[CRITIQUE] DieuMerci, la comédie sociale a de l’avenir

Plusieurs années après La première étoile, Lucien Jean-Baptiste livre son nouveau film, DieuMerci. Sous le signe du social, il explore ses rêves de gosses. Alors que son personnage sort de prison, il tente d’accéder aux planches du théâtre. En duo avec Baptiste Lecaplain, le réalisateur/acteur livre sa comédie la plus sincère. Silence Moteur Action s’est plongé dans Roméo et Juliette et a suivi le duo comique.

« En banlieue on enterre nos rêves dans les terrains vagues. C’est l’heure pour moi de les déterrer ». Lucien Jean-Baptiste n’a clairement pas oublié sa pelle. Le cinéma français lui doit DieuMerci, nom de son héros. Sans cape ni collants, mais un rêve en poche, celui de devenir comédien. Pour cet ex taulard de 44 ans, pas facile de monter sur les planches. Ni même de les approcher. Lui qui a joué Agnès dans une tentative de représentation théâtrale en prison se retrouve sur les bancs du cours Ventura.

Criblé de dettes, du fisc comme de l’école, il alterne Shakespeare et les chantiers. S’ajoute à cela un boulet qui mérite aussi bien une gifle qu’un câlin. Qui de mieux que Baptiste Lecaplain pour l’incarner ? Sa bouille de jeune premier, branleur en chef du cour Ventura, jure parfaitement avec le visage marqué de Lucien Jean-Baptiste. Pas de chance pour ce dernier, il doit se coltiner ce fils à papa pour qui la vie n’est pas rose non plus.

Grace à ce duo fusionnel, DieuMerci suit la mode française de la comédie sociale, comme Mammuth, Tout ce qui brille, Le goût des autres, Le nom des gens… En 2016, la galère devient un mode de vie si commun que le cinéma aime s’en emparer. Chez ces apprentis comédiens, elle est synonyme de petits boulots et chambre miteuse adjacente à celle d’une femme de joie au martinet à la main.

Tout comme La Vache, histoire d’un fermier algérien confrontant sa destinée pour réaliser son rêve d’amener sa vache au salon de l’agriculture, DieuMerci a été acclamé au festival de la comédie de l’Alpe d’Huez. Le rire français rit à autre chose qu’un accent du Pas de Calais. Il n’a pas non plus à se sentir obligé d’aller fouiller les couloirs du temps pour revisiter des films cultes. Intouchables et son mec de banlieue qui veut une autre vie pointe à la troisième place du box office hexagonal. Dans la même veine sociale, DieuMerci mérite aussi mieux.

DieuMerci : de et avec Lucien Jean-Baptiste; avec Baptiste Lecaplain, Delphine Théodore, Firmine Richard, Olivier Sitruk, Michel Jonasz…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez1
Tweetez