[Critique] Le Grinch : l’incontournable de Noël ?

Noël arrive à grand pas, et si le Père Noël est indéniablement le personnage central de ces fêtes (et films !) de fin d’année, il est un autre individu fictif qui ne semble pas se démoder : le Grinch. Cet étrange et grincheux bonhomme qui hait le 24 décembre est né pour la première fois en 1957 sous la plume de l’Américain Theodor Seuss Geisel dans son livre Le Grincheux qui voulait gâcher Noël. Il fut ensuite adapté en un court dessin animé en 1966 par Chuck Jones (Comment le Grinch a volé Noël !), puis au cinéma en 2000 : il s’agit du fameux Grinch, dont le protagoniste est joué par Jim Carrey. 18 ans ont passé, et le désagréable individu revient cette fois-ci en film d’animation. Alors, cela valait-il le coup de le faire revenir ?

Dans la petite ville imaginaire de Chouville, tous les habitants vénèrent Noël. À l’approche des fêtes, décorations, cadeaux, chants, et surtout gentillesse et bonne humeur sont omniprésents. Car tout le monde aime Noël… exceptée une personne : Le Grinch. Exilé sur une montagne, il vit seul avec son chien Max, et semble haïr les fêtes de fin d’année et la bonne humeur des autres. Tant et si bien qu’il va même décider de leur confisquer leur joie et de massacrer Noël. Et pour cela, tous les plans les plus machiavéliques sont bienvenus. A moins que quelque chose ne puisse le faire changer d’avis ?

Une histoire revisitée sans trop de risque

Le mois de décembre va tout juste commencer, et Le Grinch nous met complètement dans l’ambiance de Noël : couleurs colorées et lumineuses des maisons qui contrastent avec le blanc de la neige et de l’hiver, chants de Noël, batailles de boules de neige, préparatifs des repas de fêtes… tous les incontournables du film de Noël sont là et permettent au film de réussir son but premier : nous donner envie d’être au 24 décembre ! S’il réunit également les nombreux clichés du genre, comme la fin heureuse prévisible dès les premières minutes ou encore son message ostensiblement moralisateur, le film tire tout de même son épingle du jeu parmi le lot de films de Noël particulièrement niais que l’on nous sert à la pelle chaque année.

L’animation, tout d’abord, est particulièrement réussie. La neige, les lacs gelés, la laine des écharpes… tout est détaillé et apporte de la texture à des images réalisées par ordinateur parfois trop lisses, et le choix des paysages – comme ce beau coucher de soleil sur les montagnes enneigées – a été fait avec soin. Enfin, l’humour est au rendez-vous, bien qu’il soit très semblable à ce que l’on trouve dans les autres films du groupe Illumination. Le caractère du Grinch ressemble d’ailleurs beaucoup celui de Gru dans Moi, moche et méchant : ce personnage égoïste, aux actions foncièrement méchantes mais qui cache un grand cœur… l’histoire n’est pas nouvelle, et Charles Dickens, son Chant de Noël et son Scrooge avaient déjà lancé la tendance en 1843, mais elle reste toujours efficace, notamment chez les plus jeunes. On s’amuse à voir les frasques du Grinch, tout en appréciant le voir s’adoucir petit à petit.

Mais on rit surtout de notre propre façon de tout exagérer à Noël : cette habitude que l’on prend à être plus enjoué, plus gentil et plus généreux que le reste de l’année, ne serait-ce pas hypocrite ? Ces cadeaux, ces décorations, ces repas monstrueux, ne serait-ce pas superficiel ? Voici les questions que posent le Grinch, mais en prenant soin de très vite les balayer d’un geste (c’est un film pour enfants, voyons !) : Noël, ce n’est pas que les décorations, les cadeaux ou le père Noël, c’est une ambiance, c’est la volonté de de se rassembler, de faire des efforts pour se retrouver lors d’un repas, de prendre le temps de décorer la maison en famille, de sortir dans la neige entre amis… Quand bien même Noël est aujourd’hui très commercialisé, cela reste une période privilégiée de l’année où les êtres humains se transforment et deviennent moins égoïstes. Le Grinch redonne vie au véritable esprit de Noël, et ce n’est pas un mal.

Conclusion : Le Grinch est à voir quand on aime les fêtes de fin d’année. Un typique film de Noël, qui réunit tous les incontournables et les clichés du genre. Bien que sans surprise, Le Grinch jouit d’un l’humour bien dosé et d’une animation réussie qui permettent de moderniser l’histoire de 2000 et de la présenter avec plus de fraîcheur aux enfants.

Le Grinch
Un film de Yarrow Cheney et Scott Mosier
Sortie le 28 novembre 2018

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *