Looking bilan de la saison 1 : Que peut-on attendre de la saison 2 ?

Depuis son lancement sur HBO, Silence Moteur Action vous a invité à découvrir la série Looking. L’histoire de 3 amis en plein San Francisco qui nous font partager leurs peines, leurs désillusions mais aussi leurs joies. On pouvait y voir comme un Sex & The City version gay où le registre sérieux et réaliste aurait davantage pris le pas face au ton comique. En 8 épisodes, la série a tenté de trouver ses marques pour former son public. Alors pari réussi ? A l’heure du season finale de la saison 1, Silence Moteur Action dresse son bilan !

San Francisco : le monde des heureux hasards

Dom, Patrick, et Agustin, sont 3 amis gays en plein cœur de San Francisco. Le premier approche la quarantaine et ne veut plus se contenter d’histoires d’un soir. Dom veut aussi se réorienter professionnellement en ouvrant un restaurant. Patrick lui n’a pas beaucoup d’expérience en matière d’histoires d’amour. Toutefois le plus jeune de la bande souhaite rencontrer l’homme de sa vie. Au détour de rencontres improbables, la saison 1 nous fait suivre son odyssée pour trouver sa moitié. Agustin lui emménage avec Frank, son compagnon et découvre aussi bien les avantages que les inconvénients d’une vie en couple sous le même toit ! Dès le pilote de la saison 1, Looking nous présente ses 3 personnages principaux et c’est au fil des épisodes de 25 minutes chacun que leur portrait se développent et deviennent de plus en plus complexe.

25 minutes c’est peu, nous en conviendrons tous. Il s’agit surtout d’étoffer la psychologie des personnages et d’aborder de nombreuses thématiques sur 8 épisodes, et ce en un temps relativement court. Du coup, Looking use de raccourcis scénaristiques. Au début, cela passe, mais au bout d’un moment, la liste s’allonge. On constate alors qu’il est très facile de rencontrer d’autres gays dans le métro (la rencontre entre Ritchie et Patrick), ou dans un restaurant (CJ et Agustin). On remarque aussi que le monde est petit (le boss de Patrick est gay, son petit-copain est au mariage de la sœur de ce dernier). Looking se contente bien souvent d’heureux hasards qui ont le mérite de faire avancer l’histoire rapidement. Toutefois, ce seront les seuls points noirs que nous pouvons conclure quant à la forme de la série, sur le fond, c’est une autre histoire…

Des anti-héros ?

Les personnages de Looking ne sont pas parfaits. La série le prouve à de maintes reprises. Nous commençons par Patrick qui est le plus compliqué à analyser. Mentalement, Patrick semble manquer de maturité et ne sait souvent pas comment gérer les choses qui viennent à lui. Il précipite la fin de son histoire avec Ritchie, succombe aux avances de son boss, et parait vraiment maladroit dans la majorité des actions qu’il entreprend. Dom lui, passe la crise de la quarantaine. Il devient capricieux quant au comportement de Lynn, se console de son âge par l’accumulation de relations sexuelles, et souhaite ouvrir un restaurant malgré son manque d’expérience. Agustin pour sa part, dépasse les bornes : il paye un escort pour Frank, se prend pour un artiste, étale ses caprices et enfin sombre dans la drogue et l’alcool. Looking semble ne pas construire des héros, mais plutôt des anti-héros, pathétiques, imparfaits, que l’on apprend à détester plutôt qu’à aimer. Et si l’envie vous en prend d’éprouver de l’empathie pour eux, des revirements de situations viennent assombrir le tableau !

Les personnages secondaires, comme Ritchie ou Frank, voir John le copain de Kévin passent à côté des protagonistes de Looking comme des victimes. Ce sont eux que l’on veut apprécier et que l’on veut sauver du naufrage. Hélas, quand tout va bien le spectateur s’ennuie et il est plus intéressant de s’intéresser aux malheurs des personnages qu’à la belle vie qu’ils auraient pu mener ! Et il n’y a pas de temps pour les seconds couteaux…

Vers une saison 2 plus longue ?

La saison 1 de Looking avec ses 8 épisodes passe pour une longue introduction. Car l’enjeu était de taille : proposer une série sur la communauté gay tout en évitant les clichés construits jusque là par les autres fictions (Queer As Folk par exemple). A ce niveau , Looking s’en tire à bon compte. La série reste constante, réaliste, crue dans les moindres détails. L’esprit HBO est plus présent que jamais. Les thématiques d’une communauté gay (si tenter qu’il y est une !) sont largement abordées dans la saison 1 de Looking et ce, d’une bonne manière. La saison 2 ne fera que poursuivre la réflexion.

On attend justement de cette saison 2 de Looking qu’elle soit plus longue. Si l’on s’accorde sur la durée des épisodes, on en souhaite en revanche un peu plus pour une deuxième saison. HBO a confirmé le renouvellement de la série pour l’hiver 2015 sans pour autant annoncer le nombre d’épisodes commandés. On attend donc de retrouver Patrick séparé de Ritchie, qui tentera d’accorder sa vie professionnelle avec son nouvel amant. On souhaite aussi retrouver Dom et son projet professionnel mis à mal par ses sentiments pour Lynn. Enfin, Agustin sera aussi de la partie pour nous faire partager sa descente aux enfers. Finalement, la saison 1 ne s’achève pas sur un grand suspens mais plutôt sur une bonne note et laisse présager une saison 2 tout aussi dynamique et réaliste qui s’acquittera des défauts de forme accumulés jusque là. En d’autres termes : Looking for #Lookingseason2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez