Le cinéma français en difficulté : Que nous manque t-il ?

Le cinéma français va mal ! Alors qu’en 2013 les grandes productions hollywoodiennes ont cartonné, les films français ont été boudés. Souvent critiqués et comparés à tort avec ceux du pays de l’oncle Sam, il est évident que l’exception culturelle française en matière de cinéma commence à ternir son image. Mais pourquoi ?

TONY STARK VS. LES PROFS

Le passage à la nouvelle année a sonné comme l’heure du bilan sur 2013 et ses nombreux films à l’affiche dans les salles obscures françaises. Bon nombre de films français ont tenté de se battre désespérément face à des superproductions hollywoodiennes et force est de constater que la balance penche clairement côté américain.

En dressant le top 10 des films les plus rentables en France en 2013, on se rend compte que les quatre premières places sont occupées par des films hollywoodiens : Moi Moche et méchant 2, Iron Man 3, Django Unchained et Gravity. Ce n’est qu’à la cinquième place que nous trouvons un film français, Les profs, avec pour tête d’affiche l’humoriste Kev Adams. Puis le top 10 repart pour Hollywood avec Le Hobbit : la désolation de Smaug, La Reine des neiges, Insaisissables, Fast and Furious 6 et enfin Hunger Games : l’embrasement (pour ce dernier, le décompte s’est stoppé au 29 décembre, la logique veut que les chiffres aient encore évolué compte tenu que le film est encore dans les salles à l’heure de la publication de l’article) Si on veut un film français, il faut poursuivre le classement en attendant la 18ème place où Les Garçons et Guillaume, à table! côtoie de très près l’adaptation cinématographique de Boule et Bill. Mais le verdict est sans appel, les Américains dominent le box-office français en 2013. Logique vous avez dit ?

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT FRANÇAIS

Pour 2013, il apparait très vite que Les Garçons et Guillaume: à table! et même le tant plébiscité La Vie d’Adèle, petit perdant des Golden Globes 2014 ne parviennent à rivaliser avec les superproductions américaines. En 2011 et 2012, le nombre d’entrées pour des films français dépassaient les 200 millions. En 2013, les spectateurs furent moins nombreux, entre 190 et 195 millions… Le cinéma français est en danger. C’est dans ce contexte que le Ministère de la Culture avait fait la demande d’un rapport dressant l’état du septième art tricolore. Le rapport Bonnell, paru le 8 janvier 2014 bien que très négatif sur la santé du cinéma en France, il propose toutefois des mesures pour corriger ce qui ne va pas chez nous. De quoi s’agit-il ?

Tout commence en 2012 où la polémique des acteurs français trop payés entachait sérieusement la réputation du cinéma… C’est d’ailleurs face à cette « dérive » que le rapport Bonnell statue en stipulant qu’il faut limiter les dépenses à ce sujet : il faut en clair revoir à la baisse des cachets excessifs des soit disant stars françaises (interprètes, réalisateurs et scénaristes), en incitant au partage du risque commercial par un intéressement calculé, par exemple, sur les entrées en salles et les chiffres d’affaires sur les autres supports de diffusion. C’est Dany Boon qui risque de bouder…

Le rapport incite même les auteurs de cinéma français de privilégier une sortie directement en DVD ou en VOD pour pallier aux dépenses inutiles dans les salles de cinéma qui plongerait le film encore plus dans un échec commercial ; à élargir le financement de la production et à redistribuer les ressources en définissant par exemple les obligations des chaînes ; encourager le crowdfunding (financement par Internet) ; baisser la TVA sur les supports physiques et adapter les tarifs (dernière mesure d’ailleurs adoptée pour les moins de 14 ans qui vont au cinéma pour 4 euros !)

Pour conclure, le cinéma coûte trop cher ! Il faut revoir les budgets hallucinants qui peuvent facilement égaler ceux des productions américaines… Mais redescendons sur Terre, ce n’est ni Kev Adams ni Dany Boon qui vont révolutionner le cinéma français. Un peu d’originalité, moins de recyclage au niveau des acteurs (on voit toujours les mêmes…) devrait permettre au cinéma français d’être plus rentable… à défaut d’être de meilleure qualité !

Ludovic Abraham

4 thoughts on “Le cinéma français en difficulté : Que nous manque t-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 Partages
Partagez15
Tweetez