Les adaptation de comics sans super-héros

 Kingsman : Services Secrets sort dans les salles obscures le 18 février 2015. Le film d’espionnage déjanté de Mathew Vaughn (Kick-Ass, X-men : First Class) est l’adaptation d’un comic book du même nom sorti entre 2012 et 2013. L’occasion pour Silence Moteur Action de vous faire une petite liste d’adaptations de comic books (sans super-héros, ça serait trop facile sinon) à voir ou à revoir.

Les super-héros sont souvent considérés comme les représentants du comic book moderne. Après tout ils sont les plus reconnaissables dans l’imaginaire collectif et surtout ce sont ceux qui cartonnent le plus au box office. Mais les comic books ne se limitent pas aux super-héros. En effet ils se sont mélangés à un grand nombre de genre littéraires différents allant du thriller au film noir. Donc sans plus attendre voici une petite liste d’adaptations de comics, dans lesquelles vous avez très peu de chance de voir le combo cape/slip/collants moulants. 

300 de Zack Snyder (2006) avec Gerard Butler, Lena Headey

300 réalisé par Zack Snyder
300 réalisé par Zack Snyder

Avant d’être un péplum, 300 est avant tout l’adaptation du comic book éponyme de Frank Miller. Le film retrace l’histoire (un tout petit mini chouïa romancée) de la bataille des Thermopyles. Celle-ci opposant 300 guerriers spartiates dirigés par le roi Léonidas qui tiendront tête pendant trois jours aux innombrables légions perses de Xerxès…

Pourquoi (re)voir ce film ? Parce qu’en résumé, 300 c’est deux heures de badasserie mélangée à une sacré claque visuelle. Derrière un schéma un peu simplet (situation initiale => combat 1 => combat 2 => combat 3 => boss =>fin) se cache une mise en scène soignée. Le film et ses personnages sont épiques et on ressort de là avec une furieuse envie d’aller faire des pompes tout en cassant des pierres avec le front. Une suite, intitulée 300 : La naissance d’un empire a vu le jour en 2014, un deuxième opus sympathique avec des moments tout aussi épiques mais qui reste en dessous de son illustre prédécesseur huileux, barbu et bodybuildé.

 

Hellboy de Guillermo Del Toro (2003) avec Ron Perlman, John Hurt

Hellboy réalisé par Guillermo del Toro
Hellboy réalisé par Guillermo del Toro

Suite à une opération militaire contre les nazis en 1944, le professeur Broom adopte Hellboy, une créature des enfers invoquée sur Terre par le sorcier russe Grigori Raspoutine. Devenu adulte le démon combat les force du mal au sein de la B.P.R.D. (Bureau for Paranormal Research and Defense) accompagné de l’amphibien Abe Sapien et de la pyrokinesiste Elizabeth Sherman.

Pourquoi (re)voir ce film ? Pour les personnages. Ce n’est un secret pour personne, Guillermo del Toro a un univers graphique bien particulier et c’est ce qui rend la transposition des personnages du comics de Mike Mignola si réussie. Ron Perlman rentre parfaitement dans son rôle de montagne de muscles au grand cœur sortie des enfers. Et l’histoire, bien que n’étant pas exempte de défauts, reste suffisamment bien maitrisée pour que ce film soit un bon divertissement et une bonne adaptation. Le film aura aussi le droit à sa suite en 2008 Hellboy: Les légions d’Or maudites, qui vaut largement le détour (même si elle est considérée comme moins sombre que le premier opus).

 

Sin City de Robert Rodriguez (2005) avec Mickey Rourke, Bruce Willis

Sin City par Robert Rodriguez
Sin City par Robert Rodriguez

Encore une petite perle made in Frank Miller. Dans ce long métrage on suit les aventures de Marv, Dwight et de l’inspecteur Hartigan, tous errent dans Sin City une ville infestée de criminels en tout genre, de flics véreux et de femmes fatales. Leurs chemins se croiseront dans trois histoires sombres et violentes au cœur de cette ville de péchés.

 Pourquoi (re)voir ce film ? Premièrement parce qu’on ne peut pas parler d’adaptation de comics sans mentionner Sin City. L’esthétisme si particulier de ce film noir est ce qui a fait sa renommée. Les contrastes noir sur blanc, avec quelques couleurs ici et là sont magnifiques. Le casting 4 étoiles (Bruce Willis, Mickey Rourke, Clive Owen, Jessica Alba, Rosario Dawson, Elijah Wood et Benecio Del Toro excusez du peu) remplit parfaitement son office. Les personnages aussi noirs soient-ils sont tous attachants et la narration est impeccable. C’est un film violent et brutal mais il n’en mérite pas moins le coup d’oeil. Heureusement Sin City n’a jamais eu de suite bien en dessous de l’original et ne représentant que très peu d’intérêt, ça aurait pu gâcher l’aura du premier film (pas la peine d’insister, on vous dit qu’il n’y a jamais eu de Sin City 2 !)

 

V pour Vendetta de James McTeigue (2006) avec Natalie Portman, Hugo Weaving

V pour Vendetta de James McTeigue
V pour Vendetta de James McTeigue

V pour Vendetta est l’histoire d’une révolution, dans laquelle on suit Evey Hammond, une jeune femme dans un Londres futuriste. L’Angleterre est alors dirigée d’une main de fer par le parti nationaliste représentée par le Chancelier Adam Sutler. Seul un homme, nommé simplement V et dont le visage est caché sous un masque de Guy Fawkes, semble être déterminé à renverser ce gouvernement tyrannique.

Pourquoi (re)voir ce film ? Parce que V pour Vendetta est un film intelligent. Bien qu’il s’éloigne beaucoup du comics (beaucoup plus que les autres films cités dans cette liste), le propos est le même, V pour Vendetta est avant tout une histoire de politique et de liberté. Les deux acteurs principaux sont attachants (particulièrement Hugo « Agent Smith » Weaving, même si on ne voit pas son visage une seule seconde). Ce qui fait la particularité de V pour Vendetta, c’est qu’il fait peur (mais pas peur comme un film d’horreur ou comme un film à l’ambiance glauque), c’est son propos qui est effrayant…et c’est ce qui rend ce film génial.

 

Scott Pilgrim d’Edgar Wright (2010) avec Michael Cera, Mary Elizabeth Winstead

Scott Pilgrim d'Edgar Wright
Scott Pilgrim d’Edgar Wright

Scott Pilgrim ou l’histoire complètement barrée d’un adolescent aux relations amoureuses compliquées. C’est au moment où Scott se pose des questions sur son couple qu’apparaît Ramona. Celle-ci va conquérir le cœur du jeune homme, mais il va vite se rendre compte que pour pouvoir continuer sa relation avec sa bien aimée, il va devoir se mesurer à la ligue des ex de Ramona.

Pourquoi il faut (re)voir ce film ? Parce que Scott Pilgrim est un énorme hommage aux jeux vidéo. Si vous êtes ne serait-ce qu’un peu porté sur les jeux vidéo, ce film va forcement vous conquérir. Au-delà même de cet hommage (les bons films traitant de ce sujet ou faisant la part belles aux mécaniques du jeux vidéo sont suffisamment rares pour que la performance soit saluée) l’esthétique et la narration si particulière du film sauront plaire à tous.

Conclusion : Alors bien sûr cette liste est loin d’être exhaustive. On retrouve aussi  par exemple : Constantine, The Losers, R.E.D (et sa suite), Men In Black (mais pas ses suites) ou Les Sentiers de la Perdition. Au niveau des séries, si on enlève Agents of S.H.I.E.L.D. et Agent Carter (après tout, elles ne comportent pas de super-héros mais ça serait un peu de la triche de les compter), on peut tout de même trouver l’incontournable The Walking Dead, l’excellent The Strain et Hellblazer (qui est loin de faire l’unanimité).

 

 

One thought on “Les adaptation de comics sans super-héros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez