Festival du cinéma du Québec : Compte rendu d’une semaine-marathon

Voilà, le festival du cinéma du Québec dont nous vous avions parlé la semaine passée, c’est terminé. Et c’est bien dommage, on commençait seulement à s’habituer au dialecte de nos copains d’outre Atlantique. De l’émotion, du rire, des boules dans le ventre, des rencontres hautes en couleurs, voilà ce qui étaient au cœur des salles de cinéma du forum des images de Paris durant toute cette semaine qui, à la rédaction de Silence Moteur Action, nous a semblé hors du temps.

Parmi la sélection présentée, on retient deux films qui nous ont particulièrement marqué. On préfère vous prévenir, les deux ne sont malheureusement pas encore programmés dans les salles françaises (mais ça, fallait venir au festival).

 

36398-love-project

Love Projet :

À regarder quand vous perdez foi en l’humanité

Réalisé par la charmante Carole Laure, Love Projet a été choisi pour assurer l’ouverture de cette 18ème édition du festival du cinéma au Québec. Bien qu’elle en soit à son quatrième film, c’est une Carole Laure toute émue qui nous a présenté sa dernière réalisation s’inspirant directement de la jeunesse québécoise « telle qu’elle la perçoit » nous dit-elle.

 

Love Projet, c’est une peinture du Québec à travers plusieurs personnages aux destins complètement différents qui se retrouvent autour de la musique et de la danse. Profondément touchant, on se laisse aller à des moments de légèreté qui font passer ce drame musical pour une comédie sociale à certains moments. Pointillé d’humour made in Québec avec un accent à couper au couteau, on préfère vous prévenir que les sous-titres ne sont pas de trop si vous voulez comprendre toutes les subtilités lors des conversations animées.

Sur fond de piano, on s’attache à des figures nuancées, si tôt victimes si tôt bourreaux. Love projet, c’est de l’ultra réalisme rythmé entre passages hilarants et scènes assez dures à l’ambiance pesante. C’est l’histoire d’une lutte, d’une survie dans une existence complexe, c’est une entraide et un partage au centre d’un mélange de libertinage et de névrose. Et au milieu de tout ça, il y a la danse. La musique comme rédemption, le chant pour sauver son âme. Pour se sauver soi.

 

36398-miron---archives-onf

Miron : Un homme revenu d’en dehors du monde

À regarder avec un bon verre de vin

Film d’essai ouvertement expérimental, ce long métrage signé Simon Beaulieu nous plonge directement dans une période de crise identitaire du Québec. Aux frontières d’un documentaire, le film s’appuie sur l’œuvre de Gaston Miron, aujourd’hui considéré comme le poète national du Québec, pour offrir au spectateur un voyage dans un Canada en pleine restructuration culturelle.

Pendant 1h15, la voix de Miron résonne en superposant des documents d’archives retravaillés par les soins de Beaulieu. Des petits bonheurs aux images volontairement séditieuses, l’essai se veut être une œuvre complète en approchant notamment la dimension méta-filmique. Il ne s’agit en effet pas seulement d’une création visuelle, mais également d’une mise en exergue de l’expression corporelle qui fait appel à tous nos sens. Le ressenti physique généré par l’esthétique du film s’ajoute à la stimulation intellectuelle : la forme est mise sur le même plan que le fond dans la réalisation de Simon Beaulieu.

 

Accompagnés par les paroles carabinées de l’écrivain Gaston Miron, on découvre l’essence même de la poésie québécoise, passionnée et révoltée. Miron : un homme revenu d’en dehors du monde est un travail de continuité poétique, une mise en abyme de l’art qui résulte d’un assemblage esthétique réfléchi.

L’œuvre de Simon Beaulieu reste néanmoins peu accessible et demande en amont un intérêt particulier aux films expérimentaux. Il faut également savoir que non, Miron n’était pas de double nationalité italo-québécoise, mais surfait sur la vague des tendances linguistiques canadienne de l’époque, qui était alors de rouler les « r ».

Si le film est sorti au Québec en mars dernier, Miron n’a malheureusement pas encore de date de sortie en France même si la sortie en DVD est prévue pour le 9 décembre prochain, si vous voulez compléter votre collection d’amateurs de créations originales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 Partages
Partagez5
Tweetez