[Dossier] Quels DVD offrir à Noël cette année ? (2018)

Décembre est arrivé, Noël approche et vous peinez à trouver des idées de cadeaux ? Et pourquoi pas un DVD ? Peu onéreux, c’est un cadeau durable qui déçoit rarement, toujours faut-il qu’il soit adapté à la personne à qui vous l’offrez ! Parce qu’il n’est pas toujours facile de connaître quelles sont les films récents et réussis dans un genre que l’on n’apprécie pas soi-même, nous vous proposons quelques idées suivant les goûts recherchés :

Pour chaque catégorie, nous avons sélectionné le film incontournable qui a marqué le plus cette année 2018, parce qu’il était particulièrement attendu ou parce qu’il a secoué le monde du cinéma par sa qualité ou son audace. Bref, on a parlé de lui et il doit impérativement faire partie de la collection des amateurs du genre.

Mais si vous cherchez un cadeau pour un fan de cinéma ou pour un passionné d’un genre particulier et que vous avez peur qu’il n’ait déjà en sa possession ce fameux DVD, nous vous proposons également une idée de film méconnu qui a fait moins de bruit lors de sa sortie mais qui enchantera tout autant l’heureux receveur, en le surprenant même peut-être !

Enfin, si vous cherchez un cadeau un peu plus haut de gamme qu’un simple DVD, il reste une dernière solution : un coffret ou une édition limitée ou collector.

A noter : les liens que vous nous proposons vers des articles Amazon sont affiliés : si vous les acheter, nous gagnons un petit pourcentage de ce que vous payez. Ce n’est pas le cas pour les liens vers les autres sites comme la Fnac.


Pour un enfant

 

L’incontournable : Les Indestructibles 2 (Brad Bird)

C’était la sortie la plus attendue de cette année dans le monde du film d’animation ! Quatorze ans après la sortie du premier Indestructibles, les studios Pixar (Toy Story, Cars, Ratatouille, Coco) ont enfin révélé, cet été, la suite des aventures de la plus célèbre famille de super-héros. On retrouve la recette qui a valu le succès du film de 2004, à savoir une super-dose d’humour, le plein d’action et des personnages attachants. Nul doute que la majorité des enfants l’ont déjà vu, mais c’est un film qui se regarde sans modération. Qui plus est, le DVD est sorti assez récemment, début novembre.

Lire la critique du film

 

Le moins connu : Parvana, une enfance en Afghanistan (Nora Twomey)

Sortie en salles à la fin du mois de juin dernier, l’histoire de Parvana nous avait particulièrement touché lorsque nous l’avions découverte au Festival du film d’animation d’Annecy. Adapté du roman de Deborah Ellis, auteure canadienne ayant contribué à aider les camps de réfugiés en Afghanistan, le film de Nora Twomey est parvenu à se faire une place malgré le mastodonte qu’était Les Indestructibles 2. En dépit de l’autorité, la petite Parvana va braver tous les dangers pour tenter de sauver son père emprisonné à tort… Si vous pouvez toujours acheter le roman à part pour compléter votre cadeau, sachez que la Fnac propose une édition spéciale en combinant d’office le film et le livre, que ce soit en DVD ou en Blu-ray.

Lire la critique du film

Le coffret : Croc Blanc (Alexandre Espigares)

Sorti en mars, cette nouvelle adaptation du livre de Jack London est une petite pépite ! Si l’histoire de ce beau chien-loup reste inchangée, le film de 2018 tire son originalité dans son animation : la texture des dessins, qui rappelle celle de la peinture, est aux antipodes des films d’animations lisses et uniformes que l’on trouve aujourd’hui chez Disney et autres grands groupes. Croc-Blanc est adorable, les paysages sont magnifiques et le spectateur part à la découverte du peuple amérindien grâce à cette belle histoire sur l’amitié et le respect des autres. Un film parfait pour ouvrir l’esprit des bouts de chou, bien que certaines scènes puissent effrayer les plus petits. On vous conseille le coffret collector qui comporte le DVD, le Blu-ray, un livre et une maquette pour construire un petit traîneau.

Acheter le coffret de Parvana sur la Fnac (lien non affilié) 


Pour un(e) ado

 

L’incontournable : Ready Player One (Steven Spielberg)

Ce dernier film de Steven Spielberg plonge le spectateur dans un futur post-apocalyptique, où les gens ont pris l’habitude d’oublier la dureté de leur quotidien en s’évadant dans un immense jeu vidéo de réalité virtuelle. Là, ils entrent dans la peau de leur avatar et partent pour des aventures trépidantes et parfois dangereuses dans différents univers. Ready Player One est un film d’action tout public qui a pour protagonistes des adolescents et qui est rempli de références à la pop culture, de Jurassic Park à Shining en passant par Retour vers le futur.

Lire la critique du film

 

Le moins connu : Lady Bird (Greta Gerwig)

La réalisatrice Greta Gerwig reprend les codes du teen movie (film pour ados tel que LOL, Nos étoiles contraires, Breakfast Club) mais apporte une touche d’originalité et d’authenticité avec ce film indépendant. On y suit Christine, jeune fille qui cherche à trouver sa place dans son monde et à prendre son envol. On y parle d’homosexualité, de religion ou encore de relation mère/fille avec humour et sensibilité. Bref, toutes les préoccupations des jeunes dans un film cinématographiquement plus intéressant que les comédies romantiques pour ados actuelles, généralement très uniformes.

Lire la critique du film

 

Le coffret : Jumanji – Bienvenue dans la jungle (Jake Kasdan)

Sorti au cinéma en fin d’année 2017, Jumanji est un divertissement qui plaira aux petits et grands. Sorte de suite du premier que tout le monde connait, on y suit une bande de collégiens qui, alors qu’ils sont en retenue, découvrent un jeu vidéo qui les transporte dans un autre monde. Le film est une comédie d’action au rythme enjoué, qui saura faire plaisir à tous les fans de jeux vidéo vintage (le film se déroulant comme un jeu d’arcade). Le casting, emmené par la star de Fast and Furious Dwayne Johnson, est un gros plus aussi. Le coffret steelbook (en métal) avec les Blu-ray des Jumanji de 1995 et 2018, des bonus et un jeu de plateau, ravira les adolescents nostalgiques fans de jeu vidéo.


Pour un(e) passionné(e) d’histoire

 

L’incontournable : Les Heures sombres (Joe Wright)

Un très bon biopic consacré à Winston Churchill, premier ministre du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale. Le film se concentre sur les quelques jours qui ont marqué l’histoire du pays, en mai 1940, lorsque Churchill a dû faire un choix entre signer un traité de paix avec l’Allemagne nazie ou résister, quitte à conduire à sa perte le peuple britannique. Il en découlera l’un de ses plus célèbres discours, prononcé devant la Chambre des communes. Les Heures sombres a fait beaucoup parler de lui, notamment grâce à l’excellente performance de Gary Oldman, qui lui a d’ailleurs valu un Oscar ! L’acteur, méconnaissable sous les traits de Churchill, est aussi celui qui a joué Sirius Black dans la saga Harry Potter.

Lire la critique du film

 

Le moins connu : Hostiles (Scott Cooper)

Avis ici à ceux qui si’intéressent à l’histoire des Etats-Unis, aux relations entre Amérindiens et descendants des pères pèlerins, et particulièrement aux années 1890 qui suivent la Guerre de Sécession. Hostiles est l’équilibre parfait entre un western et un road-movie dont chaque plan met en avant de magnifiques paysages. Grandes balades à cheval en compagnie de Christian Bale (Bruce Wayne/Batman dans la trilogie de Christopher Nolan) et de Wes Studi, qui incarne LE grand chef indien tel qu’on se l’imagine. Hostiles est un Pocahontas plus sanglant mais ô combien lyrique. Il offre le même message sur le racisme, sur la découverte de l’étranger et par extension, sur la découverte de soi, le tout dans un Nouveau-Mexique somptueux. On garde certains ingrédients de la recette « western » tels que les coups de feux et les hommes fascistes à moustaches, et on rajoute un sublime conte universel et intemporel.

 

Le coffret : The Crown saison 1 et 2 (Peter Morgan)

Retour au Royaume-Uni, mais cette fois-ci direction Westminster avec cette série qui retrace le règne d’Elizabeth II, actuelle reine d’Angleterre. La première saison de cette série, uniquement disponible sur Netflix, a été mise en ligne en novembre 2016, avant d’être suivie par une seconde saison en décembre 2017. On y parle de royauté bien sûr, de la vie publique et privée de la jeune Elizabeth forcée d’accomplir son devoir de reine très tôt, mais aussi de l’histoire du Royaume-Uni et du monde au XXe siècle. Autrement dit, attendez-vous à voir non seulement la famille royale, mais aussi Churchill, Kennedy et autres personnalités publiques de l’époque. Les deux saisons sont disponibles dans un coffret commun, sorti en octobre dernier, à offrir à quelqu’un qui n’a pas d’abonnement Netflix, et donc aucun autre moyen de suivre cette belle série !


 

Pour un(e) passionné(e) d’histoires d’amour

 

L’incontournable : La forme de l’eau (Guillermo Del Toro)

Eliza, jeune femme muette, fait le ménage chaque nuit dans un laboratoire américain. Lorsqu’elle découvre que le centre réalise des tests sur une étrange créature aquatique, Eliza s’intéresse à elle et s’y attache, découvrant qu’elle arrive à tisser un lien bien plus fort avec elle qu’avec les êtres humains. Une très belle histoire d’amour qui se mêle au fantastique pour prôner la différence avec poésie. Le tout est signé Guillermo Del Toro, à qui l’on doit Le Labyrinthe de Pan, et, dans un autre registre, Pacific Rim.

 

Le moins connu : Katie Says Goodbye (Wayne Roberts)

Il conviendra aux grands romantiques amateurs d’amours impossibles. Gourmands de comédies romantiques, passez votre chemin ! Le film ressemble davantage à une tragédie type Moulin Rouge! (Baz Luhrmann, 2001). Son ambiance est très intimiste et il aborde de façon très dure certains sujets comme la prostitution, la pauvreté, et plus généralement la vie dans les campagnes pauvres des Etats-Unis. Dans ses thématiques, il peut être rapproché de Dancer in the dark (Lars von Trier, 2000). Enfin, notons que ce film, qui place l’espoir et l’obstination au centre du scénario, met en scène Olivia Cooke, vu quelques mois plus tard dans Ready Player One !

Lire la critique du film

 

Le coffret : Love, Simon (Greg Berlanti)

Alors que La Forme de l’eau et Katie Says Goodbye sont particulièrement poignants, on retrouve beaucoup plus de légèreté avec Love, Simon, une comédie dramatique tout public tirée d’un roman pour adolescents. Simon est un lycéen qui n’ose pas avouer son homosexualité à son entourage. A la place, il tisse un lien fort – et anonyme – avec un internaute sur le site de son école, lui aussi gay. Mais lorsque l’identité de Simon est révélée en public, celui-ci est déchiré entre la volonté de garder le secret de son interlocuteur, et le désir de savoir qui se cache derrière le pseudonyme. Une amourette qui fait du bien et qui a le mérite d’avoir pour protagoniste un jeune garçon gay. Pour compléter le cadeau, on peut ajouter au DVD le roman original ainsi que la bande originale du film.

Lire la critique du film


Pour un(e) passionné(e) de science-fiction

 

L’incontournable : Avengers: Infinity War (Joe et Antony Russo)

Chaque année, Marvel nous offre un ou plusieurs films de super-héros généralement tous bien reçus, car fonctionnant sur la base d’une même recette bien rodée. Mais il est des films Marvel qui font plus sensation que d’autres : ceux qui réunissent plusieurs héros d’univers différents. Après les deux premiers Avengers et Captain America : Civil War, le groupe va crescendo et a sorti en avril la bombe de l’année : Avengers: Infinity War, qui réunit des dizaines de personnages (Iron Man, Captain America, Hulk, Thor, les Gardiens de la Galaxies, la Veuve noire, Doctor Strange, Spider-Man et on en passe) et qui se place comme la somme de tous les films réalisés depuis 2008. Au programme : un super-méchant, et enfin un film Marvel qui se permet d’avoir de vrais enjeux, et qui nous surprend avec sa fin pas du tout heureuse. Bref, le film a littéralement secoué le monde de la pop-culture cette année ! A réserver à ceux qui ont déjà bien suivi les précédentes aventures Marvel, mais à noter que le DVD est déjà sorti depuis août.

 

Le moins connu : Dans la brume (Daniel Roby)

Bien que le cinéma de genre se développe beaucoup depuis quelques mois, c’est encore assez rare pour être souligné : voilà un film science-fiction français réussi! Dans la brume se passe à Paris, dans le futur : Romain Duris interprète un père de famille qui doit survivre et protéger sa famille après qu’une fumée épaisse et toxique a envahi la ville – et peut-être le monde entier – et décimé la majorité de la population. Le film n’est pas parfait, mais tient son spectateur en haleine tout du long. On prend plaisir à voir un film catastrophe se dérouler dans notre capitale, et à retrouver les codes du film post-apocalyptique avec une petite touche à la française.

Lire la critique du film

 

Le coffret : Westworld saison 1 et 2 (Jonathan Nolan)

Cette année, la saison 2 de Westworld nous a retourné l’esprit ! Créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy, cette série étend l’univers de Mondwest, film de science-fiction écrit et réalisé par Michael Crichton… qui n’est autre que le créateur de Jurassic Park ! Il est là aussi question d’un parc d’attraction qui embarquent ses visiteurs dans plusieurs univers (une réplique du Far West, du Japon féodal…) peuplés par des androïdes. Le souci, c’est que ces derniers commencent à acquérir une conscience… En ce début décembre, la saison 2 sort en DVD et Blu-ray, ainsi qu’en intégrale.

Lire la critique de la saison 2


Pour un(e) passionné(e) de films d’horreur

 

L’incontournable : Hérédité (Ari Aster)

On tient là le frère de It follows (David Robert Mitchell, 2014). Ici, pas de jumpscares faciles, ni de gore, et encore moins de monstres comme 28 jours plus tard (Danny Boyle, 2003). Hérédité, qui rappelle dans son ambiance le sous-estimé The Witch (Robert Eggers, 2015), entraîne l’équilibre mental du spectateur dans une longue descente aux enfers… Un plaisir !

 

Le moins connu : La nuit a dévoré le monde (Dominique Rocher)

Quelques mois avant Dans la brume, Paris était déjà mis à l’honneur par le cinéma de genre mais dans un tout autre style : pas de fumée toxique, mais une menace pas plus rassurante : des zombies ! Après une soirée arrosée dans un appartement haussmanien, un jeune homme se réveille et découvre que les habitants de la capitale ont été changés en morts vivants avec une seule volonté : attaquer les humains sains. La nuit a dévoré le monde ne tombe pas dans un gore démesuré et conviendra aux âmes téméraires mais plus sensibles. Se concentrant sur la survie du protagoniste et son état mental (car comment garder toute sa tête lorsqu’on est le seul survivant sur Terre ?), ce film est une petite pépite qui est passée un peu trop inaperçue.

Lire la critique du film

 

Le coffret : Ghostland (Pascal Laugier),  Strangers Prey at Night (Johannes Roberts) et  You’re Next (Adam Wingard)

Halloween a beau être passé, il est toujours temps de se faire quelques petites frayeurs, vous ne pensez pas ? Pour cela, on a trouvé le coffret idéal avec Ghostland, l’un des films d’horreur les plus réussis de l’année, signé Pascal Laugier (Martyrs, The Secret) et avec Mylène Farmer. Pour l’accompagner, la suite de The Strangers, Strangers Prey At Night, ou la traque d’une famille dans un camping par d’étranges tueurs masqués, sorti également en 2018… You’re Next d’Adam Wingard joue exactement dans le même registre, même s’il date, lui, de 2013.

Lire la critique de Ghostland

Lire la critique de Strangers Prey at Night


Pour un(e) passionné(e) de comédie

 

L’incontournable : L’île aux chiens (Wes Anderson)

Wes Anderson est un des maîtres incontestés de la comédie moderne. Il est le réalisateur derrière Le Grand Budapest Hotel, La vie aquatique, La famille Tenebaum, Fantastic Mr Fox ou encore A bord du Darjeeling Limited. Si vous avez déjà entendu quelqu’un vanter les qualités de l’un de ces films, alors L’île aux chiens lui plaira indéniablement ! Le style de Wes Anderson est tout à fait particulier et déçoit rarement les amateurs : humour grinçant, symétrie des cadres et des décors, couleurs vives… tout fait faux et pourtant les personnages transpirent une authenticité que l’on voit trop rarement dans les comédies de nos jours. On rit beaucoup devant l’absurdité des comportements humains mais il s’en dégage toujours un humanisme, un optimisme bienveillant. En bref, c’est un bon compromis entre cinéma d’auteur et comédie grand public.

Lire la critique du film

 

Le coffret : The Greatest Showman (Michael Gracey)

Vous n’êtes surement pas passé à côté de celui-là ! Véritable événement aux Etats-Unis, le film a également fait une entrée remarquée dans les cinémas au tout début de l’année. The Greatest Showman raconte le parcours de P. T. Barnum, Américain fondateur des cirques Barnum et créateur de l’industrie du show-business. Bien que s’inspirant d’une histoire vraie, il n’est en aucun cas dédié aux fans de biopics, qui seront très déçus de voir la vie de Barnum complètement édulcorée, mais bien plus aux amateurs de comédies musicales. On chante, on danse, on s’émerveille et on se laisse berner par l’aspect carton-pâte des décors qui donnent un aspect studio type Chantons sous la pluie. Le DVD, sorti en juin dernier, est disponible depuis novembre dans une belle édition spéciale avec boitier en métal (steelbook) représentant le chapiteau d’un cirque et contenant un DVD, un Blu-ray et de nombreux bonus (version karaoké du film, les coulisses, les chansons…).

Lire la critique du film

 

Le moins connu : Le Monde est à toi (Romain Gavras)

Sorte de vrai objet pop génial, Le monde est à toi raconte l’histoire d’une bande de losers rêvant d’être les Scarface de banlieue. Avec son côté populaire et jeune, avec des musiques allant de la variété (Laurent Voulzy) au rap (PNL, Booba), le film plaira à tous les mélomanes aux goûts éclectiques. Les cinéphiles ne seront pas en reste, les jeunes (avec la présence de Oulaya Amamra vu dans Divines) ou les moins jeunes (le retour fracassant d’Isabelle Adjani). Une comédie très divertissante au rythme endiablée et aux répliques déjà cultes !

Lire la critique du film

Acheter le steelbook de The Greatest Showman sur la Fnac (lien non affilié)


Pour un(e) passionné(e) de thrillers

 

L’incontournable : Jusqu’à la garde (Xavier Legrand)

Dans ce film français, le spectateur suit le combat d’une mère pour protéger son fils de son ex-mari qu’elle accuse de violences, mais à qui la juge a pourtant octroyé la garde alternée. Qui a raison, qui a tort ? Jusqu’à la garde s’attaque avec une grande justesse au sujet des violences conjugales et ses contraintes judiciaires : comment faire entendre sa voix sans preuves, que faire lorsque la justice n’est pas en mesure d’assurer la protection des personnes en danger ? Si le message transmis est fort, le film éblouit aussi par sa réalisation complètement immersive : on ressent le quotidien angoissant de ces personnages, la peur qui se trouve dans les faits les plus ordinaires. Le ventre est tordu jusqu’à la fin du film, complètement suffocante. On ne commence à respirer qu’une fois que le générique apparaît, et encore ! Celui-ci, sans musique, nous laisse lui aussi dans le plus grand des inconfort.

 

Le moins connu : The Guilty (Gustav Möller)

Il est passé plutôt inaperçu lors de sa sortie en juillet dernier alors que sa qualité est indéniable : ce thriller danois a pour protagoniste un policier consigné au centre d’appels et qui reçoit un soir un appel à l’aide d’une jeune femme, visiblement kidnappée, qui ne peut pas avouer qu’elle parle à la police, ni donner son identité ou celle de son ravisseur. Le policier va alors devoir résoudre une enquête avec les moyens du bord : son téléphone. Le spectateur est placé dans la salle avec le protagoniste, sous les mêmes contraintes : la caméra ne sort pas de la pièce, l’action se déroule en temps réel et l’action n’est représentée que par le son. Un huis clos qui glace le sang car les faits sont bels et bien horribles et l’imagination du spectateur s’occupe de recréer ce qui n’est pas représenté à l’écran. Les nombreux rebondissements et la chute finale surprendront même les plus aguerris du genre !

 

Coffret : Mr Robot 3 saisons (Sam Esmail)

Voilà deux ans que Mr Robot est arrivée en France. Cette série américaine, avec pour acteur principal Rami Malek (vu récemment dans Bohemian Rhapsody) retrace l’histoire d’Elliott, un jeune programmateur de jour et hackeur de nuit, souffrant également de troubles mentaux et d’addiction à la drogue. Sa vie change lorsqu’il rencontre Mr Robot, un cyber-justicier ayant pour but de détruire les plus grandes banques et entreprises du monde. Il faut tout de même bien s’accrocher dès les tout premiers épisodes car les informations sont nombreuses et complexes, mais Mr Robot est une série passionnante qui vaut pour l’incroyable performance de Rami Malek. La saison 3 est sortie en DVD avant toute diffusion française. Elle sera en réalité diffusée sur France 2 quelques jours avant Noël , les 17 et 18 décembre prochains (oui oui, les 10 épisodes d’un coup !). Qui plus est, l’intégrale des trois saisons est assez bon marché pour une série TV.


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *