La mode : nouvelle vedette des séries TV

La mode a toujours été présente dans les séries TV. Du dressing de Carrie Bradshow au smoking nickel du cast de Mad Men, qui n’a pas rêvé rien qu’un seul instant de porter l’apparat de son héros préféré? Plus qu’un modèle, le style vestimentaire dans les séries reflète un milieu social qui nous fait envie.

« Jure-le sur Chanel ! » (Carrie Bradshow)

Depuis quelques temps il semblerait que la mode, précurseur de tendances, occupe un rôle plus important à l’écran. Des talons aiguilles Manolo Blahnik de Blair Waldorf aux lingeries La Perla de Gabrielle Solis, les marques sont de plus en plus visibles. Un phénomène tout droit venu du grand écran. Personne n’a oublié le fameux bombers argenté de Ryan Gosling dans Drive ! Tel un catalogue d’images les séries viennent comme le cinéma apporter aux spectateurs le moyen de s’identifier à ce qu’ils voient. L’attachement que l’on se fait d’un personnage dépasse le « I’m Broda » de Barney (How I Met Your Mother). On s’attache non seulement à sa personnalité mais aussi à son style vestimentaire.

BarnayStinson

Si Carrie a été la principale inquisitrice, ses cadettes ont suivi le pas très rapidement. De la gossip Serena à la déjantée Marnie de Girls, ces héroïnes sont devenues en quelques saisons de véritables vitrines de rêve pour les marques et des mannequins pour les spectateurs. Pas un seul des épisodes de Sex and The City ne met pas en valeur une marque de luxe. Des robes Chanel, aux escarpins Louboutin le dressing de Carrie est sans doute un des biens les plus jalousés par les fashionistas. A la pointe de la mode, que ça soit dans les rue de NYC même arrosée par le bus Carrie donne à la mode un rôle majeur sur le petit écran. Outre l’intrigue, les scènes sont des podiums déguisés rendant un hommage sans fin à la mode. Et à force de se prendre au jeu l’actrice Sarah Jessica Parker est devenue icône malgré elle.

Une vie par procuration

Apercevoir du Valentino ou du Marc Jacobs à tout-va dans nos épisodes serait-il un moyen de se démocratiser pour les marques de luxe ? Il semblerait que le phénomène soit plus poussé que ça. Qui dit haute couture dit forcément budget conséquent.

Même pour Carrie, une paire d’escarpins a son coût ! La spectatrice voit plutôt un moyen de s’identifier à son personnage, elle vit par procuration l’affection du héros envers ses pièces. Mais les marques savent très bien ce qu’elles font. Leur stratégie bien définie  prévoient leur placement. Pas n’importe où et surtout sur n’importe qui ! Impossible par exemple de voir un cabas Givenchy chez la relève de Beverly Hills. La mode haut de gamme conserve ses standards au cinéma comme à la télévision. Si auparavant elles étaient plus discrètes, ce temps est révolu. Bonjour les sacs apparents et les étiquettes zoomées à l’écran. Il est bon de se faire voir. Le phénomène, révélateur d’une certaine demande a même conduit les créateurs de la série Gossip Girls de permettre aux fans de trouver les mêmes pièces que leurs héroïnes via le site internet officiel. Un constat qui s’applique tout aussi bien à la gent masculine qui assume de plus en plus son affection pour la mode. Désormais l’engouement ne touche plus uniquement que les envieux de l’Upper East Side, chaque série a son vestiaire (à l’instar de ShopYourTv). S’habiller comme Sookie (True Blood) c’est désormais possible.

On les savaient déjà addictives, il semblerait que le second pallier soit atteint : celui de l’addiction identificatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez