Jupiter, le destin de l’univers : Le space-opéra des Wachowski (critique sans spoilers)

Jupiter, le destin de l’univers (Jupiter Ascending), c’est un space-opéra aux relents épiques qui tombe pile au bon moment, tant le genre reste rare. Alors, que réserve le dernier film des Wachowski, les créateurs de Matrix et de Cloud Atlas ? Voilà notre critique !

Terrain connu

De quoi nous parle Jupiter : le destin de l’univers ? De Jupiter Jones (Mila Kunis), une jeune russe dont le travail consiste à descendre les poubelles et récurer les toilettes des riches américains. Une vie qu’elle déteste, mais qui va se retrouver complètement chamboulée par l’arrivée de Caine Wise (Channing Tatum), un extraterrestre mi-homme-mi loup, ancien chasseur militaire interplanétaire. Il lui apprend que son ADN est très spécial et que certaines personnes parmi les plus puissantes de la galaxie sont prêtes à tout pour mettre la main dessus…

Car oui, nous ne sommes pas seuls dans l’univers. Reprenant trait pour trait le scénario de Matrix et de Sonmi dans Cloud Atlas (un illustre inconnu qui apprend qu’il est l’Élu et découvre un univers qu’il ne soupçonnait pas), les Wachowski maîtrisent leur sujet et surtout, leur univers. Balancé à la figure du spectateur en quinze minutes, ce dernier emprunte autant à Star Wars qu’à Dune ou Warhammer 40 000. Loin d’être un melting-pot dégueulasse, l’univers de Jupiter : le destin de l’univers est riche et surtout solide. De loin la plus grande réussite du film. Mais plus que ça, il est magnifique, avec des paysages somptueux et des vaisseaux gargantuesques. Plus qu’une claque, Jupiter est une grosse mandale dans la face hallucinée du téléspectateur, dont l’oreille est flattée par des musiques faisant penser à un croisement entre Two Step From Hell et un Hans Zimmer sous stéroïdes. On est un cran au-dessus des Gardiens de la Galaxie.

Une occasion manquée ?

Donc oui, Jupiter : le destin de l’univers bénéficie d’une excellente réalisation, aussi bien visuelle que sonore, et d’un sacré univers. Quel est son problème alors ? Le rythme. La première partie du film est exemplaire, passionnante et sans temps mort, mais le scénario s’essouffle complètement au fil du temps, avant de finir en beauté, évitant le crash. Mais quel dommage qu’un univers aussi vaste et travaillé ne soit qu’effleuré à moitié ! La frustration de ce film, c’est l’impression que les Wachowski ne sont jamais allés au bout de leurs idées. Il aurait fallu un film plus court, pour éviter les péripéties inutiles, ou plus long, pour que les Wachowski ne se retrouvent pas avec une demi-heure dont ils ne savent pas quoi faire.

Cette sensation de moitié fait se retrouve aussi dans les personnages. Mila Kunis, bien que plein de bonne volonté, n’a pas le niveau pour un rôle principal dans un Space Opéra et traîne un personnage manquant d’épaisseur et qui a du mal à attirer la sympathie. Même chose pour les « méchants », les héritiers de la famille Abraxas, qui sont de vrais clichés sur pattes. Habitué aux films d’actions (dont les tristement célèbres GI:Joe), Channing Tatum est celui qui s’en tire le mieux dans son incarnation très juste du mercenaire badass Caine, sans jamais en faire trop. Un bon point pour cet acteur qui progresse d’années en années.

Pour être honnête avec toi lecteur, j’ai eu très peur au départ. Un film de science-fiction des Wachowski est une excellente nouvelle. Que les acteurs principaux soient Channing Tatum et Mila Kunis… un peu moins. Mais au final, sans être brillant, ni inoubliable, Jupiter Ascending s’en sort bien. Le voyage est agréable et on en gardera quelques bon souvenirs. Et espérons que les Wachowski reviendront dans cet univers, pour un second opus mieux travaillé.

 

Réalisé par : Andy Wachowski, Lana Wachowski
Avec : Channing Tatum, Mila Kunis, Sean Bean
Au cinéma le : 4 février 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *