RétrospectivesVoyages

[Rétrospective Voyages] Lumière sur Paris !

Alors que le soleil brille, que les journées sont longues, que les vacances sont bien entamées, il faut se faire une raison : l’été est propice au voyage. C’est pour cela que nous y avons dédié notre rétrospective mensuelle ! Parce que ce n’est pas la destination qui compte, mais le voyage, intéressons nous aujourd’hui à un lieu très proche puisqu’il s’agit de la capitale française : Paris. 

Paris est l’une des villes les plus visitées au monde (60 millions de touristes annuels) et donc, logiquement, beaucoup de cinéastes décident d’y poser leur caméra (plus de 10 000 tournages recensés en 2018 par la Mairie de Paris). Si jusqu’alors, les récents gros films à avoir filmé Paris, c’était Da Vinci Code (et l’autorisation, alors exceptionnelle, de tourner au Louvre pendant des semaines), Minuit à Paris, Inception ou les grosses productions françaises de Besson, on remarque que depuis quelques mois, l’intrigue de nombreux blockbusters hollywoodiens, bollywoodiens ou chinois passe par la France : Mission : Impossible 6, Les Animaux Fantastiques, X-Men: Dark Phoenix, Men In Black International… Mais pourquoi ce regain d’intérêt ? Petit tour d’horizon…

Paris, grande capitale et ville intime

Le véritable attrait de Paris, c’est son histoire. A travers elle sont véhiculés des récits aussi nombreux que passionnants. Si de base le vieux continent qu’est l’Europe attise les fantasmes des occidentaux comme des orientaux, le fait que la ville Lumière soit l’une des seules capitales européennes à garder des traces de l’intégralité de son histoire aide beaucoup. Si Haussmann a modernisé et transformé la ville au XIXème siècle, le Quartier Latin et l’Île de la Cité sont des îlots préservés du Moyen-Âge. Contrairement à Londres ou Madrid, elle n’a pas (cela s’est joué à peu) été bombardée par le IIIeme Reich. Cette multitude d’histoires qui se lient à la grande Histoire passionne autant qu’elle appelle au rêve, à l’imaginaire.

L’architecture a bien évidemment son rôle. Outre la Tour Eiffel (portail vers de nouveaux monde dans A la poursuite de demain et Men In Black: International ou phare baroque guidant la ville dans Les crimes de Grindelwald et Moulin Rouge), Paris, ce sont les bâtiments haussmanniens des arrondissements centraux qui cohabitent avec les buildings en verre et métal du quartier de Bercy, le tout au dessus des égouts et des catacombes (d’où le film éponyme sorti en 2014).

Enfin, c’est la culture à la française qui passionne. Le romantisme bien sûr, point d’orgue des films étrangers se tournant à Paris : Minuit à Paris, Ishkq in Paris… La gastronomie et l’art de vivre ne sont pas en reste (Ratatouille) ! Paris est donc avant tout une ville qui fait rêver et qui appelle aux rêves. Du moins, c’est la vision qu’en ont les étrangers. En France, pour citer des œuvres très récentes, Amanda, Joueurs, Taken sont autant d’exemples de films qui dressent un portrait moins joyeux de notre ville.

L’argent dicte les choix

Depuis un an et la sortie tonitruance de Mission : Impossible 6 (plus gros succès de la carrière de Tom Cruise), tourné pendant plusieurs semaines dans la capitale française, nombreux sont les films à y avoir posé leur caméra. Pourquoi tourner à Paris? Le choix d’un tournage est très souvent dicté par des questions financières. En cela, dissocions les films français des films internationaux. Pour les premiers, le choix de Paris se fait dans la proximité des lieux de tournage avec les lieux de résidence de l’équipe du film, mais aussi du fait que l’Île-de-France est l’une des régions les plus attractives : elle fournit des aides financières non négligeables, qui ne sont remboursables que si le film est rentable. Pour les films internationaux, parlons technique : depuis 2016 la loi sur le CII (le Crédit d’Impôt International) a été modifié, sous l’impulsion de Luc Besson qui ne souhaitait pas tourner Valerian en dehors de la France (et de ses studios).

Si on l’a beaucoup entendu ces derniers mois, le Crédit d’Impôt reste un concept très flou pour beaucoup. En réalité, toute société de production paye des impôts (sur les salaires de ces techniciens, sur le matériel de tournage …). Le Crédit d’Impôt International permet, si vous cochez plusieurs cases d’un barème précis (tournage en France, embauche de techniciens français, réalisation d’une partie de la post-production sur le territoire) de bénéficier d’une remise sur vos impôts. Pas n’importe lesquels bien sûr, mais ceux dédiés aux dépenses de certains postes de votre budget (équipe de tournage, frais de régie, matériels). Cela permet donc aux studios américains d’avoir une remise non négligeable sur leur budgets souvent faramineux. Pour autant, la France n’est pas perdante : outre les bénéfices liés au tourisme dès la sortie du film (difficilement quantifiables), ce sont des millions d’euros qui arrivent pendant le tournage (restauration, hôtellerie, transports). Pour citer des exemples, Valerian, c’est 900 techniciens français travaillant pendant au moins six mois. Mission : Impossible 6, ce sont des retombées de plus de 25 millions d’euros pour la ville de Paris !

Parenthèse fermée, il est désormais plus compréhensible de voir les blockbusters de tous pays se presser à nos frontières ! De Sense 8 et son final en apothéose sur la Tour Eiffel à Mission : Impossible 6 bloquant des avenues entières de la ville pendant plus d’un mois jusqu’aux Animaux Fantastiques, nous n’avons pas fini de voir Paris au cinéma. Mais le 7e art est une industrie de prototype : ainsi, à chaque époque et chaque économie on trouve des films, aussi différents soient-ils, avec comme même décors Paris.

Paris, ville cinéma

Cette diversité de genre amène à une quantité énorme d’œuvres se déroulant à Paris ayant fait date dans l’histoire du cinéma. En 1960, Godard ouvre la Nouvelle Vague avec A bout de souffle et Truffaut lui emboîte le pas avec Les 400 coups. Que ça soit Belmondo remontant les Champs-Elysées ou Jean-Pierre Léaud fuyant ses parents, la ville est là en arrière-plan. La capitale est véritablement un personnage dans le chef d’oeuvre de Louis Malle, Ascenseurs pour l’échafaud, où Jeanne Moreau déambule, l’air hagard, perdue, dans les rues parisiennes sur des impros musicales de Miles Davis. Jazz encore dans le récent La La Land, où Chazelle (actuellement en train de tourner sa série Netflix dans ces mêmes rues) fait un passage par le Quartier Latin dans l’épilogue de son film. Déambulation aussi d’Owen Wilson dans le film de Woody Allen, Minuit à Paris ou Night on earth de Jim Jarmusch.

Si l’action à l’américaine de Taken, Mission : Impossible ou La mémoire dans la peau fait mouche, on est tout autant bouleversé par le silence. Celui des rues pavées vides dans It Must Be Heaven d’Elia Suleiman ou La nuit a dévoré le monde et Dans la brume. Le cinéma de genre s’y plait, d’ailleurs, à Paris. La Haine, coup de point, s’éloigne du cœur de Paris mais pour mieux faire un état des lieux du monde assez dur. La douceur est possible, avec le Paris carte postale d’Amélie Poulain de Jeunet ou de la comédie musicale, plus ancienne mais précieuse, Un Américain à Paris.

Paris brille de mille feux, et ce sans attendre la nuit tombée. Si la capitale française a bercé de tous âges et par tous les arts des millions de personnes à travers le monde, on semble rentrer dans une nouvelle phase. Les blockbusters cinématographiques et télévisuels se pressent aux portes du périphérique et sont bien déterminés à filmer Paris sous tous les angles. Et ça nous va très bien !


Pour aller plus loin (sources) :
LIVRE
Paris fait son cinéma de Barbara Boespflug et Beatrice Billon
Paris au cinéma : La vie rêvée de la Capitale de Méliès à Amélie Poulain de N-T Binh, Franck Garbarz

PRESSE
Libération N°31 juillet 2018
Les dossiers du canard N°140 – Juillet 2016

WEB
CNC : Le Crédit d’Impôt Cinéma
Libération : Fallout « Mission capitale »
Premiere : Crédit d’impôt : Luc Besson a-t-il sauvé le cinéma français ? 
Europe 1 : Fleur Pellerin pense attirer 50 nuances de Grey et des Marvel 
Stupéfiant : Le cinéma sur les Champs-Elysees
Silence Moteur Action : Les Studios D’effets Spéciaux Plongent Paris Dans La Brume 

AUTRE
Dossiers de presse Les animaux fantastiques, Mission : Impossible 6, Da Vinci Code
Le Paris Noir (une visite passionnante dans le centre du Paris autour des grandes artistes noirs du 20ème siècle, y compris autour du cinéma) Plus d’infos : http://www.blackpariswalks.com/en/

 

Comment here