Série TV Finding Carter : Et si votre famille n’était pas celle que vous imaginiez ?

Et oui c’est déjà la fin de Finding Carter mais pas de panique… la série de MTV reviendra pour une seconde saison en 2015. Dans ma grande faiblesse je dois bien avouer que j’ai regardé toute la saison et ai même trépigné d’impatience à plusieurs reprises entre deux épisodes. C’est peut-être parce que le plot de départ promettait beaucoup, parce que Suburgatory me manque déjà ou faute de mieux, toujours est-il que j’ai un petit faible pour Finding Carter. Alors qu’est-ce qu’on retient de la première saison ?

Si « The Face on the Milk Carton » avait été écrit en 2014…

Carter (Kathryn Prescott vue dans Skins) est une adolescente qui mène une vie tranquille et heureuse avec Lori (Milena Govich) sa mère dont elle semble très proche jusqu’au jour où, arrêtée par la police pour un incident mineur, elle apprend qu’elle a été kidnappée à l’âge de trois ans par celle qui l’a élevé et tant aimé. De retour dans sa famille biologique, c’est une Carter/Linden abasourdie et révoltée, privée de la mère qu’elle adore, qui doit faire face à une famille dont elle ignore tout. Entre Elizabeth (Cynthia Watros), une mère obsédée du contrôle bien déterminée à faire condamner Lori, David (Alexis Denisof) un père écrivain qui n’a plus rien écrit de notable depuis « Losing Linden », récit du kidnapping de sa fille et qui est donc très tenté de lui donner une suite, Taylor (Anna Jacoby-Heron), sa petite fille modèle de sœur jumelle et son jeune frère, Grant (Zac Pullman), pré-adolescent sarcastique mais attachant, Carter a du mal à trouver sa place. Elle ne se rend pas compte que celle-ci a toujours été préservée, que son absence a brisé cette famille et cherche plutôt une issue de secours, une manière de contacter sa mère pourtant en fuite. Rappelant l’intrigue du livre à succès « The Face on the Milk Carton » de Caroline B. Cooney, Finding Carter se construit sur une intrigue forte : l’histoire d’une famille qui aurait du être submergée par le bonheur d’être réunie mais qui menace d’exploser à nouveau à tout moment.

Un teen drama familial sympathique

Avec Finding Carter, MTV prend la tangente et essaie d’élargir sa base de téléspectateurs en donnant dans le teen drama à caractère familial. Mêlant amoures adolescentes, problèmes de société et réflexions sur les valeurs familiales, MTV chasse clairement sur les terres de ABC Family connue pour des séries telles que The Fosters, Baby Dady, Twisted etc… Visuellement, ces séries sont très similaires. On retrouve l’idée de la banlieue américaine proprette avec des adolescents qui évoluent entre leurs lycées et leurs maisons, le tout sur une bande-son jeune et rafraîchissante. On peut voir dans cette politique la conséquence de l’arrivée de Susanne Daniels  connue pour ses travaux sur Lifetime et la CW (Gilmore Girls, Dawson, Buffy the Vampire Slayer, Smallville) devenue directrice des programmes de MTV en 2012. Essayant de reproduire ses succès passés, Daniels propose une série à valeur généralisante, une trame universelle autant pour les adolescents que les adultes qui peuvent s’y reconnaître. Alors la vraie question est… est-ce que ça marche ? La réponse est oui, malgré un format de 45 minutes qui prend le risque de quelques longueurs, Finding Carter vaut bien un Awkward ou un Suburgatory. Poussant le mimétisme jusqu’à avoir un lead assez horripilant (non on n’a pas pu s’empêcher de le remarquer). Cela se joue à pile ou face pour Prescott, soit vous aimerez son jeu, soit chaque scène dans laquelle vous la verrez sera une petite torture. On vous souhaite la première proposition…

Un teen drama et c’est tout ?

Finding Carter fait ses preuves dans le teen drama familial jusqu’à verser dans les sous-intrigues sans reliefs habituelles à savoir la liaison qu’entretient Elizabeth avec son collègue de travail, les multiples triangles amoureux qui n’en finissent plus ou les petites disputes entre amies. On est sévère, elles ne sont pas si mauvaises mais elles sont clairement plus destinées à remplir la série qu’à la nourrir. Ces sous-intrigues sont trop faciles et ne servent pas la série qui propose par ailleurs des questionnement majeurs très intéressants et très bien amenés comme par exemple, la question de la famille légitime (celle dans laquelle on nait ou celle que l’on se choisit ?), la difficulté de vivre le manque, l’absence (David dont le livre est probablement une thérapie), la culpabilité du parent négligeant (Elizabeth qui est devenue agent de police), la culpabilité du survivant (Taylor qui s’empêche de vivre), la difficulté de grandir dans l’ombre d’un enfant disparu (Grant), la faute morale d’aimer son kidnappeur et la plus grande faute encore de rencontrer cette famille et de commencer à l’aimer (Carter). La série a largement de quoi faire pour rendre sa série intéressante cependant elle montre des difficultés évidentes à gérer le teen drama et le centre de l’intrigue, la menace permanente : Lori. La première intrigue a tendance à chasser l’autre et inversement. Finding Carter a du mal à concilier les deux ce qui crée des problèmes de rythme. C’est dommage pour une série qui s’en sortait bien sur l’intrigue de départ et qui avait un personnage fort, efficace et mystérieux, Lori. Le season finale est donc plutôt décevant dans son ensemble puisqu’on obtient quasiment aucune information sur son personnage, à part la certitude qu’elle est une professionnel du kidnapping et que David cache quelque chose. Ce dernier épisode est relativement anecdotique pour les autres personnages, à l’exception du rebondissement inutilement perturbateur concernant le couple Max (Alex Saxon)-Taylor.

Malgré une intrigue parfois inégale, Finding Carter est une série au sujet courageux qui ne démérite pas. Écrite dans la lignée des séries familiales qui tendent à fleurir sur les écrans américains, Finding Carter est une série à voir. S’achevant sur une vraie-fausse fin, nulle doute que la saison 2 sera attendue.

One thought on “Série TV Finding Carter : Et si votre famille n’était pas celle que vous imaginiez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Partages
Partagez4
Tweetez