[Critique] Mary : la jeune fille à la craie

Il s’était fait bien discret depuis le second volet de The Amazing Spider-Man, et avec raison : alors qu’il songeait déjà aux nouvelles aventures de Peter Parker, incarné par Andrew Garfield, Marc Webb a été coiffé au poteau par le nouveau partenariat entre Sony Pictures et Marvel Studios. Le résultat, on le connaît : Tom Holland interprète désormais l’homme araignée depuis le dernier reboot de la saga, Spider-Man Homecoming.

Webb est retourné faire sa toile (vous l’avez ?) vers des intrigues bien plus intimistes, qu’il envisageait déjà de tourner depuis un moment. Deux films qui ont été montrés au dernier Festival de Deauville : The Only Living Boy in New York, froidement accueilli aux États-Unis cet été, et Gifted, qui débarque quelques mois après sa sortie américaine dans l’hexagone, sous le nom de Mary. Un titre qui passe un peu mieux que « surdouée », et comme l’affirme justement la petite Mary dans le film : « les je-sais-tout, ça ennuie tout le monde » !

Retrouvez également notre interview du réalisateur, Marc Webb

Ma famille d’abord

Marc Webb évoque Mary comme une sorte de soulagement dans sa carrière, une respiration après avoir tourné deux blockbusters tout en restant dépendant d’un grand studio américain. Mary, c’est un retour à la simplicité et à une histoire de tendresse, à l’image de celle qui unissait Tom et Summer dans (500) jours ensemble. Ironiquement, l’étiquette de Marvel ne quitte pas le réalisateur trop vite, puisque ce n’est autre que Chris Evans, soit le Captain America lui-même, qui partage l’affiche avec la jeune et talentueuse McKenna Grace, que l’on a pu discrètement apercevoir dans le rôle de la fille du Président Tom Kirkman dans la série Designated Survivor.

Le bagage de l’acteur en tant que super-héros aurait pu représenter un poids néfaste pour sa performance. Chris Evans parvient pourtant à déconstruire cette image d’homme invulnérable à travers le rôle de cet oncle soucieux d’accorder à sa nièce le meilleur avenir qui soit. Mary est avant tout une histoire de famille : privée de sa mère dès la naissance, l’enfant a du moins hérité de ses talents de mathématicienne… D’un côté, Frank souhaite réfréner le don de sa nièce pour lui offrir une enfance ordinaire. De l’autre, sa mère Evelyn (Lindsey Duncan) a pour ambition d’offrir à sa petite fille l’éducation la plus sérieuse qui soit. Dans ce qui devient un véritable combat juridique, les animosités des uns et des autres se dévoilent à travers un émouvant portrait de famille, qui n’est cependant pas sans failles.

Une comédie dramatique émouvante mais sans prise de risque

Le scénario de Gifted figurait déjà depuis quelques temps sur la fameuse « blacklist » hollywoodienne (une liste qui recense les scénarios les plus appréciés mais qui ne bénéficient pas encore d’un réalisateur) avant que Marc Webb ne décide de le porter à l’écran. S’il compte quelques facilités (la résolution de l’intrigue est quelque peu simpliste) et lourdeurs scénaristiques (les phrases juridiques ne sont pas des plus inspirées, exceptée celle du discours de la grand-mère), le film délivre toutefois une galerie de personnages particulièrement attachants.

La vie de Frank se caractérise par son abandon de la sphère familiale et du mode de vie bien trop autoritaire de sa mère. Il trouve cependant en Roberta (la brillante Octavia Spencer, que l’on retrouvera prochainement dans The Shape of Water de Guillermo del Toro) une nouvelle figure maternelle qu’il admire… mais aussi sur laquelle il se repose afin de s’occuper de Mary. Quand notre propre famille n’est plus là, il y a celle que l’on se constitue : être séparée de son oncle, de Roberta et de son chat Fred est une hantise pour la petite fille. Les camps s’affrontent pour sa garde, et tout n’est pas blanc ou noir : Frank tout comme Evelyn ont leurs points positifs et négatifs.

Conclusion : si la mise en scène de Marc Webb s’avère étonnamment convenue, force est de constater que sa direction d’acteur fait tout le film. L’émotion qui se dégage de la petite Mary, mais aussi son panache et sa drôlerie, font de Mckenna Grace une véritable révélation.

Mary (Gifted)
Un film de Marc Webb
Sortie le 13 septembre 2017


Retrouvez toutes nos critiques des films sélectionnés au Festival de Deauville 2017 !


Retrouvez nos critiques des autres sorties du 13 septembre 2017 :


[wysija_form id= »2″]

2 thoughts on “[Critique] Mary : la jeune fille à la craie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *