iZombie : Vous reprendrez bien un peu de cervelle ?

Le printemps, c’est la saison où les chaines américaines testent leurs nouvelles séries. Nombre d’épisodes resserrés, bénéficiant d’un fort lead-in, il s’agit de savoir si elles peuvent être synonymes de succès. Parmi les nouveautés de la saison 2014-2015, iZombie (CW) a attiré l’œil de la rédaction de Silence Moteur Action. On vous dit pourquoi. 

Olivia Moore (surnommée Liv – Liv Moore, vous comprenez le jeu de mots ?) était une étudiante en médecine pleine d’ambition. Jusqu’à ce qu’elle soit transformée en zombie lors d’une fête qui a mal tourné. Changement total pour Liv qui s’isole de ses proches et qui décroche un travail dans une morgue. Cela lui permet d’avoir un accès illimité à sa nouvelle nourriture fétiche : les cerveaux humains. Cependant, Liv souffre d’effets secondaires lorsqu’elle consomme la cervelle des morts : elle adopte des traits de caractère ou récupère des souvenirs appartenant au défunt. Autant d’indices qui peuvent aider à découvrir l’identité des meurtriers…

Sous le signe de Rob Thomas

Librement adapté du comic book du même nom, iZombie est la dernière création de Rob Thomas. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est normal : on lui doit par exemple l’iconique Veronica Mars ou encore le plus oubliable 90210. Par bien des aspects, iZombie rappelle les aventures de la détective en herbe de Neptune. Liv est ainsi un personnage féminin fort, blasé et sarcastique, qui narre ses aventures en voix off. Elle mène ses enquêtes en association avec la police mais n’hésite pas à dépasser les limites juridiques pour résoudre les énigmes. Elle dispose d’un side-kick, son patron Ravi, de la même manière que Veronica pouvait compter sur Wallace. Là où Neptune disposait d’une image saturée de couleurs, la vie de Liv est beaucoup plus terne reflétant l’état d’esprit de l’héroïne. Les épisodes sont imprégnés de l’esthétique comic book, lui donnant une personnalité bien définie.

Comme toute production Rob Thomas, les guests stars se bousculent. L’éternel Ryan Hansen (Dick Casablancas dans Veronica Mars) fait ainsi une apparition. On peut également reconnaître Judy Reyes (Devious Maids, Scrubs) ou encore Bradley James (Merlin). En outre, iZombie s’appuie sur un casting principal solide pioché dans l’annuaire des acteurs de série sans emploi : Liv Moore est incarnée par Rose McIver (ancienne Power Ranger jaune ou encore Fée Clochette dans Once Upon a Time), son ancien fiancé Major par Robert Buckley (qui a réussi à survivre à la débâcle One Tree Hill), sa meilleure amie Peyton est jouée par Aly Michalka (Hellcats, Mon Oncle Charlie)… L’avantage ? Ils sont ravis d’avoir retrouvé du travail et donnent une belle énergie à l’ensemble.

Entre stéréotypes et idées innovantes

Dans le traitement des zombies, iZombie lorgne plus du côté de Warm Bodies que de l’Armée des Morts (bien que les références ne manquent pas). Ici, les « non-morts » peuvent s’intégrer dans la société. Leurs signes distinctifs ? Des cheveux blancs et un goût prononcé pour les aliments épicés (et la cervelle, évidemment). Liv passe ainsi pour une gothique auprès de son entourage et des nouvelles personnes qu’elle rencontre. Cependant, elle lutte contre sa nouvelle nature lorsque son adrénaline augmente, la rendant plus agressive, plus proche de l’état sauvage. Si certains « non-morts » arrivent à se montrer discret, d’autres visent le chaos et la propagation du virus zombie.

Au delà de l’originalité de proposer un double enjeu (entre enquêtes policières et la menace sous-jacente de la prise de pouvoir des zombies), iZombie n’échappe pas aux stéréotypes. Cela se ressent notamment au niveau des personnages : nous avons ainsi le droit à l’ex-fiancé compréhensif et toujours amoureux, à la meilleure amie surprotectrice et à la mère bien intentionnée mais à côté de la plaque. Le side-kick de Liv est un geek. L’enquêteur de la police est un petit nouveau, avide de faire ses preuves. Toutes les pièces sont en place. Cela laisse parfois peu de place à la surprise vis-à-vis de la réaction des personnages à une situation.

Des zombies sur la CW, ça le fait ?

Cela fait plusieurs saisons que la CW lance des séries innovantes et ne se contente plus seulement de banquer sur le succès de ses séries romantiques. Elle propose ainsi de plus en plus de concepts originaux et gagne en popularité. Du côté des super-héros, elle s’appuie sur Arrow et The Flash. Au niveau de la science-fiction, The 100 a su faire ses preuves.

iZombie, quant à elle, offre de belles promesses. En évitant les écueils du gore et de la violence à tout va, elle bénéficie d’une ambiance particulière qui joue plus sur le sous-entendu et sur les menaces latentes. Truffée de références à la mythologie des zombies, elle pourra plaire aux spécialistes comme aux néophytes. Bien sûr, si vous souhaitez avoir peur, iZombie n’est pas la série qu’il vous faut. Mais si vous souhaitez passer un bon moment et peut-être assister à l’ascension du digne successeur de Veronica Mars, vous êtes au bon endroit !

Pour vous faire une idée de l’ambiance de la série, on vous laisse écouter la chanson qui sert de générique à iZombie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *