Dark Shadows, ce soir sur France 2

Autant le dire tout de suite, Dark Shadows n’est pas aussi dark qu’on l’aurait voulu. Depp fait du Depp, Eva Green du Eva Green et globalement c’est du Tim Burton dans le fond et dans la forme… Et pourtant on a envie d’être tendre avec ce Dark Shadows qui a une bande-son jouissive, un casting quatre étoiles, une photographie incroyable et de très bons effets visuels comme la chute de Josette qui se rejoue ou cette poupée de porcelaine… Non, il y a du grand cinéma dans ce Dark Shadows même si l’ensemble est finalement assez décevant et souvent ennuyeux. Dark Shadows est à découvrir ou redécouvrir ce soir à 20h50 sur France 2.

Synopsis : En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Vingt années passent et Barnabas (Depp) a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angelique Bouchard (Green). Sorcière, elle lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…

 

Avec : Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Eva Green, Helena Boham Carter, Johnny Lee Miller, Bella Heathcote, Chloe Grace Moretz…

Réalisé par : Tim Burton

Durée : 1h52

« Film d’un gothique flamboyant teinté de modernité kitsch, presque trop riche parfois pour la sombre légende qu’il ravive, mais qui dispense tant de plaisirs divers passant, avec une virtuosité confondante, de l’humour parodique à l’émotion sincère, qu’on aurait bien tort de chipoter. »
Marianne

« Pendant une bonne moitié du film, le charme agit. (…) On en veut d’autant plus à Burton de démissionner lors d’un troisième acte que l’on croirait dirigé par le superviseur des effets spéciaux. Jusque là cool et effronté, Dark Shadows devient ampoulé et anonyme. »
Première

« Quelques situations bien crues, quelques répliques sanglantes, une belle brochette d’acteurs à point, tout cela est bien sympathique, mais cette famille Collins n’arrive pas à la cheville de la famille Adams. »
Paris Match

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *