[Dossier] Les séries du moment #01 (décembre 2018)

La fin d’année arrive et vous ne savez toujours pas quoi regarder comme séries ? Entre les nouvelles saisons de séries déjà connues et les créations inédites, difficile de s’y retrouver parmi le bon et le mauvais !

Pour vous faciliter les choses, l’équipe de Silence Moteur Action vous propose une petite sélection des séries à ne pas manquer. La trêve hivernale, synonyme de pause pour bon nombre de shows américains, vient de commencer : plus d’excuses pour ne pas rattraper ce qui deviendra, on l’espère, vos nouvelles séries préférées !


Homecoming – Saison 1 (Amazon Prime Video)

De quoi ça parle ? Après les trois premières saisons de l’énigmatique Mr. RobotSam Esmail s’est attelé à la réalisation des dix épisodes de Homecoming, avec à sa tête Julia Roberts et Bobby Cannavale. Sur deux temporalités différentes (à chacune correspond un format d’image spécifique – un cadre large pour le passé et une image plus étriquée pour un futur proche), nous découvrons Heidi, tantôt psychiatre dans un programme de réinsertion pour des soldats revenus de lieux de combats, tantôt serveuse dans un diner miteux, sans aucun souvenir de son expérience dans le programme Homecoming. L’agent Thomas Carrasco (Shea Whigham), du Ministre de la Défense, se charge de rétablir la vérité sur les agissements de ce centre… et fera le lien entre passé et présent dans l’esprit d’Heidi.

On en pense quoi ? Adaptée d’un podcast audio (développé par Gimlet et disponible sur iTunes), Homecoming est déjà programmée pour une seconde saison par Amazon Studios. La série prend elle aussi le parti du format court (une dizaine d’épisodes de trente minutes) et se déguste comme du petit lait. Et Sam Esmail n’a rien oublié de sa patte – qui offre certains des plus beaux plans télévisuels de l’année. Homecoming est une série qui lui correspond pleinement : elle aussi pleine de mystère, elle laisse son spectateur de plus en plus confus au fil des épisodes : qu’est-il arrivé à Heidi ? Pourquoi ne se souvient-elle plus de rien ? Qu’est-il advenu de sa relation avec Walter, son patient privilégié ? À chaque épisode, les secrets s’épaississent, la folie pointe le bout de son nez, et Sam Esmail nous trompe autant sur la réalité qu’avec Rami Malek dans Mr. Robot. À ne pas louper !


This is Us – Saison 3 (NBC / Canal+ Séries)

De quoi ça parle ? Créée par Dan FogelmanThis is us narre le quotidien de la famille Pearson sur plusieurs temporalités : les parents, Jack (Milo Ventimiglia) et Rebecca (Mandy Moore) ainsi que leurs trois enfants – Kevin (Justin Hartley), Kate (Chrissy Metz) et Randall (Sterling K. Brown) – et leurs familles et proches respectifs. Sa première saison, diffusée il y a trois ans, s’est imposée comme l’une des nouveautés les plus efficaces aux États-Unis en atteignant plus de 12 millions de téléspectateurs pour son épisode final. C’est aujourd’hui une moyenne d’encore 10 millions de curieux qui se pressent de découvrir les secrets qui entourent chaque Pearson. Un succès qui va jusqu’à inspirer l’étranger, puisqu’une version française de la série est actuellement en projet ! Intitulée Je te promets, elle sera portée par Brigitte Semol et Julien Simonet, producteurs d’Un village français et Les Invisibles. Cette troisième partie nous entraîne un peu plus vers les nouveaux projets de vie des enfants de la famille : Kate souhaite tomber enceinte de son premier enfant, Randall veut s’engager en politique et Kevin retrace les pas de son père lors de son engagement pendant la Guerre du Vietnam…

On en pense quoi ? Les rouages de This is Us commencent un peu à s’user : l’ombre de la mort de Jack planait sur toute la seconde saison, délivrant enfin les réponses sur ses circonstances. La série n’a pour autant pas choisi de se détacher du père, dont on continue d’explorer le passé : la rencontre entre Jack et Rebecca, sa mobilisation au Vietnam… Quitte à traîner un peu trop en route. This is Us retrouve malgré tout sa force avec cette fin de première partie de saison, où tout prend sens. La série explore le deuil et ses conséquences avec toujours autant de pertinence, et semble enfin s’orienter vers une autre direction avec de mystérieux (et trop rares) flash-forwards, qui nous montrent les enfants Pearson traversant une nouvelle étape… encore assez floue. De quoi suffisamment intriguer jusqu’au retour de la série en janvier !


The Walking Dead – Saison 9 (AMC / OCS)

De quoi ça parle ? Après l’annonce du départ d’Andrew Lincoln, son acteur principal, cet été, on pensait la série The Walking Dead morte et enterrée. Aussi parce qu’elle était en perte de vitesse depuis plusieurs saisons, avec un conflit entre Rick et Negan (Jeffrey Dean Morgan) qui s’est éternisé jusqu’à l’ennui le plus total. La série ne parvenait même plus à surprendre malgré les départs/morts successifs de personnages importants, déjà dévoilés à l’avance par les journalistes. Pourtant, à l’instar de sa petite sœur Fear The Walking Dead, la série est parvenue à renaître de ses cendres et à gagner une nouvelle forme, notamment grâce à son changement de showrunner. La première partie de saison est marquée par un important bond dans le temps de plusieurs années, qui remet en cause tous les rapports entre les personnages encore en vie…

On en pense quoi ? Vous en avez déjà eu un bon aperçu au-dessus : cette première partie de saison de The Walking Dead est une surprise totale. L’apparition de nouveaux personnages tels que les Chuchoteurs (des humains qui se griment en zombie et se dissimulent parmi les hordes de morts-vivants) rabat les cartes sur table et permet d’enfin passer à autre chose. Une nouvelle menace de taille comme le montrent les dernières images choquantes du mid-season finale ! Comme son spin-off, The Walking Dead s’impose habilement une sorte de « micro-reboot » de la dernière chance, tandis que ses créateurs embrassent enfin pleinement l’univers partagé de la série : un cross-over devrait bientôt permettre aux personnages des deux shows de se croiser (notamment par le biais Morgan, l’un des personnages de la série originale, est devenu l’un des principaux héros du spin-off lors de sa quatrième saison), tandis que des films dérivés permettront de retrouver le personnage d’Andrew Lincoln, Rick. Un avenir encourageant !


Hippocrate – Saison 1 (Canal+)

De quoi ça parle ? Après le film, la série ! Thomas Lilti poursuit en profondeur son exploration audiovisuelle du milieu hospitalier en parallèle de sa propre carrière en tant que médecin généraliste. Il y a quelques semaines, Lilti dévoilait « les coulisses » des études de médecine dans Première année, avec Vincent Lacoste et William Leghbil. Il fait cette fois-ci basculer Hippocrate, le film qui l’a dévoilé au grand public, au format épisodique sur Canal+ avec un casting de taille : Louise Bourgoin, Géraldine Nakache, Alice Belaïdi, Karim Leklou, Anne Consigny… La série suit le quotidien d’internes livrés à eux mêmes après qu’un agent bactériologique inconnu ait contraint les médecins référents à subir une quarantaine. Comment gérer l’hôpital, et surtout ses patients, quand on se retrouve dépassé par les événements ?

On en pense quoi ? Dès ses premiers épisodes, Hippocrate parvient à plonger son spectateur dans cette ambiance d’urgence permanente. Là où les séries médicales américaines impressionnent en accumulant les patients et pathologies les plus extravagantes possibles (voire même irréalistes), tout en baignant dans une ambiance à moitié soap (coucou Grey’s Anatomy !), celle de Thomas Lilti s’ancre pleinement dans la réalité. Le réalisateur et scénariste dépeint les difficultés du milieu hospitalier et ses manques de moyens, longuement mentionnés depuis des mois par ses personnels. Tout ça en édulcorant le moins possible les faits : la douleur d’une ponction lombaire, la difficile cicatrisation d’un patient transgenre après une mammectomie… La violence est là, frontale, et l’urgence du diagnostique s’impose. Face à tout cela, le casting de Thomas Lilti brille par sa fraîcheur et son authenticité face à la dureté des différentes situations. Indéniablement l’une des séries de cette fin d’année à ne pas louper !


Narcos : Mexico – Saison 1 (Netflix)

De quoi ça parle ? Après avoir raconté l’ascension puis la descente aux enfers de Pablo Escobar (incarné d’une main de maître par Wagner Moura), la série Narcos quitte la Colombie pour le Mexique et le cartel de Guadalajara… Adieu Pedro Pascal et l’agent Peña, bonjour à un casting 100% renouvelé : Narcos Mexico narre l’affrontement entre Felix Gallardo (Diego Luna), nouveau magnat de la drogue et l’agent de la DEA Kiki Camarena (Michael Peña). Un jeu du chat et de la souris aux conséquences tragiques qui affecteront la guerre contre la drogue pendant des années…

On en pense quoi ? Malgré son changement radical de cadre et de casting, Narcos : Mexico n’a rien perdu de sa recette : on y retrouve toujours une narration en voix-off, parsemant toujours un nombre suffisant d’éléments de contextualisation pour permettre aux spectateurs néophytes de comprendre les enjeux géopolitiques de l’époque et l’histoire de la DEA, l’organisation chargée de la lutte anti-drogue aux États-Unis. La série est toujours aussi explicite, alternant entre les scènes de fêtes et d’extravagance à des affrontements frontaux et graphiques. Le duo Luna/Peña est aussi efficace que ne l’était le trio Holbrook/Pascal/Moura dans les deux premières saisons de la série, qui respecte toujours autant son équilibre entre les activités des uns et des autres et leur vie de famille, illustrant ainsi tout ce que chaque personnage est susceptible de perdre dans le feu de l’action.


Les Nouvelles Aventures de Sabrina – Saison 1 (Netflix)

De quoi ça parle ? Sabrina, l’apprentie sorcière, vous vous en souvenez ? Qu’il s’agisse du dessin animé ou de la sitcom, le personnage de Sabrina, issue de l’univers Archie Comics, a marqué des générations. Elle revient sur le devant de la scène grâce à Roberto Aguirre-Sacasa, le créateur de la série Riverdale. Alors qu’elle devait en être le spin-off, Les Nouvelles Aventures de Sabrina est finalement devenue une série autonome, intégralement diffusée sur Netflix (si la plateforme diffuse également Riverdale à l’international, c’est la chaîne américaine CW qui la produit !). Et qui dit Netflix dit… plus d’épisodes d’un coup. Dans les dix premiers épisodes de la série, Sabrina (Kiernan Shipka) voit son destin basculer à la veille de ses seize ans : doit-elle abandonner ses amis humains et devenir une sorcière pactisant avec le diable ?

On en pense quoi ? D’abord assommantes en raison de la longueur de ses épisodes et ses nombreux effets d’aberration chromatique (une image volontairement floue), Les Nouvelles Aventures de Sabrina se rattrapent peu à peu grâce au développement de ses jeunes personnages féminins qui cherchent toutes à s’émanciper d’une manière ou d’une autre. Difficile aussi de ne pas s’attacher à Hilda (Lucy Davis) et Zelda (Miranda Otto), les deux tantes de Sabrina, et son cousin Ambrose (Chance Perdomo). Si vous n’avez pas encore découvert la série, vous pourrez également profiter de l’épisode de Noël disponible depuis le 14 décembre sur Netflix ! Elle sera toujours plus intéressante à rattraper que la troisième saison de Riverdale, qui n’a presque plus aucun sens…


Dix pour cent – Saison 3 (France 2)

De quoi ça parle ? Les membres de l’agence ASK sont de retour ! Alors que la saison 2 de Dix pour cent avait mis énormément de temps à arriver sur le petit écran, la troisième salve d’épisodes n’est arrivée qu’un an plus tard. Fanny Herrero, la créatrice de la série, cédera cependant sa place de « showrunner » pour les prochaines saisons. En fin de saison 2, nous laissions Camille Cottin enceinte, Gabriel (Grégory Montel) au fond du trou à cause de sa jalousie envers la relation entre Sofia Leprince (Stefi Celma) et Julien Doré, et Camille (Fanny Sidney) promue comme nouvelle agent junior. Au programme de cette troisième saison, de nouveaux guests : Jean Dujardin, Isabelle Huppert, Monica Bellucci… Et de nouvelles tensions chez ASK. Et si vous l’avez loupée sur France 2, elle vient d’arriver sur Netflix !

On en pense quoi ? Sacrifiant certaines star invitées au profit de sous-intrigues amoureuses dispensables pour ses personnages principaux, cette saison de Dix pour cent marque un peu moins les esprits. Heureusement, la prestation d’Isabelle Huppert et la folie de Jean Dujardin leur permettent de sortir du lot et d’occuper l’espace de plusieurs épisodes, jusqu’à un final aux allures de parterre de stars… mais aussi d’adieux. Dix pour cent continuera pourtant bel et bien. Mais une chose est sûre : plus rien ne sera pareil ! On retient toujours autant la drôlerie de Laure Calamy, mais aussi – et surtout – la touchante intrigue réservée à Andréa, Collette et Hicham à propos de la procréation médicalement assistée ; un certain engagement que l’on trouve bien rare dans une série proposée par le service public…


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *