Détective Dee, La Légende du Dragon des Mers : Quand le merveilleux fait son retour [CRITIQUE]

Après The Raid 2, un autre film asiatique est à l’honneur sur Silence Moteur Action : Détective Dee II. Trois ans après un premier épisode convaincant mais imparfait, Tsui Hark revient ce 6 août avec un second épisode du Détective Dee, plus connu sous le nom du « juge Ti ». Un second épisode qui se révèle être un prequel, revenant aux origines du personnage et à ce qui serait sa toute première aventure : la légende du Dragon des Mers.

Se déroulant bien avant les événements du « mystère de la flamme fantôme », la légende du Dragon des Mers met en scène un Dee trentenaire, tout juste muté à la capitale Luoyang, en 670. Il sera chargé d’enquêter sur la destruction de la flotte chinoise par un immense monstre marin, aidé par le commissaire Yuchi Senjin.

Un casting réduit mais efficace

Personnage éponyme du film, le détective Dee est sûrement la plus grande réussite du film. Dynamique, charismatique, cabotin et brillant, il se distingue non pas par sa capacité à botter des fesses par dizaines, mais par ses talents d’enquêteur. Un aspect qui avait presque été occulté dans le premier film, où Dee avançait dans son enquête par des coups de chances digne d’un OSS 117. Ici, l’esprit du juge est brillamment mis en scène par une utilisation très innovante de la 3D, permettant au spectateur de visionner le cheminement et la logique de son esprit (représentation 3D d’une ville, lecture sur les lèvres, etc).

Si le détective Dee est le cerveau, le commissaire Yuchi Zhenjin est les muscles. Comblant la grande faiblesse du protagoniste principal (Dee ne vaut pas grand-chose au combat), le commissaire est la star des scènes d’action, accomplissant des prouesses complètement folles à faire passer Neo pour un handicapé moteur et les spartiates de 300 pour des amateurs. Comme dans tous les films du genre, ses combats sont incroyablement vifs, rapides et gracieux, sans aucune once de réalisme, aussi fous que géniaux. Véritable deutéragoniste du film, l’évolution de sa relation conflictuelle avec Dee est l’un des moteurs de l’histoire.

Au niveau des autres personnages, mention spéciale au psychotique et hilarant docteur Wang Pu, et à la très réussie Impératrice Wu Zetian (jouée par Carina Lau), toujours aussi manipulatrice et autoritaire que lors de sa précédente incarnation.

Un film maîtrise

Comme on s’y attendait de la part de Tsui Hark, Détective Dee 2 est magnifique de bout en bout, la reconstitution de la capitale et les décors sont à couper le souffle ainsi que les costumes et les chorégraphies. Le Dragon des Mers, qui apparaît réellement à la toute fin, rendra fou de bonheur les fans de Godzilla et autres Kaijus. Seul regret au niveau des effets spéciaux : les effets numériques sont parfois très grossiers, indignes de 2014, même si leur laideur ne se sentira vraiment que dans une scène de combat avec des tonneaux géants. La musique, elle, est de qualité et bien rythmée, très proche d’un Pirate des Caraïbes dans certaines sonorités.

Enfin, Tsui Hark a surtout réussi à se tenir à l’enquête et au scénario, sans partir dans tous les sens comme on pourrait le craindre. Film épico-historique, merveilleux, enquête policière, agrémenté d’humour et de critique du pouvoir en place, Détective Dee est un mélange des genres réussi. Le réalisateur ne nous entraîne pas seulement dans un autre pays, mais dans un autre univers où la présence de fantômes, de dragons, de phénix ou de combattants défiant les lois de la physique ne choque personne. Un monde poétique, sûrement l’un des plus généreux et agréables de cet été.

Ps : Restez durant le générique, illustré par de fantastiques images oniriques qui feront rêver le plus blasé des spectateurs.

Les plus :

  • Des protagonistes excellents
  • Un scénario maîtrise de bout en bout
  • Beau à pleurer
  • Rythme parfait
  • Utilisation innovante de la 3D
  • Plein d’humour sans être burlesque

Les moins :

  • Certaines images numériques sont vraiment laides
  • Il faut aimer ce genre de film

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez