Coup de projecteur sur… « Que Justice soit nôtre » avec Alix Bénézech

Déjà présentée par Silence Moteur Action, la jolie Alix Bénézech poursuit sa carrière d’actrice et n’hésite pas, de temps à autre, à nous montrer ce dont elle est capable quand elle ne joue pas ! Cette fois-ci, Alix Bénézech revient sur le devant de la scène pour nous présenter son nouveau projet : Que Justice soit nôtre ! Silence Moteur Action vous révèle tout ce que vous devez savoir sur cette œuvre engagée !

Actrice, scénariste… co-réalisatrice !

Après AHAH, Alix Bénézech compte bien enfiler d’autres casquettes que celles où elle officiait en tant que scénariste et actrice. Pour son retour sur le devant de la scène, la jeune femme nous livre une œuvre dans un registre radicalement différent mais tout aussi surprenant. C’est à l’affiche de Que Justice soit nôtre qu’Alix Bénézech se trouve en première ligne puisque la sublime actrice devient cette fois co-réalisatrice ! Co-réalisé avec Jean-Pierre Delepine, le film assume la lourde tâche de traiter d’un sujet difficile : la violence faite aux femmes. Ce n’est pas la première fois qu’Alix Bénézech travaille avec le réalisateur de ce projet puisqu’en 2010, la jeune femme apporte son aide sur le film Article 23. Pour Que Justice soit nôtre, Alix Bénézech est non seulement co-réalisatrice mais aussi actrice puisqu’elle y joue également le premier rôle féminin avec le personnage de Aline.

Avec le soutien de plusieurs associations, ce film semble être un cri du cœur d’Alix Bénézech puisque la jeune comédienne parait très impliquée.  La belle Alix a posé sa voix sur le titre d’Adrien Zerbib Toi Femmes qui parle de la violence faite aux femmes et qui sera le générique de fin du film. Après son apparition dans le film de Guillaume Levil, le nom d’Alix Bénézech est donc plus que jamais à retenir !

Silence Moteur Action
Adrien Durand

Que Justice soit nôtre

La violence faite aux femmes est un sujet délicat est peu porté à l’écran. Toutefois, avec Que Justice soit nôtre, le cinéma français peut accueillir une nouvelle contribution dans ses rayons ! D’ailleurs, l’implication d’Alix Bénézech au cœur même de ce projet mérite d’être soulignée. La comédienne explique vouloir « apporter son regard et sa jeune expérience de femme sur un sujet délicat qui nous touche toutes et tous aujourd’hui » car « la violence faite aux femmes est encore tristement d’actualité. » Alix Bénézech révèle volontiers qu’en retrouvant Jean-Pierre Delepine, il s’agissait d’apporter un « regard neuf » sur ce sujet difficile à traiter tout en « respectant le point de vue du cinéaste, sans appuyer l’aspect engagé déjà très présent dans la plume » de ce dernier.  Pour l’actrice, ce film est une occasion de « raconter l’histoire d’une jeune fille qui se trouve du côté de l’engagement, de l’aide, du bien, et qui peu à peu, par des circonstances dramatiques et parce qu’elle se trouve seule à se battre, va sombrer dans le mal absolu.« 

Le film se veut réaliste quant au thème traité et Alix Bénézech nous révèle que l’un des buts de cette œuvre dramatique est de faire en sorte « que le spectateur soit un témoin direct de ce qui se passe sous ses yeux. Le jeu des acteurs est au plus près du réel tout en apportant un mystère qui est présent dans la vie. A chaque instant, le spectateur pourra se faire son propre avis, son propre jugement. » Co-réalisatice, actrice, mais aussi voix-off, Que Justice soit nôtre semble être le film le plus important de la carrière d’Alix Bénézech : « les voix off que j’ai souhaité ajouter pour apporter des informations au spectateur à la manière d’un témoignage, donnent peu à peu des éléments d’éclairage sur le personnage d’Aline qui, tout en étant central, se trouve souvent en marge, comme pris dans un rouage dramatique qui le dépasse. Il y a là comme un déterminisme social et familial plus fort que tout. Toutes les actions du personnage ne parviennent pas à contrer ce qui est déjà inscrit au départ. »

Cependant, n’allez pas penser qu’il s’agit de la propre vie d’Alix Bénézech ! L’actrice affirme en effet que « le film est une réflexion au sens optique de ce qu’on peut observer aujourd’hui, de ce que j’ai pu vivre moi-même toute proportion gardée car ce n’est pas une histoire autobiographique. Côté inspiration, la jeune femme puise dans l’œuvre de Murali K. Tharulli 2h37 qui parle du malaise de la jeunesse et où une jeune fille se suicide, muré dans son silence : Dans Que Justice Soit Nôtre, Aline agit mais n’exprime jamais son mal être, sa souffrance. Seule la voix off nous en donne quelques indices. Elle ne suicide pas concrètement mais le sacrifice corporel puis judiciaire qu’elle effectue est une forme de suicide social. J’ai voulu montrer que la victime n’est pas toujours là où on croit, et c’est le cas pour chacun des personnages. Réaliste et engagé, Que Justice soit nôtre mérite donc une attention toute particulière et Silence Moteur Action restera à l’affût pour vous faire découvrir le résultat ! Alix Bénézech n’a donc pas fini de nous surprendre, que ce soit au cinéma ou à la télévision. A ce propos, la jeune comédienne sera le personnage récurrent d’une nouvelle série de France 2. Nous vous en révélerons plus le moment venu !

Synospsis : Aline a 22 ans, contrairement aux autres filles de son âge, elle consacre tout son temps à l’association d’aide aux femmes battues, qu’avait créé sa mère qu’elle a perdu tragiquement quand elle était adolescente. Ce combat qu’elle mène avec son père, héros moderne qui a repris l’association, va les conduire tous les deux au drame. C’est l’histoire d’un sacrifice et d’une descente aux enfers. Ce film parle du don de soi dans une société qui tend vers l’individualisme et la violence.

Avec : Alix Bénézech, Guy Amram, Johan Libéreau, Aude Forget, Aline Stinus, Jean-Pierre Cormarie, Eric Wagner…

One thought on “Coup de projecteur sur… « Que Justice soit nôtre » avec Alix Bénézech

  1. Encore un film pour dénoncer la violence faite aux femmes mais qui ne fait rien avancé sur le sujet. Pour moi, la violence, qu’elle soit faite aux hommes ou aux femmes, n’a pas lieu d’être où on parle très peu de la violence faite aux hommes par les femmes. Aujourd’hui on lutte que pour un type de sexe où on devrait lutter contre la violence dans toute sa globalité. Aujourd’hui certaines ONG qui parlent des droits des femmes ont même dénoncé le manque de statistique pour quantifier et connaitre le type de violence faite aux hommes. Qu’elle soit physique ou psy colique, je pense qu’il faut travailler à lutter contre les violences générales et non pour un sexe. Cela passe par une sensibilisation dès l’école pour éviter les harcèlements scolaires, le machisme, l’incivisme, l’individualisme, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

78 Partages
Partagez78
Tweetez