[Critique] Mamma Mia 2 : Take my money money money

Dix ans ! Il aura fallu attendre dix ans pour la suite de Mamma Mia !, l’adaptation par Phyllida Lloyd de la comédie musicale basée sur les chansons du groupe ABBA. La « dancing queen » Donna, jouée par Meryl Streep, avait enflammé le premier opus avec son air babacool et ses chansons disco chantées avec ses meilleures copines parées de bottes à paillettes. Le film de 2008 suivait les derniers préparatifs du mariage de la fille de Donna, Sophie (Amanda Seyfried). Cette dernière avait alors invité à la cérémonie trois hommes, chacun étant son père potentiel. Un bazar en musique groovy, hautement réjouissant pour le moral !

La suite réalisée par Ol Parke, dont le titre complet est Mamma Mia! Here We Go Again, pourrait presque être qualifié de prequel. En effet, il revient sur la rencontre de Donna (plus jeune, et jouée par Lily James) avec les trois hommes invités par Sophie dans le premier film. Mais la réalisation n’est pas uniquement constituée de flash-back. Dans le présent, Sophie organise une grande fête.

« How can I resist you ? »

Oui, si vous aviez aimé le premier Mamma Mia!, vous aimerez celui-ci. Dans le cas contraire, fuyez. Le nouveau film conserve la même énergie que son prédécesseur, la même ambiance disco kitsch, les mêmes musiques passées qu’on se cache d’écouter (bien que la première bonne musique mette plus d’une vingtaine de minutes à venir). Ses décors de vacances (l’histoire se passe principalement sur une île grecque) et la luminosité de chaque plan mettent simplement de bonne humeur. On est aussi heureux de retrouver la quasi-totalité du casting (Colin Firth, Pierce BrosnanStellan Skarsgård…) toujours aussi pétillant malgré les années qui ont passé.

Elle est là, aussi, la justesse de Mamma Mia! Here We Go Again. Le film n’est ni un copier-coller du premier, ni un hommage à la réalisation de 2008. Certes, les références et clins d’œil sont multiples, mais ce nouvel opus arrive à emporter le spectateur dans une nostalgie salutaire. Il a la grande qualité de le plonger dans le passé, de l’émouvoir, de le rendre nostalgique, mais sans jamais tomber dans le pathos. Une justesse parfois (souvent !) négligée dans les suites de comédies.

Trop d’amour tue l’amour

Si ce nouveau film est moins bien que l’original (mais attention, il vaut le coup !), cela est dû au scénario. Le Mamma Mia! de base était avant tout centré sur la famille et sur la recherche du père de Sophie, le tout entremêlé de retrouvailles et d’enterrements de vie de jeune fille/garçon. Il savait mêler fête et sujet sensible. Cette fois, l’action se déroule principalement autour de flash-back beaucoup trop nombreux pour retracer les différentes histoires d’amour de Donna, au moment où elle quitte sa vie étudiante pour partir à la conquête de son île grecque. Chaque histoire d’amour est un chapitre indépendant des autres, bien que Donna serve de fil conducteur. Qui est le public visé pour cette nouvelle réalisation ? Les amateurs de Mammia Mia 1 ou une cible plus adolescente ? En tout cas, l’écriture du film manque clairement de réflexion et souffre de l’inexistence d’un sujet plus profond que les intéressantes romances d’une nuit de la jeune femme. Par ailleurs, lors de ces flash-back qui doivent représenter plus de la moitié du film, de nombreuses transitions aussi subtiles qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine pour, par exemple, faire des parallèles entre des personnages viennent considérablement alourdir la mise en scène globale.

Enfin, on regrettera dans Mamma Mia 2 le choix de l’actrice qui interprète Donna jeune. Si Jessica Keenan Wynn et Alexa Davies sont toutes les deux parfaites pour interpréter, jeunes, Tanya et Rosie, le duo de meilleures amies de Donna (tenues par respectivement par Christine Baranski et Julie Walters lors des scènes qui ne sont pas en flash-back), le choix de Lily James pour Donna laisse perplexe. Le charme des personnages de Mamma Mia! réside aussi dans leurs physiques et leurs looks intemporels. Lily James, actrice a priori d’ores et déjà devenue un produit hollywoodien, n’arrive pas à la cheville de Meryl Streep et se place bien loin du naturel d’Amanda Seyfried. Ces dernières dégageaient dans Mamma Mia! un côté animal par leur espièglerie, leur folie, leur naturel. Lily James sonne faux. La mise en scène ne l’aide pas puisque la jeune femme est constamment filmée sous un angle de « femme enfant heureuse » profitant de chaque plaisir de la vie (on retient notamment un plan où elle fait des roues dans un champs d’arbre, en souriant, au moment d’un coucher de soleil). Cliché. Mais son personnage aura du succès auprès du public, sans aucun doute.

Conclusion : Mamma Mia! Here We Go Again est un concentré de bonnes ondes. Si on accepte ses gros traits scénaristiques, on se surprendra à sourire bêtement, à taper du pied au rythme des musiques d’ABBA, et à s’enjouer des chorégraphiques toujours aussi entraînantes. C’est un coup de collier au moral à regarder n’importe quand ! 


Mamma Mia! Here We Go Again
Un film de Ol Parker
Sortie le 25 juillet 2018


Si vous aimez Meryl Streep, on vous conseille :


Si vous aimez les comédies musicales, on vous conseille :


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!


Produits disponibles sur Amazon.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *