CinémaCoups de coeurCritiques

[Critique] Wedding Nightmare : ma belle-famille et moi

Midsommar, Scary StoriesWedding Nightmare. La période estivale a elle aussi droit à son lot de films d’épouvante et les vacances se terminent en beauté avec un mariage heureux – à première vue. Réalisé par Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin (à qui l’on doit des segments de V/H/S, porté par plusieurs réalisateurs), Wedding Nightmare a tout l’air d’une production Blumhouse, de son synopsis jusqu’à son titre français, qui fait évidemment de l’oeil à la saga American Nightmare. Or, le film est signé Fox Searchlight, filiale de la 20th Century Fox, qui est loin de nous avoir habitué à de l’horreur. Pour une surprise, c’en est une… 

Grace (Samara Weaving) et Alex (Mark O’Brien) s’aiment. Le jour de leur mariage est enfin arrivé… mais la nuit de noces de la jeune femme tourne au cauchemar lorsque sa belle famille se met à la traquer afin d’honorer une tradition. Tous les moyens seront bons pour survivre jusqu’à l’aube…

On a jamais autant aimé détester sa belle famille

Il y a deux ans, elle était une nounou terrifiante dans The Babysitter de McG (disponible sur Netflix). Cette fois-ci, Samara Weaving doit lutter pour sa survie alors que toute sa belle-famille se tourne contre son personnage. Et dès le début, on sent que le courant ne passe pas… Enfermée dans un manoir grandiloquent, traquée par des gens que Grace ne connaissait pas quelques heures avant (et même par le majordome), la caméra suit la jeune mariée au plus près, prise par la peur. Ses tortionnaires, eux, s’amusent plus qu’autre chose, et là repose l’une des plus grandes réussites du film : son côté macabre et son cynisme pleinement assumés. Henry Czerny et Andie MacDowell sont parfaits dans leur rôle de beaux-parents névrosés et prêts à tout pour parvenir à leurs fins.

Dans les faits (un mariage qui tourne mal et une mariée malmenée), Wedding Nightmare rappelle le troisième REC de Paco Plaza : comme pour le personnage de Leticia Dolera chez Plaza, la métamorphose de Grace se traduit à l’image par la dégradation de sa robe de mariée, salie et usée par la violence subie tout au long du film, qui comporte son lot de scènes gores et de morts étonnamment jouissives. Les intentions de la belle-famille portée par ce jeu obscur évoquent quant à elle La Cabane dans les bois. L’impuissance des personnages face à des règles dictées par plus puissant qu’eux, sans que l’on n’en comprenne véritablement les enjeux. Fait-on face à du surnaturel ? À de la folie pure ? Aux deux ? Le dénouement apporte lui aussi son lot de surprise, bien qu’il soit un peu trop expéditif.

Conclusion : Frais et surprenant, Wedding Nightmare est la bombe horrifique de l’été !

Wedding Nightmare
Un film de Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin
Durée : 1h35
Sortie le 28 août 2019

Comment here