restera probablement pas la meilleure de Boardwalk Empire, la fin ne satisfera pas tout le monde, hélas, mais, Terrence Winter a pensé à nous cette fois, Nucky Thompson est mort.

One thought on “Série TV Boardwalk Empire : Clap de fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez