[Rétrospective] Survivre à l’enfance : ses blessures et ses traumatismes

« L’enfance mal aimée est à la base du mal dans le monde« . C’est par ses mots que la réalisatrice libanaise Nadine Labaki a commencé son discours, alors qu’elle recevait en mai dernier le Prix du Jury du Festival de Cannes. Si son film, Capharnaüm, se déroule à des dizaines de milliers de kilomètres de chez nous, en France comme en Europe, la maltraitance d’enfants continue, parfois sous nos yeux.

La maltraitance peut être physique comme psychologique, parfois volontaire, parfois non. En ce mois de novembre, avec lequel vient le centenaire de la Grande Guerre et les 3 ans de l’attentat du 13 novembre, de nombreux films viennent évoquer l’enfance difficile et la perte d’être chers. Un amour impossible, déjà, qui voit un enfant être ballotté entre son père et sa mère. Puis Les Chatouilles, qui évoque un traumatisme profond lié à l’enfance, suivi d’Amanda qui filme une jeune fille devenant orpheline, tandis que Mauvaises Herbes, le nouveau film de Kheiron, s’attelle aux sujets des enfants marginalisés de manière plus légère et comique. Enfin, passé par Cannes, Les filles du soleil suit l’actrice Golshifteh Farahani tentant de retrouver son jeune fils, probablement enrôlé dans Daesh.

Un sujet pas si joyeux mais indispensable

À première vue, il ne s’agit pas de notre rétrospective la plus joyeuse. Mais c’est là aussi l’une des missions de l’art : nous forcer à regarder ce que l’on refuse de voir, d’appuyer là où ça fait mal. Selon l’UNICEF, près de trois quarts des enfants âgés de 2 à 4 ans à travers le monde sont victimes d’agressions psychologiques et/ou de punitions physiques chez eux, soit près de 300 000 000 d’enfants ! Un phénomène, donc, qui a lieu partout, quelque soit le milieu social.

Dans ce très large thème, nous nous intéresserons ce mois-ci plus précisément à quelques sujets. Déjà, en évoquant les films qui traitent des enfants livrés à eux-mêmes. Si dans les années 50, de nombreux enfants se sont trouvés orphelins suite à la Seconde Guerre mondiale, le cinéma a su les filmer avec justesse : on pense à des chefs d’œuvres du cinéma tel que Les quatre cents coups de Truffaut ou Allemagne année zero de Rosselini. Puis, de décennies en décennies, La guerre des boutons, Le ruban blanc, Slumdog millionnaire, La cité de Dieu… Ces enfants livrés à eux-mêmes ne le sont rarement par choix. Dès lors, on peut se questionner sur le déterminisme, sur les critères sociaux et économiques qui font qu’un enfant qui naît à une période donnée (après une guerre par exemple) ou dans un pays donné aura moins de chance de s’en sortir.

Surmonter les épreuves

Il est surprenant de noter que, dans la langue française, aucun mot n’existe pour désigner un parent qui survit à son enfant. On parle d’orphelins, de veufs ou veuves, mais jamais de parents qui doivent subir la mort d’un enfant. Ce deuil-là est traité dans de nombreux films, du très récent et bouleversant Manchester by the sea au cinéma d’Almodovar avec Tout sur ma mère en passant par le cinéma à gros budget dans la filmographie de Spielberg (Minority Report) ou Guillermo Del Toro.

Enfin, nous évoquerons ce mois-ci la difficulté de tourner avec des enfants sur de tels sujets. Diriger un jeune acteur est déjà un défi pour un cinéaste. Mais comment l’amener à jouer des rôles aussi complexes que des orphelins ou des enfants abusés, aborder des sujets qu’il ne comprend pas toujours pleinement, le tout sans créer de traumatisme? Ainsi donc, à travers cette rétrospective, nous vous ferons découvrir ce mois-ci un sujet peut être pas joyeux mais indispensable sur l’enfance, et comment y survivre.


A découvrir chaque semaine dans la rétrospective Survivre à l’enfance :

  • [Critique] Les Chatouilles 
  • Semaine du 5 novembre : Les enfants livrés à eux-mêmes
  • Semaine du 12 novembre : Le déterminisme
  • Semaine du 19 novembre : Surmonter la mort d’un enfant
  • Semaine du 26 novembre : Comment filmer avec un enfant ?

Pour aller plus loin :


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *