Doctor Who : L’heure du Onzième a sonné (spoilers)

Le Docteur se voit confronté à sa plus grande peur – la Mort – dans l’épisode spécial diffusé ce soir sur France 4. Épisode plus que spécial puisqu’il s’agit de la dernière aventure de « l’ère Matt Smith », l’emblématique interprète du Onzième Docteur. Silence Moteur Action vous en dit plus sur ce qui vous attend ce soir et sur l’avenir de Doctor Who. Attention, quelques spoilers peuvent se glisser dans la suite de cet article.

Quelques petits rappels

Doctor Who, c’est l’histoire du Docteur, un extraterrestre à apparence humaine, qui voyage à travers le temps et l’espace à bord de son TARDIS. Mais le Docteur n’est pas n’importe quel extraterrestre : c’est un Seigneur du Temps. De fait, il peut, lorsqu’il se trouve aux portes de la mort, se « régénérer », c’est-à-dire changer de physique et de personnalité. Pour ajouter un peu de piquant à l’histoire, il voyage généralement accompagné d’êtres humains.
Doctor Who, c’est la série britannique par excellence. Elle est même entrée dans le Livre des Records en tant que plus vieille série de science-fiction encore diffusée (pour plus de détails sur la série, je vous renvoie à la très bonne et très concise vidéo réalisée par le Fossoyeur). C’est en 2010 que Matt Smith endosse le costume du Docteur, succédant ainsi au génial David Tennant (récemment vu dans Broadchurch, The Escape Artist) et à Christopher Eccleston (28 jours plus tard, Thor : Le monde des ténèbres). Il devient alors le plus jeune acteur à incarner le personnage et accède à la gloire. Trois années, trois saisons et des centaines de rebondissements plus tard, Matt Smith annonce qu’il quitte la série à l’occasion de l’épisode de Noël 2013… « L’Heure du Docteur ». 

« And now it’s time for one last bow… »

Écrit par Steven Moffat, le showrunner de la série, « l’Heure du Docteur » fait directement suite à l’épisode du 50ème anniversaire et aux nombreux bouleversements qu’il a engendrés. Petit rappel : le Docteur n’est plus responsable du génocide de son peuple, Gallifrey (la planète d’origine du Docteur) existe toujours et le nombre de régénérations a quelque peu changé.
Nous voilà donc le jour de Noël. Tandis que Clara est préoccupée par le traditionnel repas, le Docteur est, lui, plus intéressé par un message indécryptable émis depuis une planète et qui attire tous les vaisseaux possibles et imaginables. Ne résistant pas au mystère, il entraîne la jeune femme dans son sillage. Mais ne vous gâchons pas le plaisir. Sachez juste qu’il sera question de l’Unité Papale, de Tasha Lem, de Daleks, du Silence, de Cybermen, des Seigneurs du Temps et de Trenzalore. Oui, tout ça et quelques surprises.

Cet épisode permet de conclure plusieurs thèmes qui avaient été récurrents au long des dernières saisons, notamment la menace Trenzalore et celle de l’Église du Silence. Trop, peut-être ? Si le plaisir et le grand spectacle sont présents, force est de constater que la facilité a pris le dessus. Steven Moffat retombe dans ses travers : très bon pour amener de nouvelles et incroyables storylines, passable lorsqu’il s’agit de les conclure. Il réutilise les ficelles scénaristiques déjà vues dans les précédents seasons finales et cède à l’appel du deus ex machina. Évidemment, avoir des réponses aux mystères, c’est sympa mais le manque de cohérence et d’émotion du tout est dérangeant. D’autant plus dérangeant qu’il s’agit du baroud d’honneur de Matt Smith. Heureusement, l’acteur arrive à tirer son épingle du jeu. Il est heureux de jouer le Docteur et on sent son attachement au personnage. On voit sa nostalgie à l’idée de le quitter. Son dernier monologue est touchant. Dommage que la régénération soit réglée aussi rapidement…
Rassurez-vous, il s’agit tout de même d’un épisode correct et fun, malheureusement pas à la hauteur de l’épisode de la régénération du Dixième Docteur

« The clock is striking twelve’s » : le pari Peter Capaldi  

Au revoir Matt. Bonjour Peter. L’annonce de Peter Capaldi comme Douzième Docteur avait fait l’effet d’une bombe. Non seulement il s’agissait d’un acteur nettement plus vieux que les deux précédents mais aussi d’un acteur nettement plus « dark » avec une filmographie très importante. On avait ainsi pu le voir dans World War Z, Le Cinquième Pouvoir, The Hour…  Par ailleurs, Capaldi était déjà apparu dans Doctor Who (saison 4, épisode 2) et dans son spin off Torchwood (saison 3). La décision avait donc de quoi surprendre. Pour le meilleur ? Peut-être bien ! Parce qu’avec Capaldi, c’est le ton de la série qui risque de changer. Le côté obscur du Docteur, effleuré mais jamais entièrement exploré, pourrait bénéficier du talent de l’acteur et lui offrir une vraie dimension dramatique. De plus, cela permettrait de sortir du jeu de séduction entre le Docteur et les différents personnages féminins (compagnes, femmes en détresse, etc.). Difficile d’imaginer que le physique de Capaldi lui permette de faire tomber les filles aussi facilement que le faisaient ses prédécesseurs.
En tout cas, cela donne toutes les raisons d’être optimisme pour la saison 8, actuellement en tournage (la page Facebook de la série est régulièrement mise à jour avec des informations officielles).

En attendant, si vous souhaitez découvrir Peter Capaldi dans un autre registre, Silence Moteur Action vous invite à regarder The Musketeers, une adaptation très divertissante des Trois Mousquetaires, dans laquelle il campe le Cardinal Richelieu. 

One thought on “Doctor Who : L’heure du Onzième a sonné (spoilers)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 Partages
Partagez5
Tweetez