Pourquoi j’ai pas mangé mon père : Malin comme un singe !

Avec Pourquoi j’ai pas mangé mon père, Jamel Debbouze signe son premier film en tant que réalisateur et co-scénariste. Grâce à une technique révolutionnaire de Motion Capture, le comédien prête également ses traits à Édouard, le personnage principal, un simien rejeté par les siens. De péripéties en péripéties, Édouard va accélérer l’évolution de son espèce. Silence Moteur Action a eu la chance d’assister à la préhistoire façon Jamel et n’a pas été déçu. Sortie en salles mercredi 8 avril !

« Une préhistoire de ouf »

Pourquoi j’ai pas mangé mon père est l’adaptation du livre de Roy Lewis Pourquoi j’ai mangé mon père. Dans ce film revisité, l’histoire est celle d’Édouard, fils aîné du roi des simiens, rejeté par sa tribu car trop fragile. En grandissant loin d’eux, sans jamais connaître sa véritable origine, et auprès de son ami Ian, Édouard devient de plus en plus ingénieux. À tous les problèmes qu’il va rencontrer, Édouard trouve toujours des solutions. C’est comme ça qu’il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, et même l’espoir. Sans oublier l’amour. Au fil du temps, Édouard va mener sa tribu vers l’évolution dans tout ce qu’il y a de bon et de pire mais surtout vers la véritable humanité, celle où on ne mange pas son père.

Sept ans de travail

Rien ne présageait à ce que Jamel Debbouze en devienne le réalisateur. D’abord sollicité pour doubler le personnage principal d’Édouard, Jamel a fini par proposer quelques remarques sur les dialogues. Évidemment les blagues de Jamel ont fait mouche et les producteurs n’ont pas tardé à lui proposer de travailler sur le scénario. De fil en aiguille, Jamel devient le réalisateur du film et s’investit de plus en plus : « Entre le moment où je venais pour un simple doublage et aujourd’hui, il s’est passé sept ans. C’est la plus grande aventure de ma vie ». Une aventure qu’il partage avec sa femme à la ville et maintenant à l’écran. Mélissa Theuriau a prêté sa voix et son corps pour le personnage de Lucy. Une évidence qui s’est imposée à Jamel. Alors que Mélissa Theuriau l’aide à répéter, le courant passe tellement bien que le Jamel réalisateur lui propose de passer des tests, qui se révèlent parfaits : « Je cherchais partout ma Lucy sans savoir qu’elle était dans mon salon ».

Une histoire sur l’évolution toujours d’actualité

Jamel Debbouze joue Édouard, le simien qui va précipiter l'évolution de l'humanité. ©Pathé
Jamel Debbouze joue Édouard, le simien qui va précipiter l’évolution de l’humanité. ©Pathé

À travers l’histoire d’Édouard et des simiens, Jamel Debbouze revisite l’histoire de l’évolution à sa manière avec des problématiques d’aujourd’hui. Même si Pourquoi j’ai pas mangé mon père a mis sept ans à se faire, les problématiques résonnent encore dans l’actualité. Une certaine philosophie ressort du film. Entre la peur de l’autre, l’exclusion, la jalousie, la perfidie, Édouard, symbole de notre humanité, va devoir surmonter ces obstacles grâce à son optimisme. L’humour de Jamel Debbouze fait partie intégrante de l’histoire et surtout du langage qu’emploie Édouard, qui va contribuer à l’évolution de son espèce et à leur identité. Rires assurées !

Le graphisme est impressionnant et vous plonge aux côtés des simiens grâce à la technique de la « performance capture » qui permet de reproduire avec exactitude les mouvements de tous les acteurs. Le petit plus : l’hommage à Louis de Funès à travers les personnages de Sergueï et de Vladimir qui reprennent les traits du célèbre acteur et un clin d’œil à La Folie des Grandeurs pour les connaisseurs.

Jamel Debbouze traite de la différence avec humour et légèreté dans Pourquoi j’ai pas mangé mon père. Un film d’une profondeur tout en légèreté qui convient aux petits comme aux grands.  Au cinéma le 8 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Partages
Partagez8
Tweetez