[Critique] Le Retour du Héros : la grande imposture

Il n’y a pas plus éclectique que la filmographie de Laurent Tirard. Mais depuis quelques années, le réalisateur s’acharne dans la comédie, manifestement sans grand succès. Peu familier de l’adage « apprendre de ses erreurs », Laurent Tirard repart cette année pour une nouvelle aventure avec Jean Dujardin. Après Un Homme à la hauteur, on change de blonde : Mélanie Laurent devient la nouvelle partenaire de l’acteur. Sur le même principe, on place un couple dans des situations prétendues drôles, on a des amorces, mais sans jamais sortir de la mièvrerie.

Dans Le Retour du Héros, Mélanie Laurent est Elisabeth, jeune femme droite, sérieuse et honnête. Jean Dujardin est le capitaine Neuville, lâche, fourbe et sans scrupules. Elle le déteste. Il la méprise. Mais en faisant de lui un héros d’opérette, elle est devenue, malgré elle, responsable d’une imposture qui va très vite la dépasser…

Le retour de la fausse comédie

Le plus grand reproche que l’on peut faire à Laurent Tirard, c’est sa façon de passer constamment à coté de ses comédies. On sent toute la bonne volonté qu’il met dans ses projets, mais c’est toujours un tir raté. Le film est faible, à bien des égards. Depuis Un Homme à la hauteur, le réalisateur essaie de remanier les codes de la comédie romantique, sans grand succès. Ici, il rebrousse chemin et revient sur quelque chose de très convenu, qui ne semble pas être sa voie non plus. Tout d’abord, parce que le réalisateur se cramponne coûte que coûte à une structure narrative rebattue et fade, celle du parcours rédempteur d’un personnage déchu, trame vue et revue, à laquelle Tirard n’apporte aucune nouveauté. La remise en question de la notion de héros manque de profondeur.  Si Un Homme à la hauteur reprenait le motif de la différence physique comme ressort, ici, on a du mal à comprendre sur quoi se fonde le comique du film. Par ailleurs, chaque gag est plus désabusé que le précédent, avec pour intention de racoler tout spectateur susceptible de céder sa réflexion au profit de rires méprisants.

Loin d’être un chef d’oeuvre d’humour, on se pose la question très longtemps de l’intérêt du film. Il faudra attendre la fin du film pour qu’il avoue son propos. Finalement, le grand projet de Laurent Tirard dans le film serait l’inégalité homme/femme. Dommage, donc, qu’il soit réduit à une réplique, quoi que très bien emmenée par Mélanie Laurent. Car oui, si le film a une qualité, c’est d’avoir choisi cette actrice, qui brille et apporte une fraîcheur au film qui mouline. Mais une fois de plus, Laurent Tirard n’arrive jamais à rendre justice à ses personnages, qui sur le papier ont tout pour être de très bons éléments de comédie.

Conclusion : la bienséante sagesse n’incitera le public qu’à fuir Le Retour du héros, loin des faux attraits de Jean Dujardin, et vers de plus nobles destinations.


Le Retour du héros
Un film de Laurent Tirard
Sortie le 14 février 2018

Vous aimez le cinéma français ?


Produits disponibles sur Amazon.fr


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

2 thoughts on “[Critique] Le Retour du Héros : la grande imposture

  1. Incroyable comme en France ou en Belgique, certains se donnent comme mission de démolir systématiquement les comédies et d’une façon méprisante ou prétentieuse qui plus est !
    Je fais rarement de la pub mais là si vous en avez l’occasion, courez ventre à terre pour voir ce film.
    Cela fait des années que je n’avais plus regardé une aussi bonne comédie .
    Les acteurs principaux et secondaires sont géniaux, pas de temps mort et la musique fait plein de clins d’œil à d’autres films
    Jean Dujardin (flamboyant et très sexy !) joue le rôle d’un lâche, hypocrite, menteur et voleur qu’il arrive pourtant à rendre terriblement attachant.
    Mélanie Laurent est absolument géniale toute en finesse dans le registre de la comédie et constitue le pivot du film. On rit énormément. Que du plaisir ! Vous ressortirez de là sûrement comme moi, le cœur empli de joie.

    1. on rit enormement ? je sais que les tous les gouts sont dans la nature mais il ne faut pas pousser quand meme. 1812 et les cossacks? hussard rouge ? effectivement, l’historique n’est pas de mise et c’est vrai que cela n’a guere d’importance.
      Film plaisant pour se detendre. ce film n’ira pas aux cesars mais pour passer un bon moment, c’est bien mieux que le dernier dany boon (et j’adore laurence arné)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *