CinémaCoups de coeurCritiques

[Critique] Jojo Rabbit : les Nazis, il vaut mieux en rire

On ne compte plus le nombre de films sur la Seconde Guerre mondiale et le nazisme, dont certains ont été réalisés par les plus célèbres cinéastes, de Spielberg (La Liste de Schindler) à Chaplin (Le Dictateur) en passant par Tarantino (Inglorious Basterds) ou Malick (La Ligne rouge). Alors, quand Taika Waititi, le réalisateur de Thor : Ragnarok (l’un des films Marvel les plus comiques et décalés) décide de s’attaquer au sujet, on peut être soit perplexe, soit intrigué : va-t-il nous surprendre avec un film de guerre émouvant ? Va-t-il au contraire transformer ce sujet sensible en une comédie légère ? Peut-il proposer quelque chose de nouveau ? Eh bien, c’est oui, oui, et oui.

Allemagne, 1945. À 10 ans, Jojo est un petit garçon normal : ses vacances scolaires, il les passe au camp des Jeunesses Hitlériennes, pour apprendre à devenir un bon Nazi. Mais son monde s’effondre quand il découvre que sa mère (Scarlet Johannson) cache une jeune Juive chez eux. Avec Hitler, son ami imaginaire, Jojo va alors tenter de se débarrasser de cette ennemie…

Lire le compte-rendu de notre rencontre avec Taika Waititi

De la satire au drame

Une bonne dose d’humour noir et d’ironie : c’est le moyen qu’a trouvé Taika Waititi pour combattre le nazisme. En se plaçant du point de vue d’un jeune allemand embrigadé dans les Jeunesses Hitlériennes, le réalisateur ferait presque passer les Nazis pour les gentils : Adolf Hitler est devenu un ami imaginaire burlesque qui aide Jojo dans ses moments compliqués, et au camp d’été, on s’amuse beaucoup à brûler des livres et à dessiner des Juifs avec des cornes sur la tête. L’humour est utilisé pour ridiculiser l’idéologie nazie, accentuer son incohérence et, paradoxalement, son horreur. Et cela marche à 100 % : sans jamais se montrer irrespectueux, tomber dans le grotesque et la lourdeur ou créer d’ambiguïté quant au message véhiculé, Jojo Rabbit compile néanmoins de nombreuses blagues sèches et abruptes qui provoquent le spectateur par le rire.

Mais le rire ne dure qu’un temps : à mesure que Jojo mûrit, s’interroge voire remet en cause l’enseignement qu’il a reçu, le film devient plus réaliste et s’assombrit. Car malgré la bulle d’innocence dans laquelle vit le protagoniste au début du film, la guerre est bien là, avec tout ce qui l’accompagne : extermination des Juifs, combats et bombardements, résistance… C’est là que Taika Waititi réussit sa deuxième prouesse : trouver l’équilibre parfait entre comédie et drame, entre sourires et pleurs. Certaines scènes surprennent par leur noirceur soudaine, comme si, malgré tous les efforts réalisés pour faire du nazisme une mauvaise blague, certaines horreurs étaient trop graves pour en rire.

Cette ambivalence est également incarnée par un très beau casting : le jeune Roman Griffin Davis en premier lieu, qui apporte nuance et complexité au personnage de Jojo et montre bien comment les enfants allemands étaient manipulés pour adhérer au nazisme, mais aussi Scarlett Johansson, qui joue sa mère, ou encore Sam Rockwell, excellent dans le rôle du responsable cynique des Jeunesses hitlériennes. On ne peut manquer de mentionner enfin Taika Waititi lui-même, qui interprète un Adolf Hitler loufoque proche de celui du Dictateur de Charlie Chaplin, à une différence près : en le transformant en un pur produit de l’imagination d’un garçon de dix ans, le réalisateur en fait un personnage inoffensif, à la mentalité d’un enfant, qui ne mérite même pas sa place dans le monde réel…

Conclusion : entre satire acerbe et drame de guerre, Jojo Rabbit parvient autant à faire rire que pleurer. Taika Waititi trouve le ton et l’équilibre parfaits pour tourner l’idéologie nazie au ridicule tout en montrant sa gravité. En proposant un traitement original du sujet, il nous prouve que la Seconde guerre mondiale peut – et doit – encore inspirer le cinéma.

Lire le compte-rendu de notre rencontre avec Taika Waititi

Laurène Bertelle

Jojo Rabbit
Un film de Taika Waititi
Durée : 1h48
Sortie le 29 janvier 2020

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre newsletter et découvrez chaque mois le meilleur de Silence Moteur Action!

Vous pouvez aussi nous soutenir gratuitement en regardant une publicité : cliquez ici ! 

Comment here