[Critique] Fast & Furious 8 : La vitesse grand F

Deux ans après la sortie du septième opus, qui avait battu des records à travers le monde avec plus d’un milliard de dollars de recettes au box office, Fast and Furious signe son retour avec une suite très attendue par les fans de la saga. Mais est-ce un retour gagnant ? Et bien c’est plus que ça, puisque Fast 8 revient triomphant et parvient à la fois à se positionner au même niveau que son prédécesseur et à placer la barre très haut pour les volets à venir. Cette suite marque notamment l’absence du regretté Paul Walker : pour la première fois excepté Tokyo Drift, son personnage, Brian O’Conner, n’apparaît pas dans un film de la saga. Un grand regret pour les fans, mais cette absence fait-elle ou non défaut au film ?

Maintenant que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de Dominic Toretto retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier va se sentir obligé de trahir les siens qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées auparavant. L’équipe de Toretto va naviguer à travers le globe pour tenter d’empêcher une anarchiste de déchaîner un chaos mondial et de ramener à la maison l’homme qui a fait d’eux une famille.

Le spectacle au rendez-vous

Si au départ, les premiers films de la saga n’étaient que de simples films de courses de voitures, ce n’est désormais plus le cas, et ce depuis le quatrième volet. La franchise s’est en effet tournée depuis vers le blockbuster à gros budget avec des séquences d’action et des cascades en tout genre, insensées mais entièrement jouissives.

La saga parvient en effet toujours à surprendre avec ce genre de séquence à chaque volet. Dans Fast and Furious 6, on pouvait voir Dominic Toretto (Vin Diesel) sauter de sa voiture pour sauver Letty (Michelle Rodriguez) et la récupérer en plein vol. Dans le septième volet, Toretto et Brian O’Conner (Paul Walker) faisaient rouler une voiture de gratte-ciel en gratte-ciel à Abu Dhabi. Avec Fast and Furious 8, le spectacle est encore une fois au rendez-vous, et les scènes y sont d’autant plus folles : lorsque des voitures zombies se contrôlent toutes seules en semant le chaos dans la ville, on se croirait presque dans World War Z. Chaque épisode de la saga semble aller toujours plus loin dans l’excès d’action, et c’est ce qui fait la force de la franchise.

On en prend donc plein la vue pendant plus de deux heures devant ce spectacle survitaminé. Le réalisateur F. Gary Gray qui succède au cinéaste James Wan (Fast & Furious 7) a mis tout en oeuvre pour offrir aux fans le spectacle qu’ils attendaient tant, et de ce côté là, on ne notera aucune déception. Les scènes de combats, parfaitement chorégraphiées, s’associent à quelques moments hilarants, le tout soigneusement rythmé et accentué par des mouvements de caméra hargneux et déchaînés qui plongent le spectateur au cœur de l’action et créent une dynamique constante, capable de maintenir le public en haleine.

Une absence et de nouvelles têtes

La disparition de Paul Walker a bien entendu laissé un grand vide pour les fans et pour les acteurs du film. L’absence de son personnage, qui était un pilier de la franchise avec celui de Vin Diesel, fait-elle défaut à la narration du film ? Oui et non. S’il est certain que son absence manque cruellement, l’âme de son personnage est toujours aussi présente et le film lui fait un bel hommage.

L’équipe de Toretto (Vin Diesel) est quant à elle toujours présente, avec notamment Dwayne JohnsonTyrese Gibson, Ludacris, Michelle RodriguezNathalie Emmanuel mais aussi Jason Statham, qui rejoint les rangs après avoir semé la pagaille dans l’épisode précédent. Mais l’équipe s’agrandit également, avec l’arrivée d’un nouveau venu que l’on appellera Little Nobody, incarné par Scott Eastwood : un personnage plutôt prétentieux et entêté, mais rempli de bonnes volontés et qui va tenter de se faire une place tant bien que mal dans l’équipe. Charlize Theron fait aussi sa grande apparition au casting, et c’est une arrivée très réussie, puisque que l’actrice incarne avec brio Cipher, une génie de l’informatique acharnée prête à tout pour parvenir à ses fins, et qui va réussir à séparer Toretto et sa famille. Ce personnage intrigue dès sa première apparition. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Pourquoi s’en prend-t-elle à Toretto ? Même si son personnage semble au premier abord assez basique, Charlize Theron parvient à le rendre très crédible, jusqu’à en faire un personnage clé de l’histoire.

Une histoire structurée

Mais le film ne se résume pas aux scènes d’actions et aux cascades. Derrière tout cela se cache une histoire parfaitement structurée qui rend le film cohérent. Si au vu de la bande-annonce, le comportement et les intentions de Toretto, qui semblait agir contre son équipe, avaient pu faire naître une certaine appréhension chez les fans, cette peur s’estompe lorsque l’on découvre l’histoire, et la raison pour laquelle Toretto trahit sa famille. Un vrai travail de fond a été réalisé et rien n’a été laissé au hasard.

Par ailleurs, la saga est également particulièrement connue pour faire voyager le spectateur à travers le monde. Une fois encore, ce nouvel opus n’échappe pas à la règle et emmène le public à travers tout le continent américain, de La Havane à Cuba en faisant escale à New York et Atlanta pour finir par arriver en Europe, avec un passage par la Russie et par Berlin. Enfin, Fast and Furious 8 est aussi un voyage musical : la bande originale se compose de morceaux en tout genre, interprétés par Pitbull2 Chainz ou encore Wiz Khalifa, qui sont un régal pour les oreilles.

Conclusion : ce nouvel épisode de Fast and Furious est dans la continuité de la saga et nous en met plein la vue avec ses scènes d’actions dantesques et ses cascades à couper le souffle, le tout accompagné d’une histoire structurée et soignée. Un film d’action spectaculaire de haute volée qui place la barre très haute pour la suite de la franchise.

Fast and Furious 8
Un film de F. Gary Gray
Sortie le 12 avril 2017

[wysija_form id= »2″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 Partages
Partagez18
Tweetez