[Critique] La Momie : on est sûr que ce n’est pas Tom Cruise ?

2017. Universal Pictures reboote l’une de ses franchises d’aventure les plus renommées : La Momie. Après six films entre 1932 et 1955, la saga a connu un nouveau tournant dès 1999 avec une trilogie dans laquelle nous retrouvions Brendan Fraser et Rachel Weisz. Alors qu’un quatrième volet était envisagé, les studios ont préféré l’annuler au profit d’un nouveau reboot. Vous suivez ?

La renaissance de La Momie marque également les débuts d’un nouvelle saga de films interconnectés : le Dark Universe. Plus hollywoodesque, tu meurs ! Alors que Johnny Depp et Javier Bardem incarneront respectivement l’Homme Invisible et Frankenstein, c’est tout d’abord à Tom Cruise et Sofia Boutella de jouer à l’explorateur et la momie. Ou l’inverse, on ne sait plus trop. Force est de constater que ce premier pan du Dark Universe rassemble tous les travers des blockbusters actuels en raison d’un humour inadapté et de personnages clichés et mal écrits. Heureusement que Cruise fait le show. Voire un peu trop.

Retour au placard

Pour la première fois, la Momie est une femme. Ahmanet, incarnée par Sofia Boutella, a été enterrée par son peuple après avoir tenté de s’accaparer le pouvoir détenu par son père. En découvrant son sarcophage, les explorateurs Nick Morton (Tom Cruise) et Jenny Halsey (Annabelle Wallis) ne sont pas conscients du mal qu’ils s’apprêtent à libérer… Du Moyen-Orient jusqu’aux rues de Londres, La Momie ouvre les portes d’un nouveau monde de dieux et de monstres, que l’association Prodigium, présidée par le docteur Henry Jekyll (Russell Crowe) se charge de combattre.

Sur le papier, ça donne envie. D’autant plus que le film multiplie les – inévitables – clins d’œil aux éventuels films à venir dans le Dark Universe, comme tout premier volet qui se respecte. Dans les faits, La Momie prête davantage à rire tant son script semble enfermé dans une conception datée du film d’aventure. Son élan féministe est très subtilement balayé par la nécessité, pour Ahmanet, de trouver l’homme le plus à même de l’aider à conquérir le monde. L’actrice franco-algérienne parvient tout de même à contre-balancer cette déception en livrant une performance suffisamment effrayante.

Sofia Boutella n’est pas la plus à plaindre, comparée au personnage d’Annabelle Wallis, constamment relégué au statut de demoiselle en détresse. Dès sa première apparition, Jenny Halsey est caractérisée par sa relation avec Nick Morton – sexuelle, bien entendu, sinon ce ne serait pas drôle. Tout le temps en arrière de l’action, à attendre que Morton vienne la sauver : que s’est-il passé dans l’esprit des scénaristes pour écrire un tel personnage féminin en 2017 ? Difficile de croire que Christopher McQuarrie, réalisateur et scénariste de Mission Impossible : Rogue Nation, mais surtout créateur du personnage d’Ilsa Faust, puisse être derrière tout cela.

Le Tom Cruise Show

A croire qu’il ne fallait pas faire de l’ombre à la véritable star du film : Tom Cruise, qui continue d’assurer la grande majorité de ses cascades sur tous ses tournages à cinquante-quatre ans. L’acteur fait indéniablement le job avec une grande efficacité, mais son personnage se voit affublé d’un caractère outrancier et insupportable, très fortement influencé par le héros de la saga vidéoludique Uncharted, Nathan Drake. Épris d’hallucinations régulières, le jeu de l’acteur pêche davantage lorsqu’il fait semblant d’être hypnotisé : la caméra d’Alex Kurtzman insiste trop lourdement sur le regard vide de l’acteur, qui semble davantage en plein bad trip.

Son compagnon d’aventure, incarné par Jake Johnson, représente toute la lourdeur de ce reboot qui se complaît bien trop dans l’humour, fléau des blockbusters. Déjà présent en tant que comic relief dans Jurassic World, l’acteur de la série New Girl exploite à nouveau son potentiel comique et cabotine du mieux qu’il peut, mais la grande majorité de ses gags tombent à plat, tant le mélange des tons ne colle pas. Cette surenchère finit par plomber tout le potentiel de l’univers. Rien de nouveau sous le soleil de la momie, peut-être aurait-il mieux valu ne pas rouvrir le sarcophage…

La Momie
Un film d’Alex Kurtzman
Sortie le 14 juin 2017


Découvrez les autres sorties du mois de juin :


[wysija_form id= »2″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Partages
Partagez3
Tweetez