Été 2015 : Le point sur les sorties les plus attendues

Le 21 juin approche et l’été avec. En attendant vous pouvez toujours aller faire un tour au Jurassic World, mais que voir ensuite ? Le moins que l’on puisse dire c’est que l’été 2015 sera riche et varié. Entre super-héros, le retour du plus célèbre robot du cinéma, un ours vulgaire, le retour d’Ethan Hunt et on en passe… Silence Moteur Action vous a fait un petit tri pour vous aider à y voir plus clair. 

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Un moment d’égarement  [/highlight]

Sortie le 24 juin

On l’aime déjà : Beaucoup

De quoi ça parle : Deux amis de longue date partent en vacances avec leurs filles respectives. Dans la fleur de l’âge, les deux bougresses ont les hormones qui chauffent sous le soleil corse. Et l’une d’elles est bien décidée à se débarrasser de son pucelage en jetant son dévolu sur le père de sa meilleure amie, et accessoirement, meilleur ami de son père. On vous laisse imaginer la suite.

Pourquoi on l’attend : Parce que la dernière fois que le trio Langmann-Richet-Cassel s’est réuni, c’était pour le diptyque Mesrine. Le film sera d’ailleurs la première incursion du réalisateur dans le registre de la comédie. Et que dire du duo Cassel/Cluzet plus qu’alléchant, surtout quand le second semble retrouver des atours de son personnage jubilatoire des Petits Mouchoirs ? Et comme les femmes ne sont pas en reste, on est aussi curieux de voir la performance d’Alice Isaaz (déjà excellente dans La crème de la crème) et de la novice mais non moins séduisante Lola Le Lann.

Pourquoi on le craint : Car mine de rien, Un moment d’égarement est un remake de plus. En prime, depuis la sortie de la bande annonce, plus d’un internaute a hurlé au scandale en voyant Vincent Cassel barboter en tenue d’Adam avec une jeune fille. Le sujet est-il encore trop sulfureux ? Tout ce que l’on espère, c’est que l’ensemble ne tombera pas dans le piège trop évident du bon gros cliché. Bref, ça buzz et c’est tant mieux !

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″]   Terminator : Genisys  [/highlight]

Sortie le 1er juillet

On l’aime déjà : Pas du tout du tout

De quoi ça parle : Une (nouvelle) fois mais pas des moindres, ce bon vieux Kyle Reese est envoyé remonter le temps par John Connor. Sa mission : protéger la moman du futur chef de la résistance contre les machines envoyées pour la tuer. Mais une fois arrivé dans le passé, tout semble avoir changé et la menace prend un visage un peu trop familier. Vous n’avez pas tout compris ? Regardez la dernière bande annonce, tout le film est dedans.

Pourquoi on l’attend : Euh… Comment dire… Bonne question tiens ! Joker ?

Pourquoi on le craint : Et bien la liste des griefs est si longue qu’on pourrait en faire un mémoire. Tout d’abord parce que le retour de ce bon vieux (et on insiste sur le mot vieux) Schwarzy dans le rôle du mythique T-800 laisse plus que dubitatif. Le voir remettre le couvert à 67 ans dans le but de relancer sa carrière n’était pas la plus grande idée du moment. On aura donc le droit à un Terminator avec des cheveux blancs et capable de vieillir. Vous êtes assis ? Bien, car l’idée a été proposée par James Cameron himself… Autre crainte en plus d’un script foutraque qui recycle au rabais les anciens films pour un mélange de reboot-remake, Alan Taylor est à la réalisation. Oui le metteur en scène de Thor : Le monde des ténèbres. Non content de s’être fait flagellé chez Marvel en se contentant de remplir le cahier des charges et en mettant toutes ses bonnes idées au placard, il remet ça avec une franchise encore plus casse gueule. Respect ! Enfin, si voir Emilia Clarke en Sarah Connor peut réjouir, se farcir Jai Courtney en Kyle Reese… C’est triste mais l’acteur porte la poisse dès qu’il approche une franchise : Divergente, Die Hard. Terminator Genisys : la poilade de l’été !

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″]  Magic Mike XXL [/highlight]

Sortie le 8 juillet

On l’aime déjà : Un peu

De quoi ça parle : Il y a trois ans, Mike pensait avoir raccroché le string pour de bon. Tout comme ses compères de Tampa. Mais avant la retraite, la bande compte bien s’offrir une dernière virée. Le point d’orgue est une convention qu’ils devront dompter à coups de pectoraux saillants, de tablettes de chocolat et de nouvelles danses à faire s’époumoner la gent féminine.

Pourquoi on l’attend : Car Magic Mike premier du nom avait été l’une des bonnes surprises de l’été 2012. On n’attendait pas vraiment Steven Soderbergh sur ce genre de projet. Le résultat était plutôt sympathique et avait ramassé un joli pactole. Alors si on promet aux spectateurs la même chose format XXL, pourquoi pas ?

Pourquoi on le craint : Car Magic Mike se suffisait amplement à lui-même. La fin, plutôt fermée, ne laissait pas présager une suite. Mais c’était sans compter sur Channing Tatum qui a la plume qui le démange et n’a pas encore tout raconté (les films sont tirés de sa propre expérience avant qu’il ne devienne acteur). Mais à voir l’état de ses copains dans la bande annonce, les garçons ne semblent pas prêts d’abandonner leur mode de vie sexe, drogue et pole-dance. Mais cette fois, ça se fera sans Steven Soderbergh derrière la caméra et sans Matthew McConaughey devant. Et ça on aime moins.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Ant Man [/highlight]

Sortie le 15 juillet

On aime déjà : Beaucoup

De quoi ça parle : D’un super-héros forcément. Où plutôt de deux hommes qui partagent le même costume. Celui qui permet à son porteur de rétrécir à volonté tout en démultipliant sa force. Entre le petit escroc Scott Lang et le docteur Hank Pym, une alliance est vitale pour protéger le monde d’un nouveau type de menace.

Pourquoi on l’attend : Tout d’abord parce que le film ouvre la phase 3 de Marvel au cinéma. Et même s’il n’en paie pas de mine, sans mauvais jeu de mot, Ant-Man est un super-héros fondamental, y compris chez les Avengers. Car contrairement à Tony Stark dans Avengers 2, à l’origine c’est bien Hank Pym le « papa » d’Ultron. Il était donc grand temps que l’homme fourmi rejoigne la bande. Chose faite avec les photos de Paul Rudd sur le tournage de Captain America : Civil War. Aussitôt arrivé et aussitôt propulsé dans la cour des grands.

Pourquoi on le craint : Pour son développement pour le moins chaotique. Alors que l’excellent Edgar Wright portait le projet depuis des années, il quitte subitement le navire. Les fans grondent. Solution de dépannage chez Marvel : embaucher le « Yes-Man » Peyton Reed. Pas de quoi rassurer. Septique, Joss Whedon a assuré que le script écrit par Wright était tout simplement le meilleur que le studio est jamais eu entre les mains. En espérant que tout n’est pas été jeté à la poubelle.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] La rage au ventre [/highlight]

Sortie le 22 juillet

On aime déjà : Beaucoup

De quoi ça parle : Billy Hope est champion de boxe. Heureux en ménage et père d’une petite fille, son monde s’écroule lorsque sa femme est tuée lors d’une altercation. Croulant sous les dettes, le boxeur perd toute dignité et la garde sa fille au passage. Pour se retrouver, il n’a d’autres choix que de renfiler les gants et monter sur le ring.

Pourquoi on l’attend : Pour Jake Gyllenhaal ! Le beau gosse qui était membre du jury au dernier Festival de Cannes a failli voir son film entrer en sélection. Harvey Weinstein a préféré le retirer lorsque son acteur a été choisi pour seconder les frères Coen. Pour mieux attendre les Oscars ? Dans tous les cas, Gyllenhaal voit sa carrière connaître un nouveau souffle depuis plusieurs films. Adepte de la méthode Christian Bale, il a perdu 10 kilos pour Night Call pour en reprendre 7 pour ce film. Autre bon point, Kurt Sutter, le papa de The SHIELD et des Sons of Anarchy a signé le scénario. Autant dire que ça ne manquera ni de chair ni de sang.

Pourquoi on le craint : Parce que même si tout ça à l’air très alléchant, ça sent un peu la redite. De plus Antoine Fuqua, qui a certes une filmo correcte, n’a jamais réellement transcendé l’un de ses films. Au pire, on est certain d’avoir un spectacle efficace et bien troussé. Mais là, on veut le KO en sortant de la salle.

 

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Pixels [/highlight]

Sortie le 22 juillet

On l’aime déjà : Passionnément

De quoi ça parle : Des experts en jeux vidéos sont réunis par l’armée lorsque des personnages de jeux des années 80 attaquent la Terre.

Pourquoi on l’attend : Parce que ce film est certainement le plus « What the fuck ? » de l’été. Regarder Pac-Man bouffer son créateur ou Donkey Kong mettre à mal Adam Sandler, le gosse qui sommeille en chacun de nous trouve ça particulièrement jouissif. Ce sera également l’occasion de voir si le réalisateur Chris Columbus en a encore sous le pied. Mais en attendant, comme le dit Peter Dinklage : « Oh yeaaahhhhhhhh ».

Pourquoi on le craint : Avec un pitch pareil, il ne faut pas se leurrer : Ça passe ou ça casse…

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Le Petit Prince [/highlight]

Sortie le 29 juillet

On l’aime déjà : Passionnément

De quoi ça parle : C’est l’histoire d’une histoire. C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes. C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi. C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Pourquoi on l’attend : Même si le film est destiné aux plus jeunes, difficile de bouder son plaisir devant cet habile mélange d’animation au service de l’oeuvre la plus connue de Saint-Exupéry. Le tout porté par un casting doublage 4 étoiles (français comme américain).

Pourquoi on le craint : Pour celui là, même pas peur.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Les 4 Fantastiques [/highlight]

Sortie le 5 août

On l’aime déjà : Sans commentaire !

De quoi ça parle : Du reboot de la franchise après deux volets franchement tristes signés Tim Story en 2005 et 2007. Où comment quatre jeunes se téléportent dans un univers alternatif et dangereux qui modifie leur forme physique de façon choquante. Des pouvoirs dont ils se serviront pour sauver la planète, bla bla bla…

Pourquoi on l’attend : C’est une question piège ? Pour dire vrai, on ne l’attendait pas vraiment, voire pas du tout. Bon allez, les quatre acteurs principaux, à savoir Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan et Jamie Bell, sont loin d’être dépourvus de talent. Et le Chronicle de Josh Tank était plutôt sympathique.

Pourquoi on le craint : Certains super-héros sont adaptés au cinéma avec une nullité qui est paradoxalement brillante. Le souci, c’est que les sociétés de production, notamment la 20th Century Fox ne comprennent pas toujours le message. Dans la rude guerre des droits, si un film n’est pas mis en chantier avant un certain laps de temps, les héros retournent à la maison mère. Autrement dit, chez Marvel Studios. La Fox a connu ça avec Daredevil, pas question de se refaire avoir. Dommage car le traitement Marvel + Netflix sur « L’homme sans peur » tient limite du chef d’œuvre télévisuel pour les adeptes des héros en collants. Ici le refrain est tout autre. On recommence tout en essayant de rajouter un petit « Mais ça on vous l’a pas raconté avant ». Et comme c’est à la mode, on rend l’ambiance un peu plus sombre. Pour le reste, le studio semble avoir une fois de plus massacré le matériau de base. Après l’humour lourd sur les deux précédents, ce reboot opte pour la non présence des costumes mythiques, La Torche qui change de couleur de peau et un Red Richards qui n’étire plus son corps. De là à faire hurler les puristes il n’y a qu’un pas.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Ted 2 [/highlight]

Sortie le 5 août

On l’aime déjà : Beaucoup

De quoi ça parle : Contrairement à son pote du tonnerre, Ted, la peluche la plus célèbre et vulgaire du monde s’est casé. L’ours pense même mariage et reproduction. Seulement là, devant la loi, ça passe mal. L’occasion pour le duo de repartir vers de nouvelles péripéties riches en humour gras.

Pourquoi on l’attend : Avec Ted, sa vulgarité, son humour pipi caca prout, Seth MacFarlane a fait mouche et fait rire des salles entières. En bons sales gosses, les spectateurs ne pouvaient qu’espérer une suite. Le ton reste fidèle au modèle d’origine tout en rajoutant des acteurs de poids comme Amanda Seyfried, Morgan Freeman ou Liam Neeson. Tout ça pour un nounours ? Elle est pas belle la vie ?

Pourquoi on le craint : Et bien le style d’humour dont raffole MacFarlane est comme un pistolet à un coup. Le réalisateur a déjà prouvé ses limites avec le bien fade Albert à l’ouest. Bref, pas toujours aisé de retrouver la magie des débuts. Surtout avec des blagues aussi grasses balancées par un Mark Wahlberg qui a peut-être passé l’âge de ces conneries.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Mission Impossible : Rogue Nation  [/highlight]

Sortie le 12 août

On l’aime déjà : Passionnément

De quoi ça parle : L’équipe IMF est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé. Mauvais timing car le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat.

Pourquoi on l’attend : Tranquillement mais sûrement, la saga Mission Impossible continue son petit bonhomme de chemin. En quinquagénaire qui pète la forme, Tom Cruise continue à tenir la franchise. Pour ce 5e volet, il sera épaulé par des habitués (Simon Pegg, Jeremy Renner), des nouveaux (Alec Baldwin) et même des revenants (Ving Rhames). Pour la réalisation, l’acteur producteur s’est tourné vers Christopher McQuarrie. Les deux hommes ont déjà collaboré pour le old-school et nerveux Jack Reacher. On ne peut qu’espérer un divertissement efficace. Et vu les images, le spectacle promet d’être assuré avec un Ethan Hunt qui s’envoie en l’air, au sens propre du terme (et sans truquage). De plus la sortie a été avancée de 6 mois, une marque de confiance du studio envers le film. Et pas seulement pour éviter le raz de marée Star Wars en décembre.

Pourquoi on le craint : Car Tom Cruise, oui toujours lui, ne doit le sursaut de sa carrière actuelle qu’au succès du volet précédent réalisé par Brad Bird. Avec une overdose de films d’espionnages cette année, dont le prochain 007, combien de temps tiendra-t-il ? Qu’arrivera-t-il si le film se plante ? Il ne faut pas oublier que Jeremy Renner est à la base arrivé dans la franchise pour en reprendre le flambeau. Jason Bourne bis ? 

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Welcome Back [/highlight]

Sortie le 2 septembre

On l’aime déjà : Un peu

De quoi ça parle : Un militaire, qui après avoir commis une énorme bourde, est renvoyé sur la base d’Hawaï. Là il va être assigné à une nouvelle mission en compagnie d’une militaire timide tout en recroisant la route de son ex.

Pourquoi on l’attend : Car on veut encore croire en Cameron Crowe. Le réalisateur capable de films comme Jerry Maguire, Presque Célèbre ou Vanilla Sky. Pour son nouveau mélo, il pourra compter sur un casting solide avec en tête Bradley Cooper, encore auréolé du succès d’American Sniper.

Pourquoi on le craint : Car les deux derniers films de Crowe s’appellent Rencontres à Elizabethtown et Nouveau départ. Des faits qui parlent d’eux-mêmes.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Youth [/highlight]

Sortie le 9 septembre

On l’aime déjà : À la folie

De quoi ça parle : Fred et Mick, deux vieux amis approchant les quatre-vingts ans, profitent de leurs vacances dans un bel hôtel au pied des Alpes. Les deux amis savent que le temps leur est compté et décident de faire face à leur avenir ensemble. Mais contrairement à eux, personne ne semble se soucier du temps qui passe…

Pourquoi on l’attend : Rien que la bande annonce est exquise. Reparti bredouille du dernier Festival de Cannes, Youth est un hymne à la vieillesse, au temps qui passe, aux regrets, aux remords, à la vie quoi. Et mettre entre les mains de Paolo Sorrentino (récompensé aux Oscars) des acteurs de la trempe de Michael Caine et Harvey Keitel… Où est-ce qu’on signe ?

Pourquoi on le craint : À vrai dire, on craint surtout pour l’état de la vessie des deux personnages principaux.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E [/highlight]

Sortie le 16 septembre

On l’aime déjà : Beaucoup

De quoi ça parle : Années 60, la guerre froide bat son plein. L’histoire s’attache au parcours de l’agent de la CIA Solo et à l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission commune : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale déterminée à ébranler le fragile équilibre mondial, en favorisant la prolifération des armes et de la technologie nucléaires.

Pourquoi on l’attend : Parce qu’un Guy Ritchie reste toujours un événement. Après un détour à deux reprises à Baker Street, le britannique revient avec l’adaptation d’une série éponyme des années 60. Inutile de dire qu’on a hâte de voir la patte du réalisateur de Snatch ou Rock’N’Rolla sur ce genre de projet. Humour + espionnage. Henry Cavill + Armie Hammer. Le cocktail s’annonce plutôt bien.

Pourquoi on le craint : Pour une raison encore obscure, le film a été repoussé. Il devait à la base sortir en janvier 2015. Un recul pareil n’est en général pas bon signe… On espère se tromper.

[highlight highlight-color= »eg. #F96E5B » font-color= »eg. #f8f8f8″] Everest [/highlight]

Sortie le 23 septembre

On l’aime déjà : Passionnément

De quoi ça parle : D’une histoire vraie tragiquement célèbre. En 1996, plusieurs groupes se lancent à l’assaut de l’Everest. L’une des expéditions est dirigée par Rob Hall et une autre par Scott Fischer. Alors que tous tentent péniblement d’atteindre le sommet, une tempête les surprend pendant qu’ils entament la descente.

Pourquoi on l’attend : Car après Into the Wild, Everest est la seconde adaptation d’un roman de Jon Krakauer au cinéma. Récit autobiographique, il raconte cette terrible expérience de son point de vue. Une histoire vraie poignante où il est question de solitude, de survie dans des conditions extrêmes. En plus de cette folle histoire, le casting à lui seul vaut le détoure : Jason Clarke, Josh Brolin, Jake Gyllenhaal, Sam Worthington, Keira Knigthley, Robin Wright, Emily Watson… Tient-on enfin un vrai film d’aventures en montagne après les sympas mais passables Cliffhanger et Vertical Limit ?

Pourquoi on le craint : Tout est réuni pour donner un grand film excepté un point. Son réalisateur. La filmographie de l’islandais Baltasar Kormakur n’inspire pas la plus grande confiance. Si en regardant les premières images, l’ensemble paraît spectaculaire (en espérant une 3D en conséquence), on est nettement plus septique sur le cœur de l’histoire. Arrivera-t-il a insuffler assez d’humanité à son récit comme Sean Penn avait su le faire pour narrer l’histoire de Christopher McCandless ?

3 thoughts on “Été 2015 : Le point sur les sorties les plus attendues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez