[Rétrospective] La créature au cinéma, de Pikachu à Godzilla

Frankenstein, King Kong, E.T. l’extraterrestre… les créatures, quelles qu’elles soient, sont omniprésentes au cinéma et à la télévision. En mai 2019, deux films débarquent sur grand écran et mettent en avant deux créatures célèbres, bien qu’aux antipodes l’une de l’autre : Pokémon Détective Pikachu le 8 mai et Godzilla II : Roi des monstres le 29 mai. L’occasion d’y consacrer notre rétrospective du mois.

Mais c’est quoi une créature, déjà ? Étymologiquement, le terme est directement rattaché au verbe « créer ». Une créature, c’est tout simplement un être créé. Dans les religions monothéistes, on considère que l’Homme et les animaux sont des créatures de Dieu. Dans le langage courant, on utilise le mot créature pour désigner un être vivant qui ne serait ni un humain ordinaire, ni un animal commun, mais quelque chose de différent, dont l’origine de la création nous dépasse. Licornes, elfes, dinosaures, vampires, extraterrestres, loups-garous… tous se regroupent autour de ce terme général. Une créature n’est pas nécessairement bonne ou mauvaise, et lorsque la créature acquière un caractère hors-norme ou effrayant, on choisira plus volontiers le terme de monstre. Mais alors, quels types de créatures retrouve-t-on le plus souvent au cinéma et à la télévision, et pourquoi fascinent-elles autant les cinéastes?

Créatures en tous genres

Nous l’avons vu, les créatures peuvent être une multitudes d’êtres, bons comme mauvais. Dans cet article, nous les classerons en trois catégories. La première est peut-être celle qui nous vient le plus rapidement à l’esprit : il s’agit de la créature-monstre, la créature effrayante, qui menace l’homme, qui tue quand elle en a l’occasion. Le cinéma ne manque pas de monstres. Certains sont des animaux qui présentent des caractéristiques ou des dimensions hors-normes, comme le gorille de King Kong, le monstre de Godzilla, le Kraken de Pirates des Caraïbes ou encore le Démogorgon dans la série Stranger Things. D’autres sont des extraterrestres, comme dans Mars Attacks! de Tim Burton, ou des humains aux pouvoirs surnaturels comme le vampire de Dracula.

Mais qui dit créature ne dit pas forcément monstre, et les créatures peuvent aussi être très mignonnes ! On en trouve énormément dans le cinéma d’animation, du manga Mon Voisin Totoro de Miyazaki, qui nous présente une peluche géante, à la saga Dragons de Dreamworks dans laquelle Krokmou ressemble à un chaton géant… ou, de manière plus générale dans le cinéma destiné à la jeunesse : pourquoi ne pas citer E.T. l’extraterrestre par exemple ? Le genre de la fantasy est aussi très friand de créatures bienfaisantes : on pense notamment au Seigneur des anneaux ou à la saga Harry Potter. Les créatures apparaissent alors comme des êtres à protéger, cachés ou méconnus du monde des humains, qui portent en eux une certaine richesse.

Enfin, certains films présentent aux spectateurs des êtres humains qualifiés – souvent contre leur gré – de créatures en raison de leur différence, de leur difformité, tels que Edward aux mains d’argent ou Elephant Man. La créature devient alors l’être incompris, rejeté de la société, et qui finira par trouver ou non sa place parmi les hommes.

Pourquoi le cinéma aime-t-il autant les créatures ? 

Parce qu’elles sont sources d’inspiration pour de nouvelles histoires. Comme nous avons pu le voir, la créature se retrouve dans de nombreux genres cinématographiques, que ce soit le film d’action, la science-fiction, le film fantastique ou l’animation… Cela montre également à quel point la créature peut engendrer des intrigues et des scénarios différents : le film se passe-t-il sur Terre ? La créature rencontre-t-elle l’Homme ? Sont-ils amis ou ennemis ? Est-elle venue au monde de manière naturelle ou non ? La créature permet d’ouvrir tout un champ de possibilités que des personnages exclusivement humains ne permettent pas d’avoir.

Parce qu’elles sont, sur le plan visuel, autant de défis créatifs et techniques à relever. Le cinéma, ne l’oublions pas, est un art visuel ! Et quoi de mieux pour un cinéaste que de pouvoir montrer à des milliers de spectateurs des créatures qu’ils n’avaient pu que s’imaginer jusque là ? Porter les créatures à l’écran, c’est leur donner une forme, un corps, c’est imaginer et représenter une façon de se comporter, de se déplacer. Il s’agit non seulement d’un défi sur le plan créatif, mais également technique. Comment représenter tout cela à l’écran? Au cours des décennies, les effets spéciaux se sont considérablement développés, et il est intéressant de comparer les premières créatures du cinéma aux plus récentes, celles faites à partir de déguisements et de maquillage à celles réalisées par ordinateur en images de synthèse.

Parce qu’elles sont porteuses de multiples messages. Dès lors que l’on fait naître une créature dans une oeuvre de fiction, son rapport à l’homme est inévitable. Comment la créature peut-elle être nous apprendre quelque chose sur nous-mêmes ? Celle-ci est souvent utilisée comme reflet des défauts de l’homme, de son animalité. Mais elle peut aussi se placer en opposition à l’homme : la créature devient alors parfois la victime d’une société qui ne sait pas accepter la différence, qui se sent menacée par quelque chose qu’elle ne comprend pas et qui pourrait, peut-être, mettre en question la supériorité de l’homme, comme James Cameron a pu le montrer dans Avatar, notamment.

Le septième art ne manque donc pas de créatures, et nous en étudierons différents aspects durant tout le mois ! D’ici là, si vous jetiez un œil ci-dessous à la liste de films que nous vous avons concocté pour occuper vos soirées de mai ? 


A découvrir chaque semaine dans notre rétrospective Créatures :

  • Le personnage du Sans Visage dans Le Voyage de Chihiro
  • La métamorphose au cinéma

Les films à regarder durant le mois

Semaine n° 1

  • Dragons (Dean DeBlois, 2010, 2014, 2019)
  • E. T. l’extraterrestre (Steven Spielberg, 1982)
  • Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro, 2006)

Semaine n° 2

  • Le Voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki, 2001)

Semaine n°3 

  • Elephant Man (David Lynch, 1980)
  • Avatar (James Cameron, 2009)
  • Mon Voisin Totoro (Hayao Miyazaki, 1988)

Semaine n° 4

  • Les Bonnes manières (Marco Dutra et Juliana Rojas, 2017)
  • Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban (Alfonso Cuaron, 2004)
  • Docteur Jekyl et M. Hyde (Victor Fleming, 1941)

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Et n'hésitez pas à nous soutenir sur Tipeee !

3 thoughts on “[Rétrospective] La créature au cinéma, de Pikachu à Godzilla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *