[Critique] Inferno de Ron Howard : meilleur que Da Vinci Code ?

Inferno, réalisé par Ron Howard, dès le 9 novembre au cinéma. Avec Tom Hanks en tête d’affiche qui reprend le rôle de Robert Langdon, le film vient clôturer la trilogie initiée par Da Vinci Code en 2006. Une suite était sortie en 2009, Anges et démons, toujours sous la direction d’Howard et basée sur les romans de Dan Brown. Deuxième épisode catastrophique, on ne s’attendait pas à revoir la saga sur grand écran. Avec tous ces scénarios clés en main de Dan Brown, Sony Pictures rectifie le tir avec Inferno en 2016. Bonne ou mauvaise idée ?

Robert Langdon, anti-héros

Sorti en 2006 d’après le roman de Dan Brown, le Da Vinci Code était une bonne surprise. Un professeur de symbologie, Robert Langdon interprété par Tom Hanks est impliqué dans une mystérieuse affaire de meurtre qui dissimule la quête du Graal, le fameux ! En jouant avec l’Histoire et les légendes urbaines, associé à une réalisation distrayante de Ron Howard, le film parvenait à dissimuler l’inexistence de son personnage principal. Malgré son jeu d’acteur, Tom Hanks ne parvenait pas à faire de son rôle quelque chose de captivant ou d’attachant. Trop en retrait de son public et presque antipathique, le fossé se creusait davantage avec Anges et Démon où son montage hasardeux et son scénario vide de sens faisait du film un véritable calvaire ! C’est donc à reculons que nous pouvions appréhender Inferno. Et pourtant, le film trouve ses qualités autre part que dans son personnage principal.

Merci Ron Howard, la réalisation est ici irréprochable. Inferno débute in medias res nous forçant cette fois à découvrir l’intrigue en même temps que Landgon. Un bon point de départ donc. Mais quelle intrigue ? Obsédé par la surpopulation  en phase de devenir un problème majeur pour l’Humanité toute entière, un biologiste met au point un virus mortel capable de décimer la moitié de la planète. Mais celui-ci meurt… Afin d’achever son oeuvre, il laisse derrière lui un jeu de piste que seul Langdon pourrait résoudre avec à la fin la possibilité de décider du sort de la population mondiale ! Scénario convenu certes, mais toutefois divertissant par sa narration sans temps mort et sa réalisation nerveuse et calibrée au millimètre près ! Voyager en Italie avec Tom Hanks devient cette fois-ci plaisant. Preuve en images :

Le meilleur des 3 ?

Sans surprise, et avec ses nombreuses scènes d’actions empêchant de sombrer dans les limbes, Inferno se révèle être un bon film d’action. Côté aventures, nous sommes bien au dessus des deux premiers volets. Le scénario bien que simpliste, se justifie au fur et à mesure que le film avance. Loin de se vouloir se déguiser en cours d’histoire, le film ne s’embête pas d’explications plombante qui aurait pu perdre son spectateur. toutefois son approche historique et son jeu avec la réalité restent une bonne surprise. Nous sommes très loin des exagérations d’Anges et Démons. Côté casting, les seconds rôles d’Inferno comme Felicity Jones ou même Omar Sy apporte une touche supplémentaire  en guise de distraction. Les retournements de situations sont nombreux et parfois imprévisible. Ne reste que la fin du film, sans surprise, qui aurait mérité de se rapprocher du roman afin de faire d’Inferno un film autre qu’une banale histoire de virus à arrêter ! Un parti-pris ignoré dans le film que le roman avait eu le courage d’aborder quitte à choquer ou à provoquer la réflexion : [SPOILERS] Dans le roman, le virus se libère et la moitié de la population mondiale devient infertile. [SPOILERS]

Malgré ce bémol, Inferno n’en reste pas moins très divertissant. La chasse au trésor se révélera être moins excitante que Da Vinci Code, mais la réalisation comble ce manque par l’action. Un dernier volet qui vous fera oublier Anges et Démons et vous donnera envie de jouer les Robert Langdon pour stopper un virus mortel.

Un scénario en partie possible d’ailleurs, du moins pour le jeu ! Lors de sa présentation à la presse, Sony Pictures avait décidé de plonger ses invités dans un escape game grandeur nature. Un jeu vous plongeant dans un décor thématique où vous devez résoudre des énigmes avant la fin du chronomètre d’1h ! Basé sur le thème d’Inferno, et organisé par Prizoners, une entreprise aux escapes games efficaces et immersifs, n’hésitez pas à poursuivre l’aventure du film en vous rendant chez eux… https://www.prizoners.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez