Django Unchained (Quentin Tarantino) : « I like the way you die »

Pour la deuxième fois depuis la création de Silence Moteur Action, un de nos rédacteurs s’est intéressé à la bande originale d’un film culte. Aujourd’hui, coup de projecteurs sur le cultissime « Django Unchained » de Quentin Tarantino.

Pour son huitième film, le réalisateur de Reservoir Dogs, Pulp Fiction et co s’est tourné vers le western spaghetti. Il était nécessaire pour Tarantino de rendre hommage à ce genre qu’il affectionne tant. Le Bon, La Brute et Le Truand de Sergio Leone a influencé le scénario de Django Unchained. Du côté de la rédac, on adhère. Tarantino réussit à nous faire aimer ce style cinématographique où l’insipiration lui vient des grands classiques du western. Attaquons nous maintenant aux 53 minutes de pur plaisir qu’offre la bande originale de Django Unchained.

RICK ROSS ET TUPAC, DU RAP DANS LE GRAND OUEST.

C’est la première fois que Quentin Tarantino propose à des artistes de composer des titres pour l’un de ses films. Il a demandé au rappeur Rick Ross de produire un titre spécialement pour Django. 100 Black Coffins traduit ce que Django aimerait voir, c’est à dire 100 cercueils noirs. Une volonté de vengeance du héros (Jamie Foxx) face aux esclavagistes de Candy Land. Les clips de rap avec les plans larges sur les voitures de sport sont mis à l’honneur avec cette scène culte où la caméra reprend le même style sur la calèche d’époque. 100 Black Coffins est un bijou à écouter encore et encore.

Tarantino a aussi voulu un mash-up de Untouchable de Tupac et de The Payback par James Brown : Unchained (The Payback/Untouchable). Deux titres tellement évocateurs, se mariant à la perfection. Les paroles évoquent le besoin de continuer à se battre jusqu’à la mort. Les hurlements aigus de James Brown et la voix grave de Tupac fonctionnent comme si le titre avait été écrit en duo. La chanson débarque lorsque Django se met à massacrer la moitié des employés de Candy Land pour sauver Broomhilda (Kerry Washington). Pour la rédac’ c’est probablement l’un des meilleurs titres de la BO de Django Unchained, un mélange de funk et de rap mixé à la perfection.

ENNIO MORRICONE, CE GENIE

Comme à son habitude, Quentin Tarantino inclut dans ses films des morceaux du célèbre compositeur italien Ennio Morricone. Le compositeur des BO de Pour une poignée de dollars et de Il était une fois en Amérique a composé pour l’occasion une chanson avec la chanteuse Elisa Toffoli intitulée Ancora Qui. Cette ode à l’amour débarque au moment où le Dr. Schultz découvre enfin Broomhilda, la femme de Django qu’il est venu libérer. Ce titre magnifique ne dure qu’un court instant dans le film mais lorsqu’on l’écoute en intégralité, c’est une chanson sublime. Tarantino a aussi inclut un autre morceau de Ennio Morricone, Un Monumento. L’originalité du réalisateur c’est de faire en sorte que les morceaux qu’il sélectionne soient partie intégrante de la scène et qu’ils ne servent pas seulement à fluidifier le film. Un Monumento accompagne le retour héroïque de Django à Candy Land. Mais regardez plutôt !

DES TITRES CULTES

Focus sur le morceau Who did that to you ? de John Legend. Créé spécialement pour Django Unchained, ce titre aborde encore le thème de la vengeance. On voit à Django à dos de cheval retournant chercher Broomhilda. Dans sa cavalcade meurtrière, un autre morceau vient s’insérer, c’est Too Old to Die YoungUne chanson un peu country, un vrai plaisir.

Une des autres chansons composées spécialement pour le film, c’est Freedom de Anthony Hamilton et Elayna Boynton. Elle évoque la volonté de tous les esclaves de l’époque de retrouver la liberté. Un fantastique hymne à la liberté.

Pour finir, le titre I got a name de Jim Croce. Une balade qui donne envie de partir à cheval dans les plaines du Montana et de l’Utah pour devenir chasseur de primes. Si vous ne voulez pas devenir chasseur de primes, elle vous donnera quand même envie d’habiter dans le Midwest américain.

Comme vous l’avez compris, je vous recommande l’écoute de cette BO déjà culte à l’image du film.

Antoine Llorca.

3 thoughts on “Django Unchained (Quentin Tarantino) : « I like the way you die »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez