[Critique] Le Musée des merveilles : ouvrez grands vos yeux !

Après l’immense Carol, qui était reparti de Cannes avec le prix d’interprétation pour Rooney Mara, le cinéaste Todd Haynes revient avec un autre grand film, Wonderstruck (Le musée des merveilles).

Le concept du film est intéressant : on suit le parcours de deux enfants, sur deux époques différentes (à la fin des années 20 et à la fin des années 70), qui vont devoir affronter ensemble la dureté du monde face à leurs différences : ils sont sourds. Les deux rêvent de quitter leur chez-eux, se sentent enfermés. Ils débarquent à New York et découvrent un tout nouveau monde…

Un message fort et important

Beaucoup ont, à Cannes, reproché au film un manque d’imagination dans son histoire. Pourtant ce récit initiatique marque par sa créativité et sa complexité. Ce sont deux films qui sont imbriqués l’un dans l’autre. L’intrigue évolue au fur et à mesure conjointement et ce qui commence comme deux histoires parallèles racontant la même chose finit par se croiser et se compléter. Plus encore, Le Musée des merveilles fait appel à nos sens, nous convie à vivre le film par ses émotions plus que par sa dialectique, à travers les yeux des deux jeunes enfants sourds.

Le film appelle à une ouverture d’esprit, à la liberté de vivre, qu’importe sa différence. Les deux enfants, dans leur incapacité à parler, se retrouvent à mieux communiquer que les autres personnages Il ressort aussi du film une certaine poésie, de par son esthétique et son message. Malgré la dureté de certaines séquences, Le Musée des merveilles préfère insister sur le bon en chacun.

Enfin, dans sa construction déroutante (avec ses allées et venues continues entre les deux époques), apparaît un autre personnage commun aux deux mondes : New-York. La ville est ici une personnification de l’idée du vivre ensemble : au début effrayante de par sa taille démesurée et sa foule grouillante, elle devient ensuite un lieux de connections et d’émotions. New York comme un cœur vibrant.

Todd Haynes joue avec la parole, parfois exprimée, parfois non. Mais si cela pouvait fonctionner sur le papier et échouer à l’écran, ce n’est pas le cas. En partie grâce à des performances extraordinaires de ses acteurs. Les deux enfants sont fantastiques, et possèdent tous les deux un regard qui en dit long. La parole est inutile quand la gestuelle et le visage en disent autant.

Une mise en scène qui rend hommage au cinéma

Le film puise sa force dans sa mise en scène. Il y a une puissance du silence à travers un jeu sur les sons, parfois étouffés, parfois inexistants, ou encore avec de la réverbération. La mise en scène de Todd Haynes permet une identification très forte aux personnages.

L’esthétique est aussi très poussée, en fonction des différentes époques et rend hommage au cinéma autant qu’à la musique. En 1927 (année où le parlant est arrivé au cinéma) avec la petite fille, l’image est en noir et blanc, très douce et diffuse. Alors qu’en 1977, elle est très colorée, saturée et granuleuse, avec un filtre jaune/vert, et très contrastée. Ce jeu sur la dualité entre les époques permet de créer deux mondes qui à la fois s’opposent et se complètent pourtant.

Après avoir fait renaître le 16mm, format presque oublié, avec Carol, Todd Haynes fait donc revivre le cinéma muet. Déroutant pour le spectateur, cette absence de parole pendant une bonne partie du film en appelle aux sens et aux émotions les plus primaires et naturelles, presque sans tricheries. Presque, car l’usage de la musique vient guider le spectateur : globalement très mélodramatique, elle vient sublimer l’image.

Conclusion: Le musée des merveilles est une pépite. Un film qui fait appel à nos sens et à nos émotions les plus primaires pour nous conter le récit initiatique de deux enfants marginaux. La différence comme force, le silence comme parole. Bouleversant !

Le musée des merveilles
Un film de Todd Haynes
Sortie le 15 novembre 2017


D’autres critiques de nos coups de cœurs du Festival de Cannes :


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 Partages
Partagez5
Tweetez