Portrait : Benedict Cumberbatch, le caméléon du petit et du grand écran

Après Wes Anderson, Jane Campion, Lena Dunham ou encore Donald Glover, Silence Moteur Action vous dresse le portrait d’une nouvelle personnalité qui nous a marquée : l’acteur britannique Benedict Cumberbatch. Un portrait un peu particulier et non objectif car basé sur la seule opinion de l’une de nos rédactrices. Que voulez-vous, elle est fan de lui.

« Quel est le projet de ce visage ? »

1m83, des yeux bleus perçants, des cheveux… qui changent de couleur beaucoup trop souvent… Benedict Cumberbatch est un sacré spécimen de la télévision et du cinéma. Je me souviens qu’un jour, j’avais proposé à ma rédac’ chef de l’époque d’écrire un article sur Benedict Cumberbatch en tant que beau gosse de la semaine. Fou rire de cette dernière en voyant le visage de l’acteur britannique, avant de me rétorquer « Euh… quel est le projet de ce visage ? » (comprendre par là, il n’a rien d’un beau gosse)*. Il est vrai que du premier abord, Benedict Cumberbatch n’a rien d’un sex-symbol avec son visage longiligne. Alors pourquoi tant de jeunes femmes craquent face à ses yeux bleus ? Et bien je dirais, pour son charisme. C’est avec la série Sherlock que je l’ai découvert et il m’a époustouflé. Tout comme Lena Dunham qui s’est faite remarquer pour son physique peu avantageux, c’est avant tout sur son jeu d’acteur que l’on juge. Que ce soit dans les bons rôles ou ceux de bad guy comme dans Star Trek Into Darkness, Benedict Cumberbatch ne laisse pas indifférent. Sa voix de stentor lui permet d’élargir sa palette : il a ainsi prêté sa voix à Smaug, le dragon dans The Hobbit : La désolation de Smaug et donnera du sien dans le prochain film consacré aux Pingouins de Madagascar.

Du petit et du grand écran

Mais revenons aux choses sérieuses. Benedict Cumberbatch est devenu au fil des années l’acteur à suivre, l’une des stars montantes. Celui-ci multiplie les films, toujours en diversifiant ses choix : du drame historique au polar en passant par des comédies plus légères, Cumberbatch endosse tous les rôles qui lui plaisent. On l’a vu dans 12 Years a Slave aux côtés de Chiwetel Ejiofor, dans The Fifth Estate/Le Cinquième pouvoir où il interprète le rôle de Julian Assange (Wikileaks) rôle pour lequel il s’est d’ailleurs teint en blond et sera prochainement à l’affiche de The Imitation Game où il donnera la réplique à  Keira Knightley dans lequel il joue le physicien Alan Turing. Benedict s’implique dans des projets qui ont un sens à ses yeux comme pour The Fifth Estate (sa lettre à Julian Assange le prouve et vice versa). Mais cela ne l’empêche pas de jouer des rôles plus légers comme celui du capitaine Martin Crieff dans la série comique Cabin Pressure. Bref vous l’aurez compris, Benedict Cumberbatch est l’un de mes acteurs préférés et rejoint sans problème John Noble que j’ai trouvé incroyable dans Fringe ou encore l’incomparable Bryan Cranston dans Breaking Bad.

Pour suivre l’actualité de Benedict Cumberbatch, rendez-vous sur le site français qui lui est dédié.

* On me dit dans l’oreillette que cette même rédac chef est maintenant fan de Benedict Cumberbatch après avoir regardé Sherlock

 

5 thoughts on “Portrait : Benedict Cumberbatch, le caméléon du petit et du grand écran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

32 Partages
Partagez32
Tweetez