[Critique] Spider-Man Homecoming : Spidey is back !

Trois ans après la sortie du Amazing Spider-Man de Marc Webb et dix ans après la trilogie de Sam Raimi, Spider-Man tisse de nouveau sa toile sur nos écrans pour notre plus grand bonheur, mais cette fois-ci, pour remplacer Tobey Maguire et Andrew Garfield dans le costume, et comme on a déjà pu le voir dans Captain America : Civil War, c’est le jeune et talentueux Tom Holland qui s’en charge, et avec brio, il faut le dire !

Spider-Man : Homecoming se déroule après les événements de Captain America : Civil War. Peter Parker mène sa vie de lycéen normal, mais n’attend qu’une chose : recevoir un appel de Tony Stark pour une nouvelle mission et pouvoir lui montrer de quoi il est capable. Et cela tombe bien, puisqu’il va bientôt falloir déjouer les plans du Vautour, le nouvel ennemi de Spidey.

Un retour en force

Spider-Man fait son entrée dans l’écurie Marvel Studios grâce à l’accord entre Sony et Marvel et le titre Homecoming porte bien son nom puisque oui, notre cher Spider-Man est bel et bien de retour à la maison, et ce pour le plus grand bonheur des fans. C’est d’ailleurs une très belle entrée en matière pour notre araignée au sein du Marvel Cinematic Universe, malgré les premières apparences. En effet, le marketing du film avait énormément tourné autour du personnage de Iron Man (Robert Downey Jr.) : ce dernier apparaissait aux côtés de Spider-Man, que ce soit sur les affiches ou dans les nombreux trailers dévoilés, si bien qu’on craignait qu’il fasse de l’ombre à l’homme araignée. Finalement, il n’en est rien et c’est tant mieux. Même si Tony Stark va jouer par plus d’une fois le mentor de Peter Parker et lui servir d’exemple à suivre (ou à ne pas suivre…), ce dernier ne lui vole pas la vedette et reste en retrait. Rassurez-vous, c’est bel et bien un film centré principalement sur Peter Parker et Spider-Man, même si lui et Stark forment un duo en parfaite adéquation.

Spider-Man Homecoming s’est sans conteste parfaitement intégré dans le Marvel Cinematic Universe avec ses personnages et son histoire qui nous replonge en plein cœur de la bataille de New York découverte dans Avengers. Cette fameuse bataille a des répercussions sur l’histoire et plus particulièrement sur le grand méchant du film, le Vautour, interprété avec brio par le grand Michael Keaton qui livre une très belle performance. Un personnage que l’on découvre pour la première fois à l’écran d’ailleurs et qui pour le coup est bien amené et bien ancré dans l’histoire. Les seconds rôles sont également parfaitement introduits dans l’intrigue et nous permettent d’en découvrir davantage sur l’univers du tisseur.

Spider-Man Homecoming signe donc un retour en force en nous offrant un film rythmé, drôle, fun et surtout centré sur Peter Parker. Le seul petit bémol qu’on pourrait placer sur ce film, c’est qu’il manque légèrement d’action, mais pour un premier film solo, cela reste tout à fait correct.

Un Spider-man 2.0

Découvert pour la première fois dans Civil War, Tom Holland, le nouvel interprète de l’homme-araignée, nous avait déjà bluffés au bout de quelques minutes par son jeu et son incroyable aisance. Dans son film solo, il nous régale une fois de plus. Le jeune et talentueux Tom Holland, âgé de seulement 21 ans, fait rêver par son incroyable prestance et son envie folle de camper le rôle de Spidey. Il aime jouer les tisseurs de toile, il est comme un enfant qui réalise son rêve et c’est littéralement le cas. Il prend un plaisir fou à interpréter Spider-Man et cela se ressent fortement à l’écran.

Tom Holland parvient également à nous offrir un Peter Parker complètement différent et beaucoup plus fidèle au personnage des comics que ceux interprétés par Tobey Maguire et Andrew Garfield. Ici, nous avons un Peter Parker rempli de fraîcheur, bien dans sa peau et toujours prêt à dégainer une plaisanterie made in Spidey. Dans Homecoming, quelques temps ont passé après les événements de Civil War et Peter Parker a repris sa vie banale de lycéen en attendant d’être appelé par son mentor, Tony Stark, pour une nouvelle mission. La force du film, c’est qu’il prend le temps de se focaliser sur Peter Parker et sa vie d’ado pas souvent facile, et c’est sur un air de teen-movie que le film nous emmène.

Enfin, si dans les précédents films Spider-Man, les costumes étaient fait maison par Peter Parker, ici, comme on a d’ailleurs pu le voir dans Civil War, c’est Tony Stark qui fabrique le costume, et c’est un changement radical. Le costume 2.0 de Spider-Man va lui en faire voir de toutes les couleurs, avec ses gadgets et ses fonctionnalités hi-tech, et ce dernier va devoir faire plus qu’un avec le costume et prouver à son mentor ce dont il est capable, car comme dirait l’autre, « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Spider-Man Homecoming démontre encore une fois que ce Spider-Man ne veut en rien ressembler aux autres déjà adaptés, et c’est tant mieux.

Conclusion : avec ce Spider-Man Homecoming, Marvel Studios nous offre un premier film solo réussi sur tous les plans. Un teen-movie rempli de qualités avec son vent de fraîcheur et son lot de surprises. Tom Holland est encore une fois bluffant et fait rêver de par sa prestation ; il prend visiblement un grand plaisir à interpréter ce rôle et le transmet aux spectateurs. Spider-Man Homecoming se place en tête des meilleurs films Marvel Studios.

Spider-Man Homecoming
Un film de Jon Watts
Sortie le 12 juillet 2017

Vous aimez les films de super-héros?


[wysija_form id= »2″]

One thought on “[Critique] Spider-Man Homecoming : Spidey is back !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez2
Tweetez